EXCÈS DE POUVOIR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les médiateurs administratifs

L'ombudsman est le plus ancien des médiateurs administratifs, et c'est aussi celui dont le domaine d'intervention est le plus vaste.

Le modèle est apparu en Suède au début du xixe siècle, et c'est pourquoi, aujourd'hui encore, l'institution est connue sous son nom suédois, qui désigne une personne agissant pour le compte d'autrui. Mais, depuis les années cinquante, l'idée a séduit d'autres pays, et son succès a été tellement rapide que l'on a pu parler d'« ombudsomanie ». Les principales zones d'expansion ont été la Scandinavie, l'Europe occidentale et certains pays du Commonwealth britannique comme le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Pour ne citer que quelques exemples, le « commissaire parlementaire pour l'administration » (Grande-Bretagne, 1967), le « médiateur » (France, 1973) et le « défenseur du peuple » (Espagne, 1981) ont une parenté évidente avec l'ombudsman suédois, bien qu'ils présentent chacun des particularités liées au contexte national.

L'ombudsman est désigné par le Parlement ou (plus rarement) par l'exécutif, ce qui est le cas du médiateur français. Mais, quel que soit son mode de nomination, il est indépendant dans l'exercice de ses fonctions, ce qui signifie, d'une part, qu'il ne peut pas être révoqué en cours de mandat (sauf dans des cas exceptionnels prévus par la loi) et, d'autre part, qu'il n'a pas d'instructions à recevoir, même de la part des autorités qui l'ont désigné.

En règle générale, les administrés ont la faculté de saisir eux-mêmes l'ombudsman. La Grande-Bretagne et la France font toutefois exception à cette règle : le commissaire parlementaire pour l'administration et le médiateur ne peuvent, en principe, traiter que les plaintes qui leur ont été transmises par un membre du Parlement. Mais, qu'elle soit directe ou indirecte, la saisine n'entraîne aucuns frais, et elle n'est pas assujettie à des règles compliquées de procédure ou de délai. Il est donc souvent plus facile de s'adresser à l'ombudsman que de saisir le juge.

Pour instruire les plaintes, l'ombudsm [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  EXCÈS DE POUVOIR  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - Le droit administratif

  • Écrit par 
  • Jean RIVERO
  •  • 11 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le contrôle de l'administration par le juge »  : […] Les règles ne valent que par l'efficacité de la sanction dont elles sont assorties. La garantie essentielle de l'administré réside dans la possibilité qui lui est largement offerte de provoquer, par son recours, l'intervention du juge . On a souligné le rôle capital du juge administratif. Il n'est pourtant pas le seul, malgré le principe de la séparation des pouvoirs, à assur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administration-le-droit-administratif/#i_18912

ADMINISTRATION - Les juridictions administratives françaises

  • Écrit par 
  • Patrice BEAUJARD
  •  • 3 510 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contentieux de la légalité et plein contentieux »  : […] Le contentieux traité devant les juridictions administratives peut être réparti entre deux grands blocs, selon l'objet de la requête et les pouvoirs que se reconnaît le juge. Dans le contentieux de la légalité, le juge peut annuler à la demande du requérant un acte administratif dont l'auteur a commis, selon la terminologie en vigueur, « un excès de pouvoir » : soit parce qu'il était incompétent  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administration-les-juridictions-administratives-francaises/#i_18912

CONSEIL D'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

Au sommet de la juridiction administrative se situe le Conseil d'État. Mais juger n'est pas sa seule fonction. Il est aussi le plus important des conseils placés auprès du gouvernement, auquel il donne de très nombreux avis. Ces deux fonctions se retrouvent tout au long de son histoire. Héritier du Conseil du roi de l'Ancien Régime, le Conseil d'État est instauré par la Constitution de l'an VIII […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-d-etat/#i_18912

FRANCE (Histoire et institutions) - Le droit français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HALPÉRIN
  •  • 7 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Stabilité du cadre napoléonien »  : […] En conciliant l'héritage de l'ancien droit – les techniques venues du droit romain ou du droit coutumier ainsi qu'un droit familial de type patriarcal en 1804 (incapacité de la femme mariée, puissance paternelle forte, statut inférieur des enfants illégitimes) – et certains principes révolutionnaires – comme l'absence de privilèges, la sécularisation du droit, le droit individuel de propriété déb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-droit-francais/#i_18912

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis HAMON, « EXCÈS DE POUVOIR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/exces-de-pouvoir/