DELAY FLORENCE (1941-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Florence Delay est essayiste et romancière, comédienne, traductrice, scénariste. Elle a été élue à l'Académie française le 14 décembre 2000. Née à Paris le 19 mars 1941, elle fait ses études au lycée Jean de La Fontaine et à la Sorbonne. Attirée par le théâtre, elle est élève à l'école du Vieux-Colombier, puis régisseur-stagiaire de Jean Vilar au festival d'Avignon et assistante de Georges Wilson au T.N.P. En 1962, elle interprète le rôle-titre dans Le Procès de Jeanne d'Arc de Robert Bresson. Elle joue dans les films d'Adolfo Arrieta, de Hugo Santiago. Elle sera également coscénariste avec Benoît Jacquot, Michel Deville et Emilio Maillé. Agrégée d'espagnol, elle s'oriente vers la littérature générale et comparée qu'elle enseigne à la Sorbonne nouvelle. À partir de 1973, alternant romans et essais, elle publie, entre autres, L'Insuccès de la fête (1980), Riche et légère (prix Femina 1983) Course d'amour pendant le deuil (1986) et Dit Nerval (grand prix du roman de la Ville de Paris et prix de l'essai de l'Académie française 1999). Le théâtre, à travers l'Espagne et la traduction, est également très présent dans l'œuvre de Florence Delay. Elle adapte en français La Célestine de Fernando de Rojas pour Antoine Vitez au festival d'Avignon en 1989, puis en donne une version nouvelle pour Christian Schiaretti au T.N.P. en 2001. Elle traduit également des œuvres du Siècle d'or espagnol, et compose avec Jacques Roubaud un cycle de dix pièces, commencé en 1997 et achevé en 2005, Graal Théâtre, variation sur « la matière de Bretagne » et le cycle arthurien. Julie Brochen et Christian Schiaretti créent ainsi Merlin L'Enchanteur au T.N.S. (Théâtre national de Strasbourg) en 2012.

Dans Riche et légère, la narratrice parisienne fait retour à Malaga pour renouer avec son passé, fière d'une liberté qui tient, croit-elle, à son indifférence au temps et à l'amour : « Je n'ai vraiment connu Indio qu'après notre séparation... Connaître m'empêche d'aimer. » Cet homme énigmatique n'est a [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : enseignante en lettres modernes, critique de théâtre, experte pour le théâtre auprès de la Direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France

Classification


Autres références

«  DELAY FLORENCE (1941- )  » est également traité dans :

GRAAL THÉÂTRE (F. Delay et J. Roubaud)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 992 mots

« Ici, en écrivant que Blaise a écrit le mot fin, aujourd'hui 19 mars de l'an 2004, nous Florence Delay et Jacques Roubaud , scribes de langue française, achevons notre livre Graal Théâtre. Il contient tout ce qu'il doit contenir et nul après nous ne pourra y ajouter ou retrancher sans mentir. » Blaise de Northombrelande à qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graal-theatre/#i_51762

Pour citer l’article

Véronique HOTTE, « DELAY FLORENCE (1941-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/florence-delay/