PELLOUTIER FERNAND (1867-1901)

Fils d'un fonctionnaire des postes, Pelloutier est né à Paris. Il fait ses études au petit séminaire de Guérande puis au collège de Saint-Nazaire. Ayant échoué au baccalauréat, il se consacre au journalisme et collabore à un journal local, La Démocratie de l'Ouest, où il rencontre Aristide Briand. Devenu rédacteur en chef en 1892, il adhère au Parti ouvrier français de Guesde et contribue à la fondation de la Bourse du travail de Saint-Nazaire. Délégué au congrès de la Fédération des travailleurs socialistes de l'Ouest, à Tours, il défend la thèse de la grève générale, en laquelle il voit le moyen privilégié pour abattre la société capitaliste, dans la mesure où elle permet l'auto-affirmation de la classe ouvrière tout en limitant les risques d'aliénation des individus. L'hostilité des guesdistes envers la grève générale entraîne la rupture de Pelloutier avec le P.O.F.

Arrivé à Paris en 1893, il se rallie au socialisme libertaire. Élu secrétaire adjoint de la Fédération des Bourses du travail en 1894, puis secrétaire l'année suivante, il en devient l'animateur inlassable : il crée de nouvelles bourses, fonde la revue L'Ouvrier des deux mondes (1897), publie plusieurs brochures. Il prône un syndicalisme d'action directe, qui élimine toute instance intermédiaire (c'est-à-dire essentiellement le parti) dans la lutte des classes, entre la bourgeoisie et la classe ouvrière, et qui suppose également que les prolétaires deviennent leurs propres intellectuels. Aussi est-il amené à accorder une place importante à l'éducation des travailleurs.

En 1899, les atteintes d'une tuberculose contractée dans sa jeunesse l'obligent à arrêter son activité. Cette maladie l'emportera deux ans plus tard. Homme d'action, mais surtout propagandiste, Pelloutier apparaît comme un des précurseurs du syndicalisme révolutionnaire.

—  Paul CLAUDEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PELLOUTIER FERNAND (1867-1901)  » est également traité dans :

BOURSES DU TRAVAIL

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 308 mots

C'est sous la Révolution française, semble-t-il, que germe l'idée des Bourses du travail : il s'agissait de créer des organismes où seraient concentrées les offres et les demandes de main-d'œuvre. Mais elle ne se réalise que vers la fin du xixe siècle, en 1886, lorsque le Conseil municipal de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourses-du-travail/#i_1802

SOREL GEORGES (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Louis SOUBISE
  •  • 2 241 mots

Dans le chapitre « Le syndicalisme révolutionnaire »  : […] Sorel emprunte à Fernand Pelloutier la théorie du « syndicalisme révolutionnaire ». Ce bourgeois consacre son énergie à donner un esprit nouveau aux Bourses du travail, afin que cette organisation soit intégralement l'œuvre de la classe ouvrière et vouée à l'éducation de celle-ci ; le caractère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-sorel/#i_1802

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « PELLOUTIER FERNAND - (1867-1901) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-pelloutier/