EXTRADITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acte par lequel un État remet à un autre État qui lui en fait la demande un individu recherché ou déjà condamné par les juridictions pénales du pays requérant. L'extradition n'est, tout d'abord, qu'un simple engagement de courtoisie entre certains princes en vue de la livraison de malfaiteurs de droit commun (ainsi la convention de 1303 entre les royaumes de France et d'Angleterre). Il faut attendre le xviiie siècle pour qu'elle entre dans la pratique générale des États ; elle s'applique alors aussi aux crimes politiques. Dès cette époque, les conventions bilatérales se multiplient et les échanges s'intensifient. La plupart des pays ont fini par concrétiser dans leur législation leur doctrine de l'extradition (Angleterre : Extradition Act du 9 août 1870 ; France : loi du 10 mars 1927). Cependant, les législations internes n'entraînant que la faculté d'extrader ne font pas obstacle au développement du droit conventionnel qui en fait une obligation. Le Code de droit international privé ou Code Bustamante (La Havane, 20 février 1928) tente d'imposer quelques règles strictes en la matière. Acte de solidarité répressive internationale, l'extradition est aussi un acte de souveraineté pour l'État requis : elle s'opère par la voie diplomatique. Elle suppose un rapport d'égalité entre États souverains : la livraison d'un individu, obtenue par la contrainte, ne constitue pas une extradition. Aucun État n'est tenu de livrer ses propres nationaux, la plupart d'entre eux s'en interdisent d'ailleurs formellement la possibilité. L'extradition n'a lieu que pour des faits délictueux graves, commis sur le territoire de l'État requérant et réprimés par la législation de l'État requis. Elle s'étend dans la plupart des cas aux complices du crime ou du délit ; cependant, la prescription fait obstacle à la demande d'extradition. Les crimes et délits de nature politique ou militaire ne peuvent en principe justifier l'extradition de leur auteur, celui-ci peut pourtant être parfois extradé s'il s'est rendu coupable d'actes particulièrement odieux leur faisant perdre cette nature (assassinat de chefs d'État, crime contre l'humanité, terrorisme). Il faut noter que dans bien des cas la procédure d'extradition n'est pas utilisée mais fait place à des mesures d'enlèvement, dont l'illégalité est indiscutable. L'existence d'un traité d'extradition entre l'État requérant et l'État requis oblige ce dernier ; s'il refuse l'extradition, il doit motiver son refus et engage alors sa responsabilité internationale. Lorsque aucune convention n'existe, l'État requis conserve son entière liberté d'appréciation ; dans la plupart des cas, en France notamment, le gouvernement consulte l'autorité judiciaire sur la suite à donner à une demande d'extradition. L'avis, toujours motivé, ne lie le gouvernement que s'il est défavorable. Un individu réclamé par plusieurs États doit être livré à l'État sur le territoire duquel il a commis le délit le plus important ; au cas où l'État requis aurait lui-même à poursuivre cet individu, il pourrait en différer la remise jusqu'à ce que la justice ait suivi son cours. La procédure n'a rien perdu de son actualité ; elle connaît même de nouvelles applications du fait de certaines conventions instituant un système de « compétence universelle » pour des infractions telles que le trafic des stupéfiants ou la piraterie aérienne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de droit international public à l'université d'Évry-Val-d'Essonne

Classification

Autres références

«  EXTRADITION  » est également traité dans :

CRIME DE GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 1 004 mots
  •  • 2 médias

« Atrocités ou délits commis sur des personnes et des biens en violation des lois et usages de la guerre, y compris l'assassinat, les mauvais traitements ou la déportation, pour des travaux forcés ou pour tout autre but, des populations civiles dans les territoires occupés, l'assassinat ou les mauvais traitements des prisonniers de guerre ou des personnes en mer, l'exécution des otages, le pillage […] Lire la suite

DÉTOURNEMENT D'AÉRONEF

  • Écrit par 
  • Joël GREGOGNA
  •  • 908 mots

Forme particulière de piraterie, le détournement d'aéronef est limité dans le temps et dans l'espace. Contrairement aux voiliers du xviii e  siècle, un avion a une autonomie et un nombre de points d'arrivée limités : il ne peut disparaître aux yeux de tout le monde et le moment de quitter l'appareil est en principe un moment critique pour les auteurs du détournement. De plus, la grande majorité de […] Lire la suite

JUSTICE - Justice politique

  • Écrit par 
  • Robert CHARVIN
  •  • 8 856 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  De l'ordre interne à l'ordre international »  : […] La justice est traditionnellement l'une des composantes majeures de la souveraineté de chaque État. Néanmoins, l'intensité des conflits internationaux contemporains et les crimes de guerre commis ont soulevé le problème de la responsabilité de ceux qui les ont ordonnés ou perpétrés. La fin de la Première Guerre mondiale a posé le principe de la mise en accusation de l'ex-empereur Guillaume II (ar […] Lire la suite

URUGUAY

  • Écrit par 
  • Éric FOULQUIER, 
  • Georges FOURNIAL, 
  • Maria Laura REALI
  •  • 7 694 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'arrivée de la gauche au pouvoir »  : […] La coalition de gauche Frente Amplio récolta, au cours des différents scrutins qui se tinrent après le retour à la démocratie, de plus en plus de suffrages, et ce malgré ses divisions internes. En novembre 1989, la municipalité de Montevideo, qui représente près de la moitié de la population du pays, fut remportée par Tabaré Vázquez. De même, la gauche mit fin au bipartisme qui régnait depuis 192 […] Lire la suite

Les derniers événements

10-11 août 2021 Chine – Canada. Condamnations de deux Canadiens.

extradition vers les États-Unis où elle est accusée de fraude bancaire et de violation des sanctions prises contre l’Iran. […] Lire la suite

28 avril 2021 France – Italie. Interpellation de militants italiens d'extrême gauche.

d’extradition de la part de Rome. L’Élysée se prévaut de la « doctrine Mitterrand », appliquée par l’ancien président dans les années 1980, qui consistait à accueillir en France les militants italiens qui renonçaient à la violence et n’étaient pas coupables de crime de sang.  […] Lire la suite

4 janvier 2021 Royaume-Uni – États-Unis. Rejet de la demande d'extradition de Julian Assange.

d’extradition de Julian Assange présentée par la justice américaine. Celle-ci accuse depuis 2010 le fondateur australien de l’ONG WikiLeaks de possession et publication de documents confidentiels, de piratage informatique et de mise en danger de personnels militaires par la révélation de leur identité. La cour ne justifie pas sa décision par la défense […] Lire la suite

26 décembre 2020 Chine – Turquie. Ratification chinoise du traité d'extradition avec Ankara.

d’extradition conclu avec la Turquie en mai 2017. Le Parlement turc ne l’a pas encore entériné. La Turquie abrite une diaspora de plusieurs dizaines de milliers de Ouïgours, minorité turcophone de la province chinoise du Xinjiang, réprimée par Pékin pour séparatisme. Pékin fait pression sur Ankara pour obtenir leur arrestation et leur rapatriement. […] Lire la suite

18 novembre 2020 États-Unis – Mexique. Extradition d'un ancien ministre mexicain.

La justice américaine annonce l’abandon des charges retenues contre l’ancien ministre mexicain de la Défense Salvador Cienfuegos, arrêté en octobre à Los Angeles pour narcotrafic et blanchiment d’argent, afin de permettre que celui-ci soit jugé dans son pays. Cette procédure est sans précédent dans le cadre de la coopération judiciaire entre les  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patricia BUIRETTE, « EXTRADITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/extradition/