EXCÈS DE POUVOIR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les moyens de protection

Traditionnellement, l'administration est soumise au contrôle du juge, ainsi qu'à celui du Parlement. Mais ces contrôles n'étaient pas toujours suffisants, et c'est pourquoi l'action des médiateurs administratifs est venue s'y ajouter.

Le contrôle juridictionnel

On dit que les actes de l'administration sont soumis à un contrôle juridictionnel lorsque la personne qui se prétend victime d'un excès de pouvoir peut s'adresser à un tribunal indépendant, qui recherche le droit applicable et rend une décision revêtue de l'autorité de la chose jugée – en d'autres termes, une décision à laquelle l'administration elle-même est juridiquement tenue de se conformer.

L'existence d'un tel contrôle ne va pas de soi, surtout lorsqu'il s'agit d'actes émanant d'une administration de l'État. Dans les régimes qui ne reconnaissent pas le principe de la séparation des pouvoirs, il est difficile d'admettre que l'État, qui dispose de la force publique et qui incarne l'intérêt général, puisse être condamné à l'issue d'un procès intenté par une personne privée. C'est ainsi que, en Union soviétique, avant la perestroïka, sous réserve d'exceptions limitativement énumérées, aucun tribunal ne pouvait annuler un acte de l'administration, ni même en apprécier la légalité. Et, même dans les pays où le contrôle juridictionnel est depuis longtemps admis, comme c'est le cas en France, certains actes accomplis par les autorités publiques lui échappent toujours, parce que leur objet touche de trop près à la politique (il s'agit essentiellement des actes qui intéressent les relations entre le Parlement et le gouvernement, ou les relations entre l'État et une puissance étrangère).

Il ne faut cependant pas croire que, en l'absence de contrôle juridictionnel, les administrés sont totalement désarmés. Ils peuvent en effet s'adresser aux supérieurs hiérarchiques qui exercent sur les actes de leurs subordonnés un contrôle de légalité et d'opportunité. Parfois, un organe extérieur à l'administration active participe à ce contrôle hiérarchique en instruisant les dossiers et en formulant des r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  EXCÈS DE POUVOIR  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - Le droit administratif

  • Écrit par 
  • Jean RIVERO
  •  • 11 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le contrôle de l'administration par le juge »  : […] Les règles ne valent que par l'efficacité de la sanction dont elles sont assorties. La garantie essentielle de l'administré réside dans la possibilité qui lui est largement offerte de provoquer, par son recours, l'intervention du juge . On a souligné le rôle capital du juge administratif. Il n'est pourtant pas le seul, malgré le principe de la séparation des pouvoirs, à assur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administration-le-droit-administratif/#i_18912

ADMINISTRATION - Les juridictions administratives françaises

  • Écrit par 
  • Patrice BEAUJARD
  •  • 3 510 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contentieux de la légalité et plein contentieux »  : […] Le contentieux traité devant les juridictions administratives peut être réparti entre deux grands blocs, selon l'objet de la requête et les pouvoirs que se reconnaît le juge. Dans le contentieux de la légalité, le juge peut annuler à la demande du requérant un acte administratif dont l'auteur a commis, selon la terminologie en vigueur, « un excès de pouvoir » : soit parce qu'il était incompétent  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administration-les-juridictions-administratives-francaises/#i_18912

CONSEIL D'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

Au sommet de la juridiction administrative se situe le Conseil d'État. Mais juger n'est pas sa seule fonction. Il est aussi le plus important des conseils placés auprès du gouvernement, auquel il donne de très nombreux avis. Ces deux fonctions se retrouvent tout au long de son histoire. Héritier du Conseil du roi de l'Ancien Régime, le Conseil d'État est instauré par la Constitution de l'an VIII […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-d-etat/#i_18912

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Stabilité du cadre napoléonien »  : […] En conciliant l'héritage de l'ancien droit – les techniques venues du droit romain ou du droit coutumier ainsi qu'un droit familial de type patriarcal en 1804 (incapacité de la femme mariée, puissance paternelle forte, statut inférieur des enfants illégitimes) – et certains principes révolutionnaires – comme l'absence de privilèges, la sécularisation du droit, le droit individuel de propriété déb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-droit-francais/#i_18912

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis HAMON, « EXCÈS DE POUVOIR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/exces-de-pouvoir/