CRONENBERG DAVID (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Établi à Toronto, où il naquit le 15 mars 1943 et où il fit des études scientifiques, puis littéraires, David Cronenberg est, avec Atom Egoyan, l'un des rares cinéastes de fiction du Canada anglophone. Mais ses films l'ont surtout rendu insituable sur toute carte du cinéma ou de la géographie humaine : à l'image de la mutation qui en est le thème majeur, l'œuvre de David Cronenberg réforme et reforme les lois d'un genre (le fantastique, l'épouvante) pour en repousser les frontières. Et si sa maîtrise technique le place sur un pied d'égalité avec les maîtres des effets spéciaux du cinéma américain, c'est au service d'une sensibilité plus européenne qu'il met ce savoir-faire, à travers l'exploration d'un monde cérébral, volontiers tenté par des pistes psychanalytiques, et traversé par une réflexion sur les divers conditionnements de l'être humain. L'étrangeté qui en résulte contribue à accentuer le caractère profondément unique et la valeur de rupture d'une telle démarche.

David Cronenberg

Photographie : David Cronenberg

Le réalisateur canadien David Cronenberg reçoit le prix du jury au festival de Cannes 1996 pour son film Crash

Crédits : Pool Benainous/ Duclos/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Le corps en mutation

C'est la découverte du cinéma underground qui détermine David Cronenberg à réaliser quelques courts-métrages à la fin des années 1960, et ce sont de petites sociétés de production spécialisées dans les films pornographiques qui financent ses premiers longs-métrages. Placée sous de tels auspices, son inspiration n'apparaît guère plus sérieuse que celle d'un provocateur concoctant avec des moyens dérisoires des spectacles sanguinolents. Cronenberg gardera un temps cette image de cinéaste mineur et désuet. Pourtant, dès Frissons (Shivers, 1975), où une épidémie de violence sexuelle décime les habitants d'un immeuble moderne, l'obsession qui fonde l'imaginaire du cinéaste est à l'œuvre : le corps comme vecteur du fantastique et objet d'expérimentation scientifique – un médecin fou est ici responsable de l'épidémie transmise par un animal monstrueux. Rage (Rabid, 1977) réaffirme cette fascination pour la contamination, les métamorphoses physiques et la dégénérescence des instincts humains (ici ceux d'une femme, transformée en prédatrice sexuelle après une greffe de peau), de même que Chromosome 3 (The Brood, 1979), où une mère donne naissance à des gnomes cruels qui accomplissent ses désirs de meurtre refoulés. Marqué par les découvertes de la nouvelle psychiatrie, le film ouvre la voie à une approche plus intériorisée de l'horreur, dont le cerveau humain devient le foyer dans Scanners (1981), où deux frères télépathes s'affrontent avec les armes d'une pensée assassine, et dans Dead Zone (1983), adaptation d'un roman de Stephen King dont le héros est un accidenté de la route qui développe des dons visionnaires.

Le pouvoir de l'image est au centre des préoccupations de David Cronenberg. Dès lors, on ne s'étonne pas de le voir devenir, en juillet 2006, commissaire d'une exposition consacrée à Andy Warhol, et rencontrer l'intérêt du peintre pour la représentation de la célébrité et celle de la mort, deux thèmes qui soulèvent directement la question du retentissement de ce qu'on donne à voir (Andy Warhol/Supernova : Stars, Death and Disasters 1962-1964 fut présenté en 2006 au musée des Beaux-Arts de l'Ontario, à Toronto).

Les films de Cronenberg éclairent souvent brillamment les mutations de notre rapport quotidien aux images, mais le cinéaste voit également là un motif romanesque qui prolonge l'histoire des avatars du corps racontée dans tous ses films. Projetée, manipulée, greffée ou inventée, l'image rencontre en effet toujours le corps, celui du héros de Videodrome (1983), devenu un magnétoscope vivant, comme celui de M. Butterfly (1993), cet homme qui fait l'amour avec un autre homme en croyant s'unir à une femme, et s'accouple à une image. Cette avancée dans les fantasmagories de la représentation va de pair avec une recherche visuelle de plus en plus sophistiquée, jusqu'aux effets spéciaux invisibles de Faux-semblants (Dead Ringers, 1988), où deux gynécologues jumeaux se partagent une femme à l'utérus trifide, expérimentant sur elle des instruments pour opérer les mutantes. Le Festin nu (The Naked Lunch, 1991) marque l'aboutissement de cette démarche : film résolument d'avant-garde où Cronenberg entreprend de faire corps avec le roman de William Burroughs, de croiser deux processus de création (l'écriture et la mise en images) pour élaborer un univers où toute ligne de [...]

Faux-semblants, D. Cronenberg

Photographie : Faux-semblants, D. Cronenberg

Faux-semblants (1988), de David Cronenberg, avec Jeremy Irons, qui tient le rôle de deux jumeaux, et Geneviève Bujold. Après Vidéodrome et avant Crash, David Cronenberg se révèle le cinéaste du corps mutant. 

Crédits : Diltz/ Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

David Cronenberg

David Cronenberg
Crédits : Pool Benainous/ Duclos/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Faux-semblants, D. Cronenberg

Faux-semblants, D. Cronenberg
Crédits : Diltz/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CRONENBERG DAVID (1943- )  » est également traité dans :

SPIDER (D. Cronenberg)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 024 mots

David Cronenberg a bâti son œuvre sur une série de contradictions. Intellectuel canadien dont la vocation pour le cinéma naît à la vision de films expérimentaux, il en refuse le ghetto pour se tourner vers le fantastique. Dès son premier long-métrage, Frissons (The Parasites Murders, 1975), il choisit de travailler à partir de thèmes inspirés de la série B s […] Lire la suite

BALLARD JAMES GRAHAM (1930-2009 )

  • Écrit par 
  • Denis GUIOT
  •  • 1 196 mots

James Graham Ballard fut un des grands écrivains du xx e  siècle et, sans nul doute, celui qui a affirmé le plus nettement l'adéquation fine de la science-fiction avec notre époque : « Le „fait“ capital du xx e  siècle est l'apparition de la notion de possibilité illimitée . Ce prédicat de la science et de la technologie appelle la vision d'un passé brutalement mis entre parenthèses – le passé n'e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « CRONENBERG DAVID (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-cronenberg/