Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CANNES FESTIVAL DE

Événement majeur de la vie cinématographique et culturelle mondiale, le festival international du film de Cannes relève également de la chronique mondaine et, parfois, de la gazette scandaleuse. Il a longtemps été le terrain d'élection de tous les paparazzi du globe, et cet aspect n'a pas peu contribué à un succès sans cesse croissant. Pourtant, plutôt que les ébats complaisamment photographiés de Robert Mitchum avec une starlette dénudée ou que l'apparition discutée de Madonna, on retiendra le premier visage du festival, celui de la manifestation qui rendit célèbres Rossellini, Antonioni ou Alain Resnais (avec Hiroshima mon amour qui, s'il ne reçut aucun prix, n'en fut pas moins l'événement de 1959).

Des débuts difficiles

Tout a commencé à cause de Venise et de sa biennale, premier festival cinématographique mondial créé en 1932. Après quelques belles années, l'influence de Mussolini et de son encombrant allié allemand y étant devenue envahissante, Français, Britanniques et Américains décidèrent de créer un autre festival, qui ne serait plus tributaire des impératifs politiques de l'Axe. La France prit l'initiative et prépara une grande manifestation imitée de Venise. Sa première édition devait se tenir en septembre 1939, et on sait ce qu'il en advint. Mais l'idée ne fut jamais abandonnée : Pierre Billard a révélé comment, sous l'Occupation, elle resurgit avec un projet de festival en avril-mai 1942, approuvé par les officiels du moment.

<it>Le Troisième Homme</it> - crédits : Bert Hardy/ Picture Post/ Getty Images

Le Troisième Homme

C'est seulement le 20 septembre 1946 que le rideau peut enfin se lever sur ce festival tant attendu. Les conditions ne sont guère favorables, dans un monde de l'après-guerre qui panse des plaies encore fraîches. De fait, toutes les éditions du festival de Cannes jusqu'en 1951 se ressentent de ces circonstances difficiles, au point qu'en 1948 et en 1950 il n'y eut même pas de manifestation. Il reste que ces premiers festivals ont eu une grande importance. C'est en 1946, en effet, que le monde a la révélation du néo-réalisme italien avec Rome, ville ouverte de Rossellini. La même année, on découvre un cinéma anglais ignoré avec Brève Rencontre de David Lean et un cinéma mexicain quasi inconnu avec María Candelaria d'Emilio Fernández. Quant au cinéma français, il confirme sa bonne santé et sa diversité avec La Belle et la Bête de Jean Cocteau, La Bataille du rail qui révèle un nouveau cinéaste, René Clément, La Symphonie pastorale de Jean Delannoy et Un revenant de Christian-Jaque. Chez les Américains, on nota surtout la venue d'un nouveau réalisateur important, Billy Wilder, avec The Lost Week-End (Le Poison). Les années 1947 et 1949 paraissent plus ternes. Le palmarès de 1947, aux couleurs du temps, vient récompenser des films à sujet politique et social comme Les Maudits de René Clément et Antoine et Antoinette de Jacques Becker, avec même un prix du meilleur film social attribué à Crossfire d'Edward Dmytryk, au milieu desquels Ziegfeld Follies de Vincente Minnelli semble bien perdu. En 1949, par contre, on assiste à « la fin de l'après-guerre », avec le triomphe du Troisième Homme de Carol Reed. Triomphe ambigu car, plus que toutes les allusions à la guerre et à l'occupation alliée en Autriche, ce qui fait l'immense succès du film est l'intrigue policière, et une distribution de stars dominée par Orson Welles.

Rashomon, A. Kurosawa - crédits : Hulton Archive/ Moviepix/ Getty Images

Rashomon, A. Kurosawa

Au cours des années 1950, aucune tendance dominante ne parvient vraiment à s'imposer à Cannes. Au long de la décennie, on perçoit désormais ces hésitations du goût que reflètent des palmarès indécis et qui ne traduisent pas toujours la réalité cinématographique du moment. Ainsi, 1951 et 1952 se ressemblent, partageant un grand prix, qui ne s 'appelait pas encore palme d'or, entre un film néo-réaliste italien et une pièce classique filmée, [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : historien du cinéma, ancien chargé de mission et conseiller technique du directeur général du Centre national de la cinématographie, ancien administrateur général du palais de Tōkyō (Maison du cinéma)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>Le Troisième Homme</it> - crédits : Bert Hardy/ Picture Post/ Getty Images

Le Troisième Homme

Rashomon, A. Kurosawa - crédits : Hulton Archive/ Moviepix/ Getty Images

Rashomon, A. Kurosawa

La Dolce Vita, F. Fellini - crédits : Hulton Archive/ Moviepix/ Getty Images

La Dolce Vita, F. Fellini

Autres références

  • CHRONIQUE DES ANNÉES DE BRAISE, film de Mohamed Lakhdar Hamina

    • Écrit par Kristian FEIGELSON
    • 989 mots

    Né en 1934, le cinéaste algérien Mohamed Lakhdar Hamina forge ses premières armes cinématographiques dès 1958, en travaillant pour les actualités télévisées tunisiennes. Il reçoit, à trente-trois ans, le prix de la première œuvre à Cannes pour Le Vent des Aurès (1966), un long-métrage...

  • CRONENBERG DAVID (1943- )

    • Écrit par Frédéric STRAUSS
    • 1 884 mots
    • 2 médias
    ...s'agisse d'écriture ou d'images, doit s'opposer au goût et à l'idéologie majoritaires : c'est ce que rappela Cronenberg, en décernant la palme d'or du festival de Cannes 1999, qu'il présidait, au film Rosetta des frères Dardenne, et le grand prix du jury à L'Humanité de Bruno Dumont. Ce...
  • FESTIVALS

    • Écrit par Jean-Michel BRÈQUE, Matthieu CHÉREAU, Jean CHOLLET, Philippe DULAC, Universalis, Christian MERLIN, Nicole QUENTIN-MAURER
    • 17 192 mots
    • 20 médias
    ...paraissent indissociables, tant il est vrai qu'ils ont tous deux fortement contribué à façonner l'histoire du cinéma. Créé sous l'égide de Jean Zay en 1946, le festival de Cannes célèbre l'éclosion du cinéma moderne. Ingmar Bergman, Federico Fellini, Michelangelo Antonioni, Robert Bresson ou encore François Truffaut...
  • HIROSHIMA MON AMOUR, film de Alain Resnais

    • Écrit par Michel MARIE
    • 997 mots
    • 1 média
    Bien que très soutenu par André Malraux, ministre d'État chargé des Affaires culturelles, le film ne représente pas officiellement la France au festival de Cannes de l'année 1959, où triomphe Les Quatre Cents Coups. Mais il est programmé hors compétition et impressionne favorablement...

Voir aussi