FERDINAND VII (1784-1833) roi d'Espagne (1808 et 1814-1833)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roi d'Espagne (1808 et 1814-1833), né le 14 octobre 1784 à El Escorial, près de Madrid, mort le 29 septembre 1833 à Madrid, Ferdinand est le fils de Charles IV et de Marie-Louise de Parme.

En 1808, Napoléon Ier, exploitant habilement l'inimitié de Ferdinand à l'égard du favori de son père, le ministre Manuel Godoy (celui-ci avait signé le traité de Bâle en 1795 mettant fin à la guerre contre la France), ainsi que l'espoir de Charles IV d'agrandir son royaume, profite de son expédition militaire contre le Portugal pour envahir le territoire espagnol. Ferdinand, qui a cherché la protection de Napoléon Ier, est arrêté par son père. Alors que Godoy et les souverains se préparent à fuir face à l'invasion des troupes françaises, une émeute éclate à Aranjuez (17 mars 1808) pour libérer Ferdinand. Charles doit renvoyer Godoy et abdiquer en faveur de Ferdinand. Les troupes françaises occupent Madrid, Napoléon convoque Ferdinand VII à la frontière et l'oblige à rendre la couronne à son père, qui la cède à Napoléon. Ce dernier nomme son frère Joseph Bonaparte roi d'Espagne et retient Ferdinand prisonnier en France pendant toute la durée de la guerre.

C'est donc le peuple espagnol qui doit se soulever contre l'envahisseur français au nom du roi absent. En 1812, les Espagnols indépendants adoptent la Constitution de Cadix, instituant une monarchie modérée, mais en décembre 1813, Napoléon libère Ferdinand afin qu'il l'abroge. Quand Ferdinand rentre en Espagne en 1814, les réactionnaires l'exhortent à abolir les Cortes de Cadix, ce qu'il fait sur le champ. Il retrouve ses anciens pouvoirs et essaie de reprendre la main sur l'Amérique espagnole, partiellement indépendante. Mais ses ministres ne peuvent ni renforcer ses armées en Amérique ni persuader le gouvernement britannique de participer à la reconquête ou de soutenir l'Espagne. En 1820, une révolution libérale restaure la Constitution de 1812 que Ferdinand ac [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification


Autres références

«  FERDINAND VII (1784-1833) roi d'Espagne (1808 et 1814-1833)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 932 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La victoire des patriotes (1816-1824) »  : […] Militairement, l'Espagne et les loyalistes semblent avoir gagné la partie. Ils ne tarderont pas à la perdre sur le plan politique. Ferdinand VII n'eut ni la générosité ni l'intelligence de faire à ses sujets américains les quelques concessions qui auraient pu récompenser les loyalistes de leur fidélité, et rallier, parmi les hésitants et les vaincus, ceux qui n'aspiraient qu'à la paix. Ce conserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-espagnole/#i_10295

CARLOS don (1788-1855)

  • Écrit par 
  • Louis URRUTIA-SALAVERRI
  •  • 1 209 mots

Le cruel tableau de Goya, La Famille de Charles IV , montre, non loin de son frère Ferdinand VII et des autres membres de la famille, le futur don Carlos, le premier des deux don Carlos de l'histoire contemporaine espagnole. L'abdication de Bayonne, en 1808, appartient autant à l'histoire de France qu'à celle de l'Espagne. Napoléon obtint que Ferdinand VII rendît la couronne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-don-1788-1855/#i_10295

CONSTITUTION DE CADIX (1812)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 226 mots

Durant l'occupation française, à partir de 1808, Cadix resta la capitale de l'Espagne libre, fidèle à son roi légitime Ferdinand VII. Elle fut alors le siège de la junte centrale, puis des Cortes, qui y promulguèrent la Constitution libérale du 19 mars 1812 (jour de la Saint-Joseph, d'où le surnom de cette Constitution, la Pepa, Pepe étant le diminutif de Joseph en espagnol). Celle-ci s'inspire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution-de-cadix/#i_10295

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 270 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La guerre d'indépendance »  : […] Après l'émeute d'Aranjuez, Murat convainquit Ferdinand VII de se rendre à Bayonne auprès de Napoléon qui obtint son abdication. Une assemblée de notables reconnut Joseph Bonaparte comme roi et adopta une nouvelle constitution. Le Conseil de Castille se rallia à Joseph qui trouva le soutien d'un parti recruté surtout dans les classes supérieures de la société, celui des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-de-l-unite-politique-a-la-guerre-civile/#i_10295

GODOY MANUEL (1767-1851)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 928 mots

Né à Badajoz en Estrémadure, Manuel Godoy appartient à une famille de petite noblesse peu fortunée. Il quitte sa ville natale pour Madrid en 1781 et entre dans la Compagnie royale des gardes du corps. C'est alors que la future reine Marie-Louise conçoit une violente passion pour ce jeune homme de belle allure, dont l'ascension commence aussitôt que Charles IV succède à Charles III sur le trône d'E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-godoy/#i_10295

MARIE-CHRISTINE (1806-1878) reine d'Espagne

  • Écrit par 
  • Louis URRUTIA-SALAVERRI
  •  • 635 mots
  •  • 1 média

Fille de François I er , roi des Deux-Siciles, Marie-Christine de Bourbon épouse, en 1829, le roi d'Espagne, Ferdinand VII, plusieurs fois veuf. La première partie de son histoire est liée à ses amitiés libérales, à son influence bienfaisante en ce sens sur son royal mari, Ferdinand VII, qui, grâce à elle, proclama une amnistie qui permit à de nombreux libéraux exilés en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-christine/#i_10295

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le blocus continental et la campagne ibérique »  : […] Comme Napoléon devait renoncer à envahir l'Angleterre, il tenta d'obtenir une reddition en étouffant son économie. Il interdit tout commerce avec les îles Britanniques, ordonna la confiscation de tous les biens provenant des fabriques anglaises ou des colonies britanniques et déclara de bonne prise tout navire britannique, ou ayant abordé les rivages de l'Angleterre ou de ses colonies. Pour que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_10295

PÉROU

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD, 
  • Albert GARCIA, 
  • Alain LABROUSSE, 
  • Évelyne MESCLIER, 
  • Valérie ROBIN AZEVEDO
  •  • 22 242 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La conquête de l'indépendance (1816-1884) »  : […] La restauration de Ferdinand VII, surnommé « le Désiré » (« el Deseado »), sur le trône d'Espagne eut lieu en 1814. Faisant abstraction des libertés accordées au temps de Charles III, de la Constitution de Cadix de 1812 et des progrès idéologiques réalisés depuis 1808, il instaura en Espagne un régime absolutiste. En Amérique, il voulut procéder de la même manière. Or, bien des États s'étaient d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perou/#i_10295

Pour citer l’article

« FERDINAND VII (1784-1833) roi d'Espagne (1808 et 1814-1833) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-vii/