FLORIS CORNELIS (1514-1575) & FRANS (1516-1571)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artistes flamands. Cornelis Floris fut un propagateur de l'italianisme dans le domaine de l'architecture et de la sculpture. On lui doit surtout l'hôtel de ville d'Anvers (1561) ; comme son frère Frans, Cornelis conserve, sous un vernis italien, une tradition flamande accusée.

Frans Ier de Vrient, dit François Floris, petit-fils et fils de sculpteur, se consacra d'abord à l'étude de la sculpture sous la direction de son oncle, à Anvers, avant de devenir l'élève de Lambert Lombard à Liège, où il aura la révélation de la peinture italienne, en particulier celle d'Andrea del Sarto. Admis à la guilde de Saint-Luc d'Anvers en 1540, il part pour l'Italie et arrive à Rome pour découvrir la dernière œuvre de Michel-Ange, Le Jugement dernier de la chapelle Sixtine, qui semble l'avoir durablement impressionné.

Dans son plus célèbre tableau, La Chute des anges rebelles, peint en 1554 pour la guilde des escrimeurs (musée royal des Beaux-Arts, Anvers), on perçoit les réminiscences romaines dans la composition tumultueuse où s'affrontent des créatures infernales, inspirées de Jérôme Bosch, et des personnages à la vigueur michelangelesque. Toutefois, l'artiste ne s'affirme ni originalement flamand ni franchement italianisant, et cette ambiguïté a fait généralement préférer ses portraits.

Les portraits, signés et datés de 1558, une Femme âgée (musée de Caen) et un Fauconnier (musée de Brunswick), son pendant présumé, sont d'une troublante présence psychologique, soutenue par une subtile vibration de tonalités grises et brunes.

Parmi les nombreuses attributions controversées, La Famille Van Berchem (musée de Lierre) annonce le portrait collectif d'Hals ou de Rubens, par la cohésion des personnages placés autour d'une table. De la même année 1561, Le Banquet des dieux marins (musée national, Stockholm) contraste par sa composition tourmentée et son coloris grisâtre, éclai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FLORIS CORNELIS (1514-1575) & FRANS (1516-1571)  » est également traité dans :

FRANCKEN LES

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 937 mots

Importante dynastie de peintres anversois des xvi e et xvii e  siècles. Frans I (1542-1616) et Ambrosius I le Vieux (1544-1618) appartiennent à l'école de Frans Floris et représentent à Anvers à la fin du xvi e  siècle le même courant conservateur et académique de grande peinture religieuse que Frans Pourbus I et Otto Van Veen (Venius), mais avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-francken/#i_26697

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 164 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] La plus grande innovation iconographique est certainement l'apparition des genres qui sont indépendants du contexte de l'art religieux du xv e  siècle. On a déjà remarqué que le paysage indépendant s'est développé à partir des arrière-plans des retables. Une même tendance a stimulé l'art du portrait qui avait commencé, avec hésitation, à mener ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26697

Pour citer l’article

Jean-Marie MARQUIS, « FLORIS CORNELIS (1514-1575) - & FRANS (1516-1571) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/floris-cornelis-et-frans/