Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FORMULE, chimie

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

On peut s'interroger sur la raison d'être des formules de la chimie, sur l'usage ou les usages qu'en font les chimistes, sur leur contenu informationnel enfin : en quoi ces représentations sont-elles un schématisme conventionnel, et en quoi dépeignent-elles leur objet ?

Le rôle des formules chimiques va bien au-delà de la simple dénomination, et la formule est un véritable portrait de la molécule.

Dans le cas du gaz carbonique, la formule CO2 sera qualifiée de brute pour sa pauvreté en information. Elle s'applique tant à l'entité COO qu'à l'entité OCO. Seule cette dernière répond au gaz carbonique (COO est une molécule isomère), car, dans la molécule de gaz carbonique, l'atome de carbone se trouve entre les deux atomes d'oxygène.

La question pertinente devient dès lors de choisir entre une disposition des trois atomes O, C et O en ligne ou en triangle. Dans ce dernier cas, s'agit-il d'un triangle quelconque ? d'un triangle rectangle ? d'un triangle isocèle, voire équilatéral ?

La molécule du gaz carbonique est linéaire et symétrique : le carbone occupe le milieu du segment O-O. Peu importe ici la façon dont cette géométrie fut déterminée par les chimistes. En revanche, et sans qu'il soit possible de s'étendre là-dessus, leur écriture de la formule de CO2 dans son détail, c'est-à-dire explicitant les nombres d'électrons assurant chacune des liaisons entre l'atome central de carbone et les oxygènes qui le flanquent, permet de prévoir une géométrie linéaire et non coudée. En d'autres termes, ceux des philosophes de la science, les formules chimiques ont un rôle heuristique.

Quant au contenu informationnel des formules, comme cet exemple très simple le suggère, il a trait à la géométrie des édifices moléculaires. Lorsqu'un chimiste voit une formule – typiquement celle d'une substance naturelle complexe aux nombreux atomes –, comme le cholestérol, la morphine ou la pénicilline, il lui trouve plusieurs fonctions.

La fonction d'identification (« ceci ressemble à de la pénicilline ») se double d'une fonction orthographique (« est-ce bien la formule correcte de la pénicilline ? »). Leur succède un rôle de présentation, le chimiste « lit » la formule comme un enchaînement de diverses fonctions, c'est-à-dire comme une association entre des groupements d'atomes, chacun avec son individualité et ses caractéristiques propres, qu'il s'agisse de sa structure ou de sa réactivité. Dans le cas de la pénicilline, on pourra se focaliser ainsi sur la fonction dite lactame, dont les atomes forment un quadrilatère, qui se trouve être fragile et de la sorte se place au cœur du rôle biologique de cette molécule d'antibiotique. Enfin, comme cela a déjà été dit, la formule, bien que mélange d'éléments conventionnels et d'amorces d'une représentation objective, a un rôle d'aide à la visualisation des objets moléculaires dans l'espace à trois dimensions.

Équation chimique

L'équation chimique fait intervenir uniquement la formule brute, celle au contenu informationnel le plus pauvre. Un exemple en est CO2 + H2O = H2CO3. Cette équation exprime une réaction, par laquelle une molécule d'eau s'additionne à une molécule de gaz carbonique. Cette équation est muette sur la géométrie du processus, puisque la molécule du produit H2CO3 est évoquée seulement par sa formule brute. Elle ne nous renseigne pas sur les modalités de la transformation : La molécule d'eau vient-elle s'installer sur l'atome central de carbone ou sur les atomes latéraux d'oxygène ? Vient-elle attaquer par l'un de ses deux atomes d'hydrogène ou par l'atome d'oxygène central ?

Une équation chimique est un acte comptable. Elle vise, en faisant[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification

Pour citer cet article

Pierre LASZLO. FORMULE, chimie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • CHIMIE - La nomenclature chimique

    • Écrit par
    • 5 031 mots
    • 7 médias
    Les blocs de base de la nomenclature systématique sont les noms des éléments, qui sont triviaux, et leurs symboles. Pour représenter les substances chimiques, on utilise des formules, qui sont des assemblages des symboles. Les formules sont très utiles pour indexer les composés, et aussi quand les...
  • FONCTION, chimie

    • Écrit par
    • 1 253 mots

    En chimie, la signification du mot « fonction » est proche de celles de l'indice pour le détective, ou de la caractéristique pour l'historien de l'art, et non de l'acception qu'il a pour un mathématicien ou un biologiste.

    La fonction est en effet un atome, ou le plus...

  • ISOMÉRIE, chimie

    • Écrit par
    • 1 787 mots
    • 1 média
    ...benzène C6H6, où devaient alterner selon lui liaisons carbone-carbone simples (C–C) et doubles (C=C). Il devint tout de suite évident à Kekulé qu' il lui fallait postuler la coexistence de deux formules de ce type : si on numérote les atomes de carbone à la suite, de 1 à 6, la première formule de...
  • ORGANIQUE CHIMIE

    • Écrit par et
    • 7 017 mots
    • 1 média
    Le point de départ est l'existence de l' isomérie.Si à la formule très simple CH4O correspond un seul composé défini, le méthanol, déjà à la formule C2H6O correspondent deux composés, l'éthanol et l'oxyde de méthyle, de propriétés physiques et chimiques totalement différentes ; à une formule...
  • Afficher les 8 références