LAURANA FRANCESCO (1430 env.-env. 1502)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire de Zara en Dalmatie et surnommé pour cette raison Dalmata ou Schiavone, Francesco Laurana était sans doute un sculpteur consommé lorsqu'il se vit confier, en 1458, une part importante de la décoration de l'Arc triomphal érigé par Alphonse d'Aragon à l'entrée du Castelnuovo de Naples. On a cru retrouver la trace de son activité antérieure dans les sculptures d'un autel de la cathédrale de Šibenik (Croatie), l'ancienne cité vénitienne, Sebenico. À la mort du roi Alphonse, Laurana fut appelé en France à la cour du roi René d'Anjou pour lequel il exécute des médailles (Le Bouffon Triboulet, La Reine Jeanne de Laval, Le Roi et la reine, etc.) et travailla en Provence. De 1468 à 1471 ( ?), il séjourne en Sicile où, aidé par de nombreux collaborateurs, il laisse un nombre d'œuvres assez important (porte latérale de Santa Margherita de Scaccia, chapelle Mastrantonio à San Francesco de Palerme, plusieurs Vierge à l'Enfant dans les cathédrales de Palerme et de Noto, à Sant' Agostino de Messine, Tombeau de Pietro Speciale à San Francesco de Palerme). De retour à Naples, en 1471 (Vierge de la chapelle Santa Barbara), il travaille ensuite à Urbin (1474-1477) puis en France où son atelier exécute l'Autel Saint-Lazare dans la cathédrale de la Major à Marseille (1477-1483), le Retable de la montée au Calvaire à Saint-Didier d'Avignon, le Tombeau de Giovanni Cossa à Sainte-Marthe de Tarascon et le Tombeau de Charles du Maine au Mans, et c'est probablement en Provence qu'il meurt peu après 1502. L'importance de Laurana tient surtout au fait qu'il a été le premier sculpteur italien de renom qui soit venu travailler en France. Il est cependant curieux de constater que son influence ne s'exerça guère sur les sculpteurs français contemporains qui n'adoptèrent ni son vocabulaire décoratif ni son style de drapé. En fait, la partie la plus séduisante, mais aussi la plus mystérieuse de l'œuvre de Laurana est constituée par ses effigies féminines : bustes d'Éléonore d'Aragon (Museo nazionale, Palerme, et musée du Louvre), de Béatrice d'Aragon (l'un, qui appartenait aux musées de Berlin, est détruit, l'autre se trouve à la National Gallery de Washington), de Battista Sforza (Bargello, Florence), masques de femme en marbre (Avignon, Aix-en-Provence, Le Puy, etc.) dont la destination reste incertaine ; il émane de ces visages un charme un peu mélancolique qui ne se retrouve guère dans les œuvres monumentales où Laurana faisait la part trop belle à ses collaborateurs.

Battista Sforza, F. Laurana

Battista Sforza, F. Laurana

photographie

Francesco LAURANA, Battista Sforza, marbre, h: 50 cm. Musée du Bargello, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  LAURANA FRANCESCO (1430 env.-env. 1502)  » est également traité dans :

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 105 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les inventions du xve siècle »  : […] Ce n'est pas un hasard si la perspective devient un point fondamental de la recherche théorique et de l'expérience pratique. Elle conserve sa valeur mystique : le point de convergence situé à l'infini, ou bien l'œil du spectateur, d'où part un autre réseau de lignes, constituent certainement une capacité créatrice. La difficulté majeure consistant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_11037

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 945 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le Quattrocento »  : […] Replacée dans l'orbite politique et économique catalane, la Sicile sort de son isolement architectural pour accueillir à nouveau l'art gothique, un gothique tardif, sous ses deux formes alors dominantes : gothique napolitain « durazzesque », caractérisé par des arcs surbaissés et la préférence accordée aux plafonds sur la voûte d'ogives (représent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sicile/#i_11037

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « LAURANA FRANCESCO (1430 env.-env. 1502) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-laurana/