FOZ CÔA, site rupestre paléolithique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La découverte scientifique, en décembre 1994, des gravures sur rochers (rupestres) repérées dès 1992 dans la vallée du Côa, bouleversa la conception que l'on avait de l'art monumental paléolithique : elle montrait que, en Europe occidentale, cet art n'était pas seulement pariétal (sur paroi) comme dans les quelque deux cent cinquante grottes et deux à trois dizaines d'abris-sous-roche connus mais qu'il pouvait être aussi directement accessible, à l'air libre, comme la grande majorité des sites d'art préhistorique dans le monde. Le gigantesque site de Foz Côa révèle avec éclat l'importance de l'art rupestre paléolithique, déjà entrevu grâce à une poignée de sites rupestres, dont deux situés à moins de 100 kilomètres dans le bassin du Douro.

Principales grottes ornées d'Europe

Dessin : Principales grottes ornées d'Europe

Les principales grottes ornées paléolithiques d'Europe. La différence de teinte entre les bleus montre la position des lignes de côte durant le dernier maximum glaciaire, autour de – 18 000 ans 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le Côa, affluent du Douro en rive gauche, traverse du sud au nord sur 150 kilomètres une région accidentée de collines dans le nord-est du Portugal. Sa vallée est encaissée, à versants fortement inclinés dans les derniers kilomètres avant son confluent. Là, des rochers gréseux affleurent, du rebord des plateaux aux rives de la rivière : de nombreux rochers, échelonnés sur 17 kilomètres à partir du Douro, portent des centaines de gravures bien conservées, isolées ou groupées en panneaux.

La construction d'un barrage, sur le Côa, entreprise au début des années 1990 conduisit à une prospection systématique des roches. Depuis la construction d'un autre barrage sur le Douro (en 1983), à quelques kilomètres à peine, on connaissait en effet l'existence de gravures rupestres dans la région, gravures attribuées globalement à la période protohistorique. La reconnaissance de l'ancienneté paléolithique de la plupart des gravures découvertes amena l'interruption puis l'arrêt définitif de la construction du barrage. Un parc archéologique national fut alors créé pour protéger les gravures rupestres, pour en organiser l'ouverture au public et pour en favoriser l'étude exhaustive dans leur contexte archéologique.

Les représentations gravées attribuées au Paléolithique supérieur se distinguent aisément de celles de l'Âge du fer, beaucoup moins nombreuses dans cette partie de la vallée du Côa. Ces dernières sont finement incisées et leur thématique, dominée par la figuration de cavaliers harnachés et armés de lances, est inconnue dans tout l'art paléolithique : ni chevaux domestiqués ou montés, ni hommes vêtus ou armés.

Les deux techniques paléolithiques les plus courantes, parfois conjointement employées sur le même rocher, sont, d'une part, des incisions linéaires profondes (plusieurs millimètres) à section en forme de V ou de U, régulièrement lissées et à lèvres nettes, d'autre part, des tracés linéaires piquetés, obtenus par des percussions rapprochées, fréquemment régularisés par le passage d'un outil abrasant les microreliefs des impacts. Une troisième technique, beaucoup moins employée à Côa, est celle de tracés striés multiples ou raclés, ne dessinant pas des contours linéaires comme les précédents, mais faisant apparaître en clair la tête, le corps et les membres des animaux figurés, en particulier des cerfs mâles et des biches.

La thématique répétitive des gravures paléolithiques est quasi réduite à la figuration de trois animaux : le cheval et le bouquetin, souvent associés sur des rochers, et l'aurochs. Certains rochers groupent jusqu'à une dizaine de ces animaux, superposés, croisés, en paire. Ils ne sont jamais disposés de façon réaliste et semblent flotter dans l'espace, selon le mode d'expression général de l'art paléolithique. La plupart des rochers comptent au plus deux ou trois animaux et quelquefois des tracés linéaires non organisés, rarement des signes géométriques structurés (si fréquents dans les grottes ornées). Il arrive qu'un même animal soit figuré avec deux ou trois têtes, dont une tournée vers l'arrière, comme si on avait voulu exprimer le mouvement.

Les rochers gravés sont le plus souvent groupés en concentrations de quelques unités sur l'une et l'autre rives du Côa, formant une succession de sites rupestres, ayant chacun des caractéristiques thématiques, techniques et stylistiques.

L'absence de techniques fiables de datation directe des gravures, malgré diverses tentatives depuis 1995, rend impossible la datation objective et précise des représentations. On ne peut que tenter des attributions cult [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur de classe exceptionnelle au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Autres références

«  FOZ CÔA, site rupestre paléolithique  » est également traité dans :

ART PRÉHISTORIQUE EUROPÉEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 413 mots

— 40000-— 35000 Des traits gravés apparaissent à la fin du Paléolithique moyen. Dus aux derniers Néandertaliens, ils témoignent de l'existence de systèmes de signes matériels. — 32000-— 28000 Datations par le carbone 14 de la grotte Chauvet (découverte en Ardèche en 1994). Ces dates prouvent une émergence précoce de l'art pariétal animalier dans le sud de la France. — 30000-— 25000 Aurignacien […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 050 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Le brassage des civilisations et des cultures : de la préhistoire à la formation du Portugal »  : […] La présence humaine sur le territoire actuel du Portugal remonte aux communautés nomades de chasseurs-cueilleurs, dont la date et l’origine restent incertaines. Néanmoins, des vestiges datant probablement d’un million et demi d’années furent trouvés sur le littoral, dans la région de Lisbonne et dans la vallée du Tage. Un crâne fossilisé, daté d’il y a 400 000 ans, constitue le vestige humain le p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis VIALOU, « FOZ CÔA, site rupestre paléolithique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/foz-coa-site-rupestre-paleolithique/