LOPE DE VEGA CARPIO FELIX (1562-1635)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour Cellorigo, observateur lucide du déclin de son pays, les Espagnols du début du xviie siècle semblent vivre sous l'effet d'un charme. Cette société, en particulier celle du frivole microcosme madrilène, trouve en Lope de Vega l'enchanteur qui, dans le miroir de la comedia, ordonne les mirages glorieux du public des corrales. Il est aussi celui qui charme l'imagination voluptueusement coupable des lecteurs de ses poèmes profanes et sacrés. Familier de l'Inquisition, présidant aux joutes poétiques lors des grandes cérémonies, protégé du duc de Sessa, il semble remplir parfaitement la fonction dévolue aux clercs chargés d'entretenir l'illusion collective. Comment expliquer, pourtant, qu'aucun des trois règnes sous lesquels il aura vécu ne lui apporte la faveur que son adhésion à l'ordre monarchique et aristocratique devrait lui valoir ? Pourquoi cette réticence des responsables politiques à lui accorder un statut officiel à la mesure de son succès populaire ? En raison de sa vie non conformiste ? Mais nombre de ses contemporains font carrière malgré une existence tout autant traversée de scandales et de contradictions. Il y a en réalité chez Lope une liberté plus inquiétante parce qu'inaliénable et qu'il exerce sans en revendiquer ni même en percevoir la valeur subversive. S'abandonnant dans sa vie comme dans sa création aux forces du désir et aux périlleuses facilités de la quête du plaisir, il crée un ordre lyrique qui ne saurait coïncider avec l'ordre établi. Par-delà les siècles, sa démesure n'a rien perdu de son élan ni de son pouvoir de contagion. Cette œuvre immense reste néanmoins enracinée dans les circonstances culturelles du Siècle d'or espagnol, et la comedia, sa création fondamentale, ne peut survivre qu'au prix de l'infléchissement du sens que lui donnait le poète. Ainsi, avant la guerre civile, Federico García Lorca, redécouvrant l'irrésistible pouvoir dramatique de Fuenteovejuna, propose aux spectateurs de son temps une image qui, venue paradoxalement d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégé d'espagnol, maître assistant à l'U.E.R. d'études ibériques de l'université de Paris-IV

Classification


Autres références

«  LOPE DE VEGA CARPIO FELIX (1562-1635)  » est également traité dans :

FUENTEOVEJUNA, Felix Lope de Vega - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 812 mots

Comme Peribañez et le Commandeur d'Ocaña (1614), ou Le Meilleur Alcade, c'est le roi (1635), deux pièces composées par le grand dramaturge espagnol Felix Lope de Vega Carpio (1562-1635), Fuenteovejuna est un drame de commandeurs. Écrite vers 1612-1614 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fuenteovejuna/#i_1061

ZARZUELA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 955 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de la zarzuela : une musique au service du théâtre »  : […] d'évocation. Tantôt chantée, tantôt instrumentale, elle souligne les situations ou accompagne les danses liées à l'action. Lope de Vega occupe une place prépondérante dans l'histoire du théâtre lyrique espagnol en tant qu'auteur de La Selva sin amor (« Les Forêts sans amour »), une églogue donnée à la cour d'Espagne en présence de Philippe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarzuela/#i_1061

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'époque de Lope de Vega »  : […] L'étonnant foisonnement des comédies de Lope de Vega et de ses émules multiplia les sources d'inspiration des autos. Maître Joseph de Valdivielso, théologien poète, fut le premier à pouvoir publier un recueil de Douze Autos sacramentales et douze comédies divines (1622). Il exploite librement a lo divino […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/#i_1061

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Sous Philippe III »  : […] soucis de la chrétienté, tant sur les nouveautés littéraires que sur les rapports de la théologie et de la morale. Ainsi, Lope de Vega prend parti pour les paysans riches contre les seigneurs tyranniques dans Peribañez et le Commandeur d'Ocaña (vers 1612) : ne s'agit-il pas de retenir la paysannerie qui, maltraitée, émigre vers les villes et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/#i_1061

ROMANCERO

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 2 892 mots

Dans le chapitre « Romancero nuevo »  : […] (roman qui déclencha ce courant de mauriphilie, lequel atteignit Chateaubriand à travers Mlle de Scudéry). Un jeune poète, appelé à la plus grande notoriété, y récolte ses premiers lauriers : Lope de Vega. Cette prolifération de noms et de vêtements arabisants amène une réaction, et la satire des poètes « mahométans » détourne le goût public […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romancero/#i_1061

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 805 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La poésie et le conceptisme »  : […] fray Luis de León (1527-1591), lui aussi tout nourri d'Antiquité. Lope de Vega, dont l'œuvre lyrique est immense, emploiera aussi la poésie à une réflexion sur les incertitudes de sa fortune personnelle et à l'expression de ses plus ardentes ferveurs religieuses. Mais ce qui domine chez lui, c'est le ton populaire ; sa puissance l'emporte sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_1061

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GILLE, « LOPE DE VEGA CARPIO FELIX - (1562-1635) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-lope-de-vega-carpio/