CRISPI FRANCESCO (1818-1901)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Établi à Naples en 1845, comme avocat, Francesco Crispi est tout d'abord un patriote conspirant contre les Bourbons pour l'indépendance de la Sicile. Membre du Comité de guerre lors de la révolution de Palerme (1848), il est chassé par la réaction et se réfugie en Piémont, où il collabore au journal de gauche La Concordia. Expulsé de Turin après l'insurrection de Milan (1853), il commence une vie errante de proscrit, à Malte, à Londres, à Paris (1858), au Portugal. Républicain unitariste, disciple de Giuseppe Mazzini, il combat la « guerre royale » franco-sarde contre l'Autriche et place son espoir dans une insurrection nationale italienne. Il prend part à l'éphémère soulèvement de Sicile (juill.-août 1860) et contribue de manière décisive à vaincre les hésitations de Garibaldi à se lancer dans l'« expédition des Mille ». Secrétaire d'État à la Dictature garibaldienne, il est le conseiller politique du mouvement et il s'efforce d'organiser l'administration de l'île, dont il entend faire repousser l'annexion par le Piémont jusqu'à l'accomplissement de l'émancipation italienne. Violemment hostile à Cavour et aux modérés, député de la gauche au Parlement national (1861), Crispi, tout en demeurant dans l'opposition aux gouvernements de la droite historique, se détache avec éclat de Mazzini pour se rallier à la monarchie de Savoie, seule capable, selon lui, d'opérer l'unification politique et morale de la Péninsule. Sa carrière d'homme d'État commence avec l'avènement au pouvoir de la gauche (mars 1876). Président de la Chambre, puis ministre de l'Intérieur (27 déc. 1877), Crispi rencontre Bismarck à Bad Gastein et se déclare partisan d'une alliance italo-allemande dirigée contre la France. Accusé de bigamie, il doit se démettre le 7 mars 1878. Il revient au gouvernement, dans le cabinet d'Agostino Depretis, à qui il succède, le 7 août 1887. Son action se développe au cours de ses deux préside [...]

Francesco Crispi (1818-1901)

Francesco Crispi (1818-1901)

Photographie

Francesco Crispi (1818-1901), homme politique italien, président du Conseil de 1887 à 1891, puis de 1893 à 1896. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CRISPI FRANCESCO (1818-1901)  » est également traité dans :

DEPRETIS AGOSTINO (1813-1887)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 026 mots

Homme politique italien. Originaire d'une famille de riches agriculteurs, Agostino Depretis se lie avec les mazziniens durant ses études de droit puis, s'étant consacré à la gestion de ses domaines, il anime le courant libéral, dans la région de Voghera, en 1847-1848. Élu au Parlement de Turin, il devient l'un des leaders de la gauche anticléricale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agostino-depretis/#i_18395

GARIBALDI GIUSEPPE (1807-1882)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 2 648 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'artisan de l'unité italienne (1848-1867) »  : […] À l'annonce des premiers frémissements révolutionnaires, Garibaldi a décidé de rentrer en Italie où, dit-on, Mazzini s'est rallié à Pie IX, première étape d'une unification de la péninsule que l'on croit imminente. De retour à Nice en juin 1848, alors que déjà la réaction triomphe à Vienne, Berlin et Paris, il est accueilli en héros et s'apprête à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-garibaldi/#i_18395

GIOLITTI GIOVANNI (1842-1928)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 823 mots

Homme d'État italien, né le 22 octobre 1842 à Mondoví (royaume de Sardaigne, auj. Italie), mort le 17 juillet 1928 à Cavour (Italie). Diplômé en droit de l'université de Turin en 1860, Giovanni Giolitti intègre la fonction publique, où, vingt années durant, il se forge une solide expérience en tant qu'inspecteur général des Finances, puis secrétai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-giolitti/#i_18395

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'Afrique orientale »  : […] C'est sur la côte de la mer Rouge que vont se fixer les premiers établissements italiens. Elle retenait depuis longtemps l'attention des milieux géographiques et maritimes. Dès novembre 1869, dans la perspective de l'ouverture du canal de Suez, la compagnie Rubattino y avait acquis la baie d'Assab. Le territoire lui sera racheté en mars 1882 par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_18395

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « CRISPI FRANCESCO - (1818-1901) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-crispi/