ATGET EUGÈNE (1857-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux États-Unis, Eugène Atget est considéré comme le père de la photographie moderne et même comme un grand artiste du xxe siècle. La France, où les surréalistes ont contribué à révéler Atget, l'a trop longtemps considéré comme un artisan naïf, peu conscient de la beauté de ses images. Au point d'en faire le douanier Rousseau de la photographie. De fait, la place d'Eugène Atget dans l'histoire de la photographie est atypique. À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, les photographes s'équipent d'appareils plus maniables, plus rapides, se regroupent en club d'amateurs pour se livrer ensemble à la pratique de la prise de vue, tels les excursionnistes, exposent dans des salons à la façon des peintres et des sculpteurs ou encore publient leurs images dans des revues luxueuses. Équipé d'un trépied, d'une chambre grand format (18 cm × 24 cm) et d'un voile noir – un matériel qui évoque plutôt les premiers photographes –, Atget se présente comme un garant du métier de photographe. Il opère seul, choisit ses sujets et propose ses épreuves à des clients, aussi bien des institutions que des particuliers.

Une passion solitaire

Né en 1857 à Libourne, il commence à photographier alors qu'il a plus de trente ans et cette activité l'occupe jusqu'à la fin de sa vie, en 1927 à Paris (il est cependant très peu actif de 1914 à 1920). Il a exercé auparavant plusieurs professions, mais son premier désir était de devenir comédien. Entré au Conservatoire en 1879, il s'en fait exclure deux ans plus tard, ses obligations militaires l'empêchant d'être suffisamment assidu. Il mène alors une vie d'acteur ambulant avec sa compagne Valentine Compagnon, rencontrée en 1886. Ses premières images, qu'il vend à des artistes, sont des « paysages, animaux, fleurs, monuments, documents, premiers plans pour artistes, reproductions de tableaux », ainsi qu'on peut le lire dans une annonce publicitaire parue dans La Revue des beaux-arts, en 1892. Il s'essaye aussi à la peinture. En 1898, il vend pour la première fois des photographies à des institutions, au musée Carnavalet puis au musée de Sculpture comparée. S'il renonce à sa carrière d'acteur pour adopter le métier de photographe, il ne rompra jamais avec le théâtre. Il continue à se présenter comme un artiste dramatique jusqu'en 1910, avant de se déclarer éditeur en 1912, et donne des cours de diction et des conférences sur cet art jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : diplôme de l'École Louis-Lumière, diplôme de recherche de l'École du Louvre, responsable du fonds de photographie à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Paris

Classification


Autres références

«  ATGET EUGÈNE (1857-1927)  » est également traité dans :

ATGET, UNE RÉTROSPECTIVE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 005 mots

Les quelque vingt-cinq mille photographies aujourd'hui connues de l'œuvre d' Eugène Atget constituent le fonds le plus riche sur le Paris des quatre décennies 1890-1930. L'hommage que le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France lui rendait, du 27 mars au 1er juillet 2007, à travers un choix de trois cent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atget-une-retrospective/#i_70730

ABBOTT BERENICE (1898-1991)

  • Écrit par 
  • Christian CAUJOLLE
  •  • 797 mots

C'est en 1925 qu'elle rencontre, grâce à Man Ray, le photographe Eugène Atget, inlassable chroniqueur d'un Paris architectural qu'il explore systématiquement, de vitrines en hôtels particuliers, de classes sociales en paysages urbains, d'arrondissement en arrondissement. Elle devient l'amie du vieil homme et se prend de passion pour son œuvre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berenice-abbott/#i_70730

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 136 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de la photographie-peinture »  : […] de 1930 combine un certain goût poétique, voire fantastique, goût de l'étrangeté, avec le réalisme social, qui retrouve le vérisme d'Eugène Atget (1857-1927), l'acuité du « regard neuf » n'excluant pas une volonté artistique. Qu'on songe à l'école tchécoslovaque, restée remarquablement fidèle aux influences surréalistes de ses origines (1935), et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_70730

LE STYLE DOCUMENTAIRE (O. Lugon)

  • Écrit par 
  • Michel POIVERT
  •  • 971 mots

la naissance d'un paradoxe : donner à l'art une forme qui lui était a priori étrangère, celle du document. Certes, les travaux engagés depuis les années 1980 autour de la figure d'Eugène Atget (1857-1927) ont été déterminants pour comprendre ce qui, dès le début du xxe siècle, allait être le moteur historique de la relation entre l'art et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-style-documentaire/#i_70730

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne de MONDENARD, « ATGET EUGÈNE - (1857-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-atget/