RAIMUND FERDINAND (1780-1836)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De son vrai nom Raimann, Ferdinand Raimund écrit avant tout des pièces de théâtre populaires. Mais il est aussi un acteur très apprécié du public viennois. Dramaturge et directeur de théâtre, il renoue avec les traditions du théâtre populaire et lui gagne ses lettres de noblesse en dépassant la farce. Ses pièces sont à la fois réalistes et féeriques, romantiques et allégoriques. Chez lui, contrairement à Nestroy, la satire sociale reste le plus souvent indirecte. Il oppose des artisans vertueux aux bourgeois cupides et aux féodaux parasitaires. Les fées et les princes des esprits interviennent pour le « happy end ». Beaucoup des aphorismes populaires que contiennent ses pièces frappent encore par la justesse du ton.

Parmi ses œuvres : Le Fabricant de baromètre sur l'île ensorcelée (Der Barometermacher auf der Zauberinsel, 1823) ; Le Diamant du roi des esprits (Der Diamant des Geisterkönigs, 1824) ; La Jeune Fille de l'univers des fées ou le Paysan millionnaire (Das Mädchen aus der Feenwelt oder der Bauer als Millionär, 1826), une pièce féerique chantée où l'amour d'un pauvre pêcheur pour la fille adoptive d'un paysan enrichi triomphe de la cupidité. Le Roi des Alpes et le Misanthrope (Der Alpenkönig und der Menschenfeind, 1828) est un conte romantico-comique dans lequel un propriétaire foncier tyrannique se transforme en être véritablement « humain » grâce à l'aide du roi des Alpes. Le Dilapidateur (Der Verschwender, 1834) décrit la bonté d'un serviteur, Valentin, qui sauve son ancien maître ruiné.

Raimund mettra fin à ses jours au cours d'une crise dépressive.

—  Marie-Claude DESHAYES

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAIMUND FERDINAND (1780-1836)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le théâtre populaire jusqu'à Nestroy »  : […] Le théâtre populaire baroque continue à prospérer ; jusqu'au début du xix e  siècle, la technique de l'improvisation est toujours pratiquée. Le dernier Kasperle , Johann La Roche, ne meurt qu'en 1806. Une évolution est à noter cependant : Philipp Haffner (1731-1764) combine l'ancienne farce et la féerie avec la comédie littéraire, française ou italienne. Karl Friedrich Hensler (1759-1825) amalgam […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claude DESHAYES, « RAIMUND FERDINAND - (1780-1836) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-raimund/