FORAMINIFÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le test

C'est une sécrétion ectoplasmique qui sert de support au cytoplasme et le protège contre les variations du milieu. Sa taille peut varier de 0,1 à 120 mm environ. Les critères le concernant, retenus pour la détermination générique, sont : sa nature, sa forme générale, la microstructure de la paroi, le nombre de loges et leur arrangement, l'absence ou la présence de perforations, la forme et la position des ouvertures, la structure interne. À ces caractères s'ajoutent, pour la détermination spécifique, les dimensions du test, la forme et les dimensions des loges, le caractère des sutures et l'ornementation.

Nature et microstructure de la paroi

La nature du test a une grande importance du point de vue de la systématique. Les formes primitives ont un test chitinoïde, d'où dérivent les tests agglutinés et les tests calcitiques.

Les tests chitinoïdes sont constitués par une substance organique de composition chimique probablement kératineuse. En raison de leur fragilité, ils sont difficilement fossilisables.

Les tests agglutinés sont des tests exogènes formés par un ensemble de corpuscules empruntés au milieu extérieur et soudés par un ciment sécrété par l'animal. L'agglutinat peut être composé d'éléments très variés (minéraux, spicules de Spongiaires, petits Foraminifères, etc.), noyés dans le ciment ou disposés en couche superficielle interne ou externe. Leur densité est très variable de même que leur taille. Le ciment est en général calcaire, mais il peut être ferrugineux, siliceux.

Les tests calcitiques sont endogènes et formés par un ensemble de microcristaux de calcite. On distingue des tests microgranuleux et pseudofibreux constitués, le plus souvent, par la juxtaposition de deux couches, des tests porcelanés d'aspect blanc laiteux en lumière réfléchie et opaque en lumière transmise, des tests hyalins qui apparaissent clairs, transparents et, pour la plupart, présentent le phénomène de la croix noire en lumière polarisée.

Agencement

La coquille d'un Foraminifère peut être composée d'une ou plusieurs loges. On distingue donc des tests uniloculaires, constitués par une loge ovoïde, globuleuse, cylindrique ou enroulée, et des tests pluriloculaires débutant par une loge initiale appelée proloculus. Il existe divers types de tests multiloculaires : des tests unisériés, enroulés planispiralés, pelotonnés, trochospiralés, ainsi que des tests à arrangement mixte ou complexe. La forme du test est la conséquence de l'arrangement des loges. Elle peut donc être sphérique, tubulaire, cylindrique, en fuseau, conique, lenticulaire, etc.

Morphologie du test

Dessin : Morphologie du test

Morphologie du test 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Agencements du test

Dessin : Agencements du test

Illustration de différents agencements de tests 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ouvertures

Les ouvertures sont les orifices principaux par lesquels le protoplasme sort à l'extérieur. C'est un caractère très important pour la détermination générique. Elles se différencient par : leur nombre ; leur forme, qui peut être ronde, en fente, en arc, en croissant pour les ouvertures simples, radiée, dendritique, en crible pour les ouvertures multiples ; leur position, terminale, basale, aréale, périphérique, ombilicale ou latérale. Aux ouvertures principales peuvent s'adjoindre des ouvertures supplémentaires. Elles peuvent également être modifiées par la présence d'éléments tels que dents, lèvres, cols, plaques calcaires, siphons, bourrelets internes.

Perforations

Les tests des Foraminifères hyalins montrent tous la présence de perforations (de 1 à 15 micromètres de diamètre) servant au passage des pseudopodes. La taille, la forme et la disposition de ces pores semblent être pour plusieurs auteurs d'importants critères de détermination. Il a été démontré que la paroi de certains tests agglutinés présentait aussi des perforations, alors qu'ils ont été longtemps considérés comme apores.

Structure interne

La structure interne est simple ou complexe. Dans ce dernier cas, la complexité affecte soit la muraille, les cloisons, les loges, soit l'ensemble. Les cloisons de certains tests agglutinés peuvent être très épaisses et percées par tout un système d'alvéoles ou tubulures. Ces cloisons sont dites labyrinthiques. Les loges sont parfois partiellement ou entièrement divisées par des formations squelettiques internes (cloisonnettes, piliers, endosquelette).

Ornementation

Les tests calcaires sont souvent très ornés dans leurs différentes parties : parois externes des loges, sutures, périphérie. Cette ornementation consiste en des additions de tissu calcaire qui prennent la forme de côtes, de protubérances, d'épines, de plissottements, de réseaux, de carènes, d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Foraminifères

Foraminifères
Crédits : R. Boardman, Frank Lane Picture Agency/ Corbis

photographie

Morphologie du test

Morphologie du test
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Agencements du test

Agencements du test
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Foraminifères planctoniques

Foraminifères planctoniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, directeur du laboratoire de micropaléontologie

Classification

Autres références

«  FORAMINIFÈRES  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les bassins côtiers de l'ouest, ou l'histoire de l'ouverture de l'Atlantique »  : […] La Téthys est la première à reprendre ses droits vers l'ouest et à repartir à la conquête de l'espace qu'elle avait perdu. Elle s'avance sur la zone instable formée des restes de la chaîne hercynienne rabotée au cours du Permien – zone qui sépare le continent de Gondwana de celui de la Laurasie (Amérique du Nord, Europe, Asie) – en établissant une première voie marine, l'Atlantique central. Mais […] Lire la suite

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 576 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La crise de la limite Paléocène-Éocène »  : […] La crise biologique à la limite Paléocène-Éocène a eu une incidence considérable sur l'histoire de nombreux groupes dont la trajectoire évolutive s'est trouvée réorientée. C'est incontestablement la plus profonde des crises biologiques du Cénozoïque. Le monde vivant moderne est mieux enraciné dans cette crise que dans tout autre. Dans l'océan, cette crise s'est traduite de trois manières différen […] Lire la suite

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 588 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les moyens d’étude »  : […] Il existe de nombreux « témoins » des variations climatiques. Archives et documents historiques (nombre de jours de gel, date et prix des récoltes, etc.) donnent des informations sur le climat des derniers siècles. La dendroclimatologie (étude des cernes de croissance des arbres) renseigne sur les années humides et celles de sécheresse, et s’applique sur les derniers 10 000 ans. On utilise aussi […] Lire la suite

DUJARDIN FÉLIX (1801-1860)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 652 mots

Naturaliste français, né à Tours dans une famille d'horlogers, dont il hérite sans doute son habileté et sa remarquable dextérité manuelle. Il échoue au concours d'entrée à Polytechnique, étudie la peinture avec François Gérard et se passionne pour l'histoire naturelle. Pour vivre, il est bibliothécaire à Tours et, lorsqu'en 1826 un enseignement des sciences appliquées est créé dans cette ville, i […] Lire la suite

MÉSOZOÏQUE ou ÈRE SECONDAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 8 321 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La crise Crétacé-Paléogène »  : […] Après l'extinction en masse du passage Trias-Jurassique, la vie se diversifie au Jurassique et au Crétacé à la faveur d'un grand cycle transgressif et de conditions climatiques favorables. À la fin du Crétacé, une nouvelle extinction majeure affecte la biosphère. On estime que 16 p. 100 des familles marines s'éteignent, soit 45 p. 100 des genres et 76 p. 100 des espèces. Dans le domaine marin, la […] Lire la suite

MICROPALÉONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Madeleine NEUMANN
  •  • 4 015 mots

Dans le chapitre « Protozoaires »  : […] Les foraminifères sont parmi les groupes de micro-organismes les plus souvent utilisés. Dès le Carbonifère, ils présentent un grand intérêt stratigraphique. Ce sont, pour la plupart, des microfossiles marins et les formes planctoniques sont précieuses pour établir des corrélations stratigraphiques à grande distance, tandis que les formes benthiques sont de bons repères environnementaux à l'échell […] Lire la suite

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 611 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les protistes ou protoctistes (eucaryotes basaux) »  : […] Ce groupe est typiquement paraphylétique, c'est-à-dire qu'il est défini par exclusion : ses représentants ne sont ni des animaux, ni des plantes, ni des champignons, ni des bactéries. Il s'agit d'eucaryotes basaux, c'est-à-dire des algues à cellules nucléées, des flagellés, des protozoaires, etc. Ce sont presque tous des organismes unicellulaires à noyau, mais certains d'entre eux présentent une o […] Lire la suite

RHIZOPODES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 2 397 mots
  •  • 4 médias

Les Rhizopodes sont des êtres unicellulaires caractérisés en principe par leur cytoplasme nu, dépourvu de tout organite locomoteur. On considérait autrefois ces Protozoaires comme les formes animales les plus rudimentaires, les plus primitives, et on voyait en eux la souche de tous les animaux. Aujourd'hui, on pense que les Rhizopodes constituent en réalité un rameau dérivé des Flagellés, car l'é […] Lire la suite

SQUELETTE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 5 761 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Squelettes intracellulaires ou péricellulaires des protozoaires et des végétaux »  : […] Parmi les protistes, vaste groupe polyphylétique d'êtres unicellulaires, différents groupes possèdent un squelette minéralisé. On se bornera à signaler l'existence de structures squelettiques purement organiques (généralement des scléroprotéines) chez les zooflagellés (axostyle), chez certains ciliés (squelette du cytopharynx par exemple), chez les radiolaires (capsule centrale chitineuse). Dans […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine NEUMANN, « FORAMINIFÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/foraminiferes/