LOPE DE VEGA CARPIO FELIX (1562-1635)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour Cellorigo, observateur lucide du déclin de son pays, les Espagnols du début du xviie siècle semblent vivre sous l'effet d'un charme. Cette société, en particulier celle du frivole microcosme madrilène, trouve en Lope de Vega l'enchanteur qui, dans le miroir de la comedia, ordonne les mirages glorieux du public des corrales. Il est aussi celui qui charme l'imagination voluptueusement coupable des lecteurs de ses poèmes profanes et sacrés. Familier de l'Inquisition, présidant aux joutes poétiques lors des grandes cérémonies, protégé du duc de Sessa, il semble remplir parfaitement la fonction dévolue aux clercs chargés d'entretenir l'illusion collective. Comment expliquer, pourtant, qu'aucun des trois règnes sous lesquels il aura vécu ne lui apporte la faveur que son adhésion à l'ordre monarchique et aristocratique devrait lui valoir ? Pourquoi cette réticence des responsables politiques à lui accorder un statut officiel à la mesure de son succès populaire ? En raison de sa vie non conformiste ? Mais nombre de ses contemporains font carrière malgré une existence tout autant traversée de scandales et de contradictions. Il y a en réalité chez Lope une liberté plus inquiétante parce qu'inaliénable et qu'il exerce sans en revendiquer ni même en percevoir la valeur subversive. S'abandonnant dans sa vie comme dans sa création aux forces du désir et aux périlleuses facilités de la quête du plaisir, il crée un ordre lyrique qui ne saurait coïncider avec l'ordre établi. Par-delà les siècles, sa démesure n'a rien perdu de son élan ni de son pouvoir de contagion. Cette œuvre immense reste néanmoins enracinée dans les circonstances culturelles du Siècle d'or espagnol, et la comedia, sa création fondamentale, ne peut survivre qu'au prix de l'infléchissement du sens que lui donnait le poète. Ainsi, avant la guerre civile, Federico García Lorca, redécouvrant l'irrésistible pouvoir dramatique de Fuenteovejuna, propose aux spectateurs de son temps une image qui, venue paradoxalement du passé, est prémonitoire des années de tr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégé d'espagnol, maître assistant à l'U.E.R. d'études ibériques de l'université de Paris-IV

Classification


Autres références

«  LOPE DE VEGA CARPIO FELIX (1562-1635)  » est également traité dans :

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'époque de Lope de Vega »  : […] L'étonnant foisonnement des comédies de Lope de Vega et de ses émules multiplia les sources d'inspiration des autos. Maître Joseph de Valdivielso, théologien poète, fut le premier à pouvoir publier un recueil de Douze Autos sacramentales et douze comédies divines (1622). Il exploite librement a lo divino la comédie lopesque de L'Hôpital des fous. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/#i_1061

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Sous Philippe III »  : […] Philippe III (1598-1621) n'aimait pas le théâtre ; il vivait éloigné de la ville. En son temps, la comédie, effrontée comme la nouvelle jeunesse, parlait l'amphigouri à la mode, mettait en scène des problèmes réels quotidiens, proposait des solutions et, sous ce couvert, des attitudes mentales et des comportements nouveaux parfois choquants. Le bon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/#i_1061

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La poésie et le conceptisme »  : […] L'italianisme a introduit en Espagne – malgré la résistance de la vieille muse rustique – des mètres nouveaux, des genres nouveaux, et particulièrement le sonnet. Il s'est formé en Europe toute une esthétique du sonnet, provenant de la tradition pétrarquisante et s'inspirant d'un merveilleux spiritualisme érotique. Cette sorte de composition, auss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_1061

FUENTEOVEJUNA, Felix Lope de Vega - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 812 mots

Comme Peribañez et le Commandeur d'Ocaña (1614), ou Le Meilleur Alcade, c'est le roi (1635), deux pièces composées par le grand dramaturge espagnol Felix Lope de Vega Carpio (1562-1635), Fuenteovejuna est un drame de commandeurs. Écrite vers 1612-1614 vraisemblablement, cette pièce de théâtre, l'une des plus célèbres des comedias historiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fuenteovejuna/#i_1061

ROMANCERO

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 2 892 mots

Dans le chapitre « Romancero nuevo »  : […] Face aux romances viejos , composés d'éléments surtout traditionnels, chaque pièce du romancero nuevo est avant tout, même si elle est restée anonyme, l'expression directe d'un créateur individuel, et soumise à l'influence du mouvement littéraire, chose inconcevable pour un romance viejo. Ses premières manifestations sont plutôt l'œuvre de rimaill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero/#i_1061

ZARZUELA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de la zarzuela : une musique au service du théâtre »  : […] Depuis ses origines, le théâtre espagnol associe la musique au texte littéraire. Bartolomé de Torres Naharro (1485 ?-1524 ?) et Lope de Rueda (1510 env.-1565) sont souvent considérés comme les premiers auteurs comiques espagnols. Torres Naharro semble être le premier à écrire des comédies dans la forme qui allait devenir classique et trouver son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarzuela/#i_1061

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GILLE, « LOPE DE VEGA CARPIO FELIX - (1562-1635) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-lope-de-vega-carpio/