ÉPICLÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grande prière eucharistique adressée au Saint-Esprit au moment où le célébrant rapporte le récit de la Cène et prononce les paroles dites consécratoires, l'épiclèse (du grec epiklêsis, invocation) a toujours tenu une place centrale dans les liturgies orientales, qui suivent ainsi saint Jean Damascène : « Le changement du pain dans le corps du Christ s'effectue par la seule puissance du Saint-Esprit » (De fide orthodoxa, IV, 13). Les épiclèses orientales prennent des formes légèrement différentes suivant qu'il s'agit de la liturgie dite de saint Jacques (« Car l'Esprit saint vivificateur descend des hauteurs et se posant sur cette Eucharistie la consacre »), de celle de saint Jean Chrysostome (« Nous te supplions d'envoyer l'Esprit saint sur nous et sur ces dons, les changeant par ton Esprit »), ou de celle de saint Basile (« Plaise à ta bonté que vienne ton Esprit sur nous et sur ces dons, qu'il les bénisse, les sanctifie et manifeste ce pain comme le corps de notre Seigneur »).

La liturgie romaine, qui avait supprimé pendant longtemps l'épiclèse, l'a réintégrée dans les diverses versions du canon de la messe à la suite de la réforme entreprise en 1963. En fait, la différence de pratique à ce sujet entre l'Orient et l'Occident reposait sur une dissension concernant le sacerdoce. Pour la théologie orientale, le prêtre ne s'identifie pas avec le Christ et il ne prononce pas les paroles : « Ceci est mon corps », in persona Christi, comme le suppose l'Église latine. Il parle au nom de la communauté. Et pour que ses paroles aient une efficace, on invoque l'Esprit, seul capable de donner le Christ. C'est par l'Esprit saint que le Christ lui-même identifie les paroles prononcées par le prêtre et les siennes, l'Eucharistie actuelle et la Cène. L'épiclèse se trouve ainsi, plus encore que le Filioque, au centre d'un des sujets les plus importants pour l'œcuménisme : celui de la place et du sens du sacerdoce dans la communauté chrétienne.

—  Marie-Odile MÉTRAL-STIKER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPICLÈSE  » est également traité dans :

EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JOSSUA
  •  • 7 101 mots

Dans le chapitre « Le corps et le sang du Christ »  : […] Pour comprendre la « présence réelle » du Christ dans l'eucharistie, il faut distinguer entre la signification majeure de cette affirmation et les efforts pour en rendre compte théologiquement. Deux approches convergentes éclairent cette doctrine : la place du récit de l'institution dans le mémorial et le sens de l'épiclèse. L'idée d'une présence particulière du Christ dans la nourriture du repas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eucharistie/#i_26379

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le sens de l'Église »  : […] Dans ce qu'elle a de durable, l' ecclésiologie orthodoxe exprime directement les mystères du Christ, de l'Esprit, de la Trinité. Elle apparaît comme une ecclésiologie de communion qui se fonde sur trois principes fondamentaux. Le premier est le principe christologique ou eucharistique  : l'eucharistie intègre de la manière la plus r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_26379

Pour citer l’article

Marie-Odile MÉTRAL-STIKER, « ÉPICLÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epiclese/