FAXIAN [FA-HIEN] (340 env.-apr. 413)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moine originaire du Shānxi, célèbre pour son voyage en Inde et à Ceylan. Faxian entre très jeune en religion, ses parents voulant lui éviter le sort de ses trois frères emportés par la maladie. Après ses études, il remarque l'absence en Chine de textes sur le vinaya et se décide à aller en rechercher en Inde. Âgé d'une soixantaine d'années, il part avec quelques compagnons en 399, se rend au Gansu, puis à Dunhuang, traverse le Lobnor, passe par Khotan et Kashgar pour arriver en Inde en 402. Il visite les lieux saints du bouddhisme, séjournant notamment une nuit sur le Gridhrakūtaparvata (mont des Vautours), où, d'après la légende, trois lions viennent se coucher à ses pieds. Sur le chemin du retour, il rencontre un vieux moine qui n'est autre que Mahākāshyapa, le compagnon du Bouddha qui, d'après la tradition, vit toujours sur le Kukkutagiri, mais il ne le reconnaît pas. Puis Faxian passe environ trois ans à Pātaliputra (405-407) ; il y étudie (mal) la langue sanskrite et trouve un exemplaire du vinaya des Mahāsamghika et un de celui des Sarvāstivādin. Il séjourne encore deux ans à Ceylan (410-411) avant de revenir en Chine par mer. Au cours d'un voyage mouvementé, Faxian visite Java, essuie des tempêtes, manque d'être abandonné sur une île par ses compagnons ; il finit par toucher terre sur la côte du Shandong en 412. Il s'installe à Nankin et rédige ses souvenirs de voyage, qui nous sont connus sous le titre de Gao seng Faxian zhuan ou Foguo ji. Il ne travaille pas beaucoup à traduire les textes qu'il a ramenés. Des deux vinaya qu'il introduit en Chine, un seul, celui des Mahāsamghika, sera traduit, mais avec l'aide de Buddhabhadra, qui s'attachera aussi à traduire le Mahāparinirvānasūtra (Sūtra de la Grande Extinction).

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FAXIAN [ FA-HIEN ] (340 env.-apr. 413)  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 721 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les pèlerinages »  : […] Le désir de se procurer des textes sacrés, celui de s'instruire auprès des maîtres étrangers, cachemiriens et indiens principalement, et enfin l'intérêt porté aux lieux saints du bouddhisme furent à l'origine d'un vaste mouvement de pèlerinages de Chine vers l'Asie centrale et vers l'Inde. Commencé dès la fin du iii e  siècle, il s'amplifie à partir de 400. Le premier pèlerin illustre pour avoir […] Lire la suite

GUPTA EMPIRE

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 3 288 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Naissance et apogée de l'empire Gupta »  : […] Śrī Gupta, roitelet assez obscur, passe pour avoir fondé la dynastie qui porte son nom. Son petit-fils, Candragupta I er (prononcer « Tchandragoupta »), donna à cette dernière un éclat durable. Le mariage de Candragupta avec une princesse de la maison des Licchavi, dont la domination sur la région de Vaiśālī est attestée dès le v e siècle avant J.-C., est sans doute à l'origine de sa fortune. So […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'âge des Gupta et Harṣa »  : […] Au début du iv e  siècle, un ferment d'unité reparaît dans le Magadha avec un nouveau Çandragupta, qui fonde en 320 la dynastie des Gupta. Sous Çandragupta II (375-415), leur influence à son apogée s'étend sur toute l'Inde au nord de la Narmadā. La relation chinoise du pèlerin bouddhiste Faxian [Fa-hien] laisse deviner un gouvernement moins rigidement centralisé que sous les Maurya, une civilisat […] Lire la suite

ROUTES DE LA SOIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 545 mots

— 1200 Le char est introduit en Chine depuis l'Asie centrale selon des voies de transmission encore inconnues. Une fois adopté, il est imité et perfectionné par les Shang, puis par les Zhou. Cette introduction atteste l'existence d'échanges entre l'Orient et l'Occident bien avant le commencement de relations commerciales. — 300 Datation approximative du kourgane n o  5 de Pazyryk, dans l'Altaï ( […] Lire la suite

VOYAGEURS CHINOIS

  • Écrit par 
  • Brigitte de BEER
  •  • 1 012 mots

Le plus ancien voyageur chinois connu est Zhang Qian dont les pérégrinations ont duré douze ans. Envoyé en ~ 138 par l'empereur Han Wudi pour contracter alliance avec les Yuezhi du nord de l'Oxus, contre les Xiongnu, il visita le Ferghana et la Sogdiane. Il rapporta de son voyage la connaissance d'un « Occident » peuplé et riche, et indiqua les routes qu'il avait empruntées pour y parvenir, à trav […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « FAXIAN [FA-HIEN] (340 env.-apr. 413) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/faxian-fa-hien/