ENDOCRINOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'essor de l'endocrinologie moderne

Après ces prémices, déjà brillantes, l'endocrinologie devait connaître, au xxe siècle, un prodigieux essor, dont on ne peut citer que les grands courants, où s'entremêlent d'innombrables travaux, dus à la fois aux cliniciens, aux cytologistes, aux physiologistes, aux biochimistes.

La nature des hormones et leur biogenèse

La composition chimique des hormones dont les structures étaient les plus simples fut assez tôt découverte ; ainsi l'adrénaline (Oliver et Schafer, 1894) et la thyroxine (Kendall, 1914), dont on parvint rapidement à faire la synthèse.

Vint ensuite l'identification des hormones stéroïdes produites par les surrénales et les glandes génitales ; à cette tâche s'attachèrent principalement, de 1929 à 1953, les noms de Doisy, Dingemanse, Freud et Laqueur, Ruzicka, Butenandt, Allen, Kendall, Reichstein, Wintersteiner, Simpson et Tait, Wettstein. Les formules de ces hormones étant connues, leur synthèse industrielle assurée, les chimistes parvinrent à créer artificiellement, grâce à des modifications moléculaires, de nouveaux corps présentant des propriétés légèrement différentes, les unes renforcées, les autres atténuées, permettant ainsi des applications thérapeutiques fort variées, en dehors même de la pathologie endocrinienne.

Les travaux réalisés précisent peu à peu les structures plus complexes d'autres catégories d'hormones, de nature protéique, parmi lesquelles figurent les hormones hypophysaires, l'insuline, le glucagon, l'hormone parathyroïdienne. Certaines sont obtenues à l'état cristallin, quelques-unes même reproduites par synthèse.

L'action biologique des hormones

Mise indirectement en évidence par l'étude des maladies endocriniennes et par l'ablation des tissus glandulaires, l'action biologique des hormones a été précisée par l'analyse de plus en plus poussée des effets de leur utilisation sous forme d'extraits [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire de clinique endocrinologique à la faculté de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine

Classification


Autres références

«  ENDOCRINOLOGIE  » est également traité dans :

ADIPEUX TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 333 mots

Tissu conjonctif dans lequel les fibrilles de précollagène ne forment qu'un mince réseau enserrant des lobules graisseux et dans lequel la microvascularisation est bien développée ainsi que l'innervation. Le tissu adipeux a pour cellules des fibrocytes et des histiocytes. Ces derniers ont la particularité de pouvoir se charger de lipides, dispersés en phase aqueuse. Une large enclave formée de tri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tissu-adipeux/#i_2153

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_2153

ALDOSTÉRONE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 1 642 mots

Dès 1934, Wintersteiner démontrait que l'animal, privé de surrénales, pouvait être maintenu en vie à l'aide d'une fraction amorphe extraite de la partie corticale de ces glandes. En 1953, Wettstein et Reichstein ont isolé, à partir de cette fraction, une substance hormonale comportant une fonction aldéhyde et ils lui ont donné le nom d'aldostérone. Wettstein en a réalisé la synthèse en 1955. C'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldosterone/#i_2153

ANTIHORMONES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 773 mots

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce phénomène : diminution de la biosynthèse de l'hormone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antihormones/#i_2153

AUTO-IMMUNITAIRES MALADIES ou AUTO-IMMUNES MALADIES

  • Écrit par 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Les M.A.I. de type I »  : […] Les plus représentatives des maladies de ce type sont endocriniennes, neuro (ou para-) neurologiques ou autres. Les atteintes endocriniennes peuvent toucher la thyroïde comportant atrophie ou hypertrophie (goitre) de l'organe et hyperfonctionnement avec hyperthyroxinémie (maladie de Basedow ou de Graves : parfois vraie thyrotoxicose avec exophtalmie, tachycardie, nervosité, perte de poids) ou hyp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-auto-immunitaires/#i_2153

BROMOCRIPTINE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 720 mots

Autre nom du mésylate de 2-bromo-α-ergocryptine, la bromocriptine est un alcaloïde semi-synthétique de la série des 9-10 ergopeptides, c'est-à-dire des peptides de l'ergot de seigle, inscrite au tableau A. L'introduction d'un atome de brome en position 2 sur l'acide lysergique a ajouté aux propriétés pharmacologiques de la molécule celle d'inhiber la sécrétion de prolactine, ce qui a pour conséque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bromocriptine/#i_2153

BROWN-SÉQUARD CHARLES ÉDOUARD (1817-1894)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 327 mots

Physiologiste et neurologue, pionnier de l'endocrinologie et de la neurophysiologie, Brown-Séquard fut parmi les premiers à étudier la physiologie de la moelle épinière. Il décrivit notamment un syndrome qui porte son nom (il correspond à l'hémisection médullaire, dont les effets ont permis d'analyser le trajet des grandes voies sensitives et motrices). Sa découverte la plus importante est celle d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-edouard-brown-sequard/#i_2153

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contrôle de la reproduction chez les vertébrés »  : […] Au niveau central, les neurones de l’hypothalamus (sécréteurs de kisspeptine, à dopamine, de dopamine, etc.) forment un réseau fonctionnel contrôlant la sécrétion de la neurohormone GnRH, qui atteint l’hypophyse où elle stimule, via son récepteur à sept passages transmembranaires, la sécrétion dans le sang des gonadotropines LH et FSH. Ces dernières se lient à leurs récepteurs spécifiques, égale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication-cellulaire/#i_2153

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Système endocrinien et croissance »  : […] L' ensemble du système endocrinien qui va contrôler la croissance jusqu'à l'âge adulte est en place dès la naissance. Comme le montre la figure 6 , on peut retenir un schéma général reliant la production des diverses hormones et les variations de la vitesse de croissance selon l'âge. La cinétique de la croissance peut s'analyser comme la superposition de trois phénomènes, dont deux sont hormono-d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_2153

CYCLE MENSTRUEL

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 3 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonction endocrine des ovaires »  : […] Les ovaires sécrètent trois types d'hormones stéroïdiennes : les estrogènes, la progestérone et les androgènes. Ces hormones sont constituées de molécules relativement simples, connues pour certaines depuis la décennie 1930 et, en conséquence, elles sont fabriquées depuis longtemps par synthèse chimique. Les estrogènes sont représentés avant tout par l'estradiol, hormone féminine principale, et, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-menstruel/#i_2153

DÉCOUVERTE DE LA CORTISONE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 212 mots

La recherche sur les glandes surrénales fut stimulée par des observations cliniques faites sur des malades atteints d'insuffisance surrénalienne. De 1933 à 1936, trois groupes de chercheurs, dont celui d'Edward C. Kendall, qui avait déjà isolé la thyroxine, et celui de Tadeus Reichstein à Zurich, isolent à partir des corticosurrénales une substance (nommée compound E par Ken […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-la-cortisone/#i_2153

DÉCOUVERTE DE L'INSULINE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

L'histoire de l'insuline remonte à la mise en évidence expérimentale du rôle du pancréas dans la genèse du diabète sucré chez le chien, par Oskar Minkowski et Josef von Mering, en 1889. Stimulés en outre par les résultats encourageants de l'administration d'extraits de thyroïde dans l'hypothyroïdie, plusieurs chercheurs s'efforcent d'isoler la « sécrétion interne », ou hormone du pancréas, qui dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-insuline/#i_2153

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La maturation osseuse et la croissance staturo-pondérale »  : […] L'œuf humain invisible à l'œil nu, le nouveau-né humain qui pèse en moyenne 3,2 kg et mesure environ 50 centimètres, l'adulte que nous connaissons et dont le poids et la taille varient sensiblement selon le sexe et l'ethnie d'origine, témoignent, lorsqu'on les compare, de l'inexorable programmation et des effets remarquables de la croissance en taille et en poids (fig. 6). Celle-ci est conditio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-humain/#i_2153

DIABÈTE

  • Écrit par 
  • Éric RENARD
  •  • 8 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Critères et classification internationale du diabète sucré »  : […] Une soif inextinguible (polydipsie) et une perte urinaire excessive (polyurie) constituent les deux grands signes cliniques associés rapportés par les médecins de l’Antiquité. Dans sa Grande Chirurgie (rédigée en 1363, puis modifiée au fil des nombreuses rééditions), Guy de Chauliac désigne ce double symptôme par le nom de diabète (en grec, littéralement « qui passe à traver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diabete/#i_2153

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 252 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les scénarios évolutifs »  : […] De nombreuses hormones ont une origine très ancienne et sont présentes dans (presque) tous les groupes animaux ; d'autres sont apparues plus récemment et leur distribution est plus restreinte, par exemple aux seuls vertébrés. Ce sont les progrès de la génomique et de la phylogénie qui permettent de proposer des scénarios évolutifs, à différentes échelles, concernant les hormones, leurs récepteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-endocrinien/#i_2153

ÉRYTHROCYANOSE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 86 mots

Lésion d'allure congestive liée à une atonie vaso-motrice des capillaires qui atteint habituellement chez les jeunes filles les régions sus-malléolaires. La rougeur et la cyanose s'accompagnent d'un empâtement profond pseudo-œdémateux et souvent de kératose folliculaire, de télangiectasies. Ces manifestations, exagérées par le froid, liées à des troubles endocrino-sympathiques complexes, n'ont en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erythrocyanose/#i_2153

ESTROGÈNES ou ŒSTROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 1 220 mots

L'appellation de ces substances dérive du terme œstrus (ou estrus) qui désigne, chez les mammifères femelles, la période où l'ovulation et la réceptivité vis-à-vis du mâle coïncident. Les estrogènes naturels sont des hormones stéroïdes à dix-huit atomes de carbone ; il s'agit principalement de l' estradiol (estra triène-1,3,5 diol-3,17), de l' estrone […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/estrogenes-oestrogenes/#i_2153

GHRÉLINE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHARVET
  •  • 502 mots

La ghréline est une hormone naturelle isolée de l'estomac de certains mammifères, dont l'homme, par l'équipe japonaise de Kosima ( Nature , n o  402, pp. 656-660, 1999). Lorsqu'on l'injecte par voie intraveineuse ou dans le ventricule cérébral, ce peptide relâche l'hormone de croissance, growth hormone, ou GH (d'où le GH de ghréline). La ghréline a a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghreline/#i_2153

GLUCAGON

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 134 mots

Hormone produite dans le pancréas par des cellules appartenant aux îlots de Langerhans (sécrétion endocrine). Protéine de faible poids moléculaire, le glucagon a une action opposée à celle de l'insuline, une hormone produite elle aussi par des cellules langerhansiennes. Le glucagon augmente la concentration dans le sang d'un sucre utilisé par le métabolisme, le glucose, en stimulant l'hydrolyse d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glucagon/#i_2153

GLYCÉMIE

  • Écrit par 
  • Jack BAILLET, 
  • Universalis
  •  • 3 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mécanismes régulateurs neurovégétatifs et endocriniens »  : […] Alors que le système régulateur physico-chimique est doué d'une certaine inertie, le système endocrinien permet un ajustement précis et rapide de la glycémie. Les modalités en sont résumées dans la figure 2. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glycemie/#i_2153

GRAVES MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 426 mots

Maladie endocrinienne, la maladie de Graves est la plus fréquente cause d'hyperthyroïdie ou thyrotoxicose (hypersécrétion d'hormone thyroïde). Dans la maladie de Graves, la sécrétion excessive d'hormone thyroïde s'accompagne habituellement d'une hypertrophie diffuse de la glande (entraînant un goître) et une exophtalmie (protrusion des globes oculaires) avec une rétraction des paupières et d'autr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-de-graves/#i_2153

GUILLEMIN ROGER (1924- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 270 mots

Physiologiste américain d'origine française, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1977 (conjointement à Andrew Schally et Rosalyn Yalow) pour ses recherches sur les hormones hypothalamiques. Roger Charles Louis Guillemin est né le 11 janvier 1924 à Dijon. Il fait ses études à l'université de Dijon, puis à celles de Lyon et de Montréal. Il devient enseignant à l'école de médecine Baylor, à Hous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-guillemin/#i_2153

HENCH PHILIP SHOWALTER (1896-1965)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 164 mots

Rhumatologue américain né en 1896 à Pittsburgh (Pennsylvanie). Médecin militaire (1920), Hench est successivement directeur du département de rhumatologie (1926) à la clinique Mayo, à Rochester puis professeur de médecine à la fondation Mayo de l'université du Minnesota (1947). Hench remarque que la jaunisse et/ou la grossesse soulagent les douleurs des patients souffrant d'arthrite rhumatoïde chr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-showalter-hench/#i_2153

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les hormones des Vertébrés »  : […] Chez tous les êtres vivants multicellulaires, et plus spécialement chez les Vertébrés, une corrélation fonctionnelle entre les divers tissus spécialisés est assurée par des échanges de messages dont les principaux vecteurs sont d'une part l'influx nerveux, et d'autre part des hormones. Le même type d'organisation étant réalisé chez les divers Vertébrés, avec des différences reflétant l'évolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_2153

HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Universalis
  •  • 6 568 mots
  •  • 4 médias

L'hypophyse tire son nom de sa situation à la partie inférieure du cerveau. C'est une glande endocrine formée de deux parties distinctes et d'origine embryonnaire différente : le lobe postérieur et le lobe antérieur. Ce dernier est constitué de sept sortes de cellules que l'on peut caractériser par leurs réactions aux divers colorants et les techniques d'immuno-histochimie ultra-structurales. C'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypophyse-glande-pituitaire/#i_2153

INFANTILISME

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 559 mots

La persistance, à l'âge adulte, des caractères physiques, psychiques et génitaux propres à l'enfance peut définir l'infantilisme. Il se différencie du nanisme, qui ne porte que sur la croissance staturale, et de l'eunuchisme, qui procède seulement de l'insuffisance génitale. L'origine de l'infantilisme est souvent endocrinienne (l'antéhypophyse étant fréquemment concernée) ou diencéphalique, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infantilisme/#i_2153

JOST ALFRED (1916-1991)

  • Écrit par 
  • Etienne WOLFF
  •  • 781 mots

Né en 1916 à Strasbourg, Alfred Jost accomplit de brillantes études dans des lycées de Strasbourg et de Paris.Il fut reçu à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm,où après avoir passé avec succès l'agrégation des sciences naturelles, il s'initie aux questions scientifiques avec le professeur Robert Lévy, dont l'enseignement était incomparable et dont se souviennent tous les élèves qui ont eu l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-jost/#i_2153

KENDALL EDWARD CALVIN (1886-1972)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 193 mots

Chimiste américain, né en 1886 à South Norwalk (Connecticut), Kendall est directeur du département de biochimie de la fondation Mayo à Rochester, puis professeur de chimie physiologique (1915-1951) ; il enseignera ensuite à l'université Princeton. Depuis la découverte, à la fin du xix e  siècle, du rôle vital joué par le cortex des glandes surréna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-calvin-kendall/#i_2153

KNOBIL ERNST (1926-2000)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 767 mots

Berlinois par sa naissance, Viennois par ses parents, Français par son éducation, citoyen des États-Unis par sa carrière universitaire et scientifique, le physiologiste Ernst Knobil est demeuré toute sa vie un exemple parfait de l'intellectuel européen – une culture polymorphe assortie d'humour, une ambition habillée d'élégance, une rigueur scientifique tempérée de pragmatisme et d'efficacité. Dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-knobil/#i_2153

KOCHER THEODOR EMIL (1841-1917)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 467 mots

Chirurgien suisse, prix Nobel de physiologie et de médecine en 1909. Docteur en médecine de la faculté de Berne, étudiant brillant, Kocher se rend à Berlin, à Paris et à Londres pour y chercher un poste et compléter sa formation de chirurgien. Il se forme au contact de grands chirurgiens, ce qui lui permet de développer sa propre pratique chirurgicale. De 1872 à 1911, il est professeur de chirurg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-emil-kocher/#i_2153

LEPTINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 564 mots

De multiples travaux tendent à relier diverses formes d'obésité chez l'homme avec des mutations génétiques. La piste la plus sérieuse est celle de la leptine. Le gène ob, qui code pour cette protéine, est exprimé seulement dans le tissu adipeux blanc. La leptine serait sécrétée par ce tissu et freinerait le comportement alimentaire par un relais hypothalamique. Son absence serait responsable des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leptine/#i_2153

LI CHOH HAO (1913-1987)

  • Écrit par 
  • Michel CHRÉTIEN
  •  • 490 mots

Né à Canton (Chine) en 1913, Choh Hao Li obtient son baccalauréat de chimie à l'université de Nankin et décide, en 1935, d'émigrer aux États-Unis pour compléter ses études en physico-chimie organique à l'université de Berkeley (Californie). Dès l'obtention de son doctorat, il commence, en 1938, une brillante carrière de biochimiste en explorant les secrets de la glande pituitaire, déjà reconnue c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-choh-hao-1913-1987/#i_2153

MARAÑÓN GREGORIO (1887-1960)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 725 mots

Précurseur et maître de l'endocrinologie, Gregorio Marañón, médecin espagnol reconnu et admiré comme l'un des grands esprits de son temps, fut aussi historien, critique d'art, philosophe et moraliste. Il naquit à Madrid d'une famille originaire de Santander. Son père était l'ami d'illustres écrivains, Menéndez y Pelayo, Pereda, Pérez Galdós. Après des études secondaires au collège San Miguel, il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregorio-maranon/#i_2153

MÉLATONINE

  • Écrit par 
  • Yvan TOUITOU
  •  • 870 mots

La mélatonine (N-acétyl-5-méthoxy-tryptamine) est une hormone sécrétée principalement par la glande pinéale ou épiphyse et également produite, mais en beaucoup plus faible quantité, par la rétine. Durant les trente dernières années, l'intérêt pour la glande pinéale a été relancé à la suite de l'isolement et de la caractérisation de la mélatonine, par Lerner et ses collaborateurs en 1958. Son nom l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melatonine/#i_2153

MÉNOPAUSE

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 1 323 mots

La ménopause est un processus touchant les femmes entre quarante-huit et cinquante-cinq ans ; les ovaires cessent, de manière plus ou moins progressive, de produire des hormones féminines : estradiol et progestérone. Tout d'abord, les ovaires perdent la possibilité d'ovuler régulièrement et, en conséquence, ne fabriquent plus la progestérone, également appelée l'hormone lutéale, sécrétée par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menopause/#i_2153

NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Paul DELL
  •  • 15 353 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les connexions hypothalamo-hypophysaires »  : […] Il faut distinguer deux types de liaisons, d'une part celles avec l' hypophyse postérieure constituées par un tractus neurosécrétoire, d'autre part celles avec l'hypophyse antérieure constituées par un dispositif neurovasculaire très spécial, unique dans l'organisme. Liaison hypothalamus-hypophyse postérieure . Le lobe postérieur (lobe nerveux, pars neuralis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-neurovegetatif/#i_2153

NOTION D'HORMONE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

À la fin du xix e  siècle apparut l'idée que certaines structures anatomiques friables et très vascularisées sécrétaient des substances d'une grande importance pour l'organisme, qu'on appela « sécrétions internes », reprenant une expression inventée par Claude Bernard. Après qu'on eut montré que, dans certains goitres, la glande thyroïde était dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notion-d-hormone/#i_2153

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Explorations endocrinologiques »  : […] L'une des premières applications médicales des radio-isotopes utilisait l'iode 131 pour l'exploration fonctionnelle et le traitement de diverses affections de la glande thyroïde. Les modalités d'exploration de la thyroïde ont changé et les explorations endocriniennes isotopiques se sont enrichies grâce à l'avènement d'autres traceurs et grâce à l'utilisation de caméras tomoscintigraphiques coupl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_2153

OBÉSITÉ

  • Écrit par 
  • Arnaud BASDEVANT, 
  • Cécile CIANGURA
  •  • 5 939 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déséquilibre énergétique »  : […] La quasi-totalité des réserves énergétiques de l'organisme est représentée par les réserves lipidiques, c'est-à-dire par la masse grasse contenue dans les cellules (adipocytes) du tissu graisseux (adipeux). La réserve énergétique est l'objet d'une régulation. Le niveau des réserves est maintenu autour d'une valeur de référence, propre à chaque individu, par des mécanismes complexes (cellulaires, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/obesite/#i_2153

PANCRÉAS

  • Écrit par 
  • Jacques MIROUZE, 
  • Éric RENARD, 
  • André RIBET
  •  • 8 620 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Anatomie »  : […] Les îlots de Langerhans, qui constituent le pancréas endocrine, sont dispersés sur l'ensemble du pancréas, mais prédominent dans sa partie caudale. Leur nombre est de l'ordre de 1,5 à 2,5 millions pour un poids global de 1 à 2 g. Leur taille s'échelonne de 50 à 300 μm de diamètre, et ils contiennent des centaines à des milliers de cellules endocrines. Leur origine embryologique reste discutée en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pancreas/#i_2153

PARANÉOPLASIES ou SYNDROMES PARANÉOPLASIQUES

  • Écrit par 
  • René PIÉRON
  •  • 1 064 mots

On entend par paranéoplasies ou, de préférence, syndromes paranéoplasiques, l'ensemble des manifestations cliniques, assorties ou non de désordres biologiques, liées au cancer (qu'elles apparaissent avant sa mise en évidence, au moment de celle-ci ou après) et dont l'expression se fait hors de l'organe cancéreux, indépendamment de tout processus métastasique (c'est-à-dire de tout essaimage cancér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paraneoplasies-syndromes-paraneoplasiques/#i_2153

PARATHYROÏDES

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  • , Universalis
  •  • 2 274 mots
  •  • 2 médias

Les constatations convergentes faites chez l'homme et chez l'animal, la confrontation des syndromes d'hyposécrétion et d'hypersécrétion des parathyroïdes permettent d'affirmer que la fonction principale de ces glandes endocrines est de participer à la régulation du métabolisme phosphocalcique . Leur rôle essentiel est la régulation de la calcémie et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parathyroides/#i_2153

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

  • Écrit par 
  • Vincent LAUDET
  •  • 3 826 mots
  •  • 5 médias

Le grand public est alerté régulièrement sur les risques liés à l'exposition de l'homme à certains produits chimiques présents dans l'environnement. La toxicité du bisphénol A, l'épandage de pesticides sur les cultures ou encore les risques associés aux déchets industriels déversés dans les rivières font l'objet de nombreux débats dans les médias. Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'utilisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perturbateurs-endocriniens/#i_2153

PHYSIOLOGIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 4 276 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Distinguer et hiérarchiser les fonctions de l’organisme »  : […] La science physiologique de Claude Bernard se caractérise avant tout par une méthode expérimentale assujettie à une hypothèse, mais de façon transitoire, tant que les faits expérimentaux sont en accord avec elle. Cette méthode est celle décrite par le physiologiste dans l’ Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865). Elle est très différente des modes antérieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiologie-animale/#i_2153

PLUMMER MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 265 mots

Maladie de la thyroïde caractérisée par une augmentation majeure du volume de la glande thyroïde (goître), la présence de nodules et une surproduction d'hormone thyroïdienne (hyperthyroïdie). L'étiologie de la maladie de Plummer, qui survient habituellement chez les sujets âgés, reste inconnue. Sa symptomatologie ressemble à celle du syndrome de Grave, maladie probablement auto-immune liée à la pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-de-plummer/#i_2153

REICHSTEIN TADEUS (1897-1996)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 251 mots

Chimiste suisse d'origine polonaise, né en 1897 à Wloclawek. Directeur de l'institut pharmaceutique de l'université de Bâle et professeur de chimie pharmacologique (1931-1946), il dirigera ensuite le nouvel institut de chimie organique dont il aura supervisé la construction. Les travaux les plus connus de Reichstein portent sur les hormones corticosurrénales, en particulier la cortisone, et lui on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadeus-reichstein/#i_2153

SCHALLY ANDREW (1926- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 296 mots

Endocrinologue américain né le 30 novembre 1926 à Wilno (Pologne, auj. Vilnius, Lituanie), Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1977 (conjointement à Roger Guillemin et à Rosalyn Yalow) pour avoir isolé et synthétisé trois hormones sécrétées par une région du cerveau , l'hypothalamus ; ces trois hormones contrôlent l'activité d'autres glandes productrices d'hormones. Andrew Schally fuit la Pol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrew-schally/#i_2153

SELYE HANS (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 396 mots

Physiologiste canadien dont l'œuvre a dévoilé les principaux mécanismes de la réaction biologique des organismes animaux face aux agressions de toute nature, Hans Selye est né à Vienne et a fait ses études médicales à l'université de Prague, dont il a été diplômé en 1929. Il devient ensuite directeur de l'Institut de médecine et de chirurgie expérimentale de Montréal. Endocrinologue, il se consacr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-selye/#i_2153

SÉROTONINE

  • Écrit par 
  • Michel HAMON
  •  • 3 883 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fonctions périphériques »  : […] La 5-HT peut intervenir dans de nombreuses fonctions périphériques, tantôt comme agent pharmacologique, tantôt comme messager chimique. Le tractus gastro-intestinal . À ce niveau, la 5-HT agit soit directement en activant le péristaltisme intestinal et en provoquant les contractions généralisées (d'ailleurs mises à profit pour le dosage biologique), soit indirectement par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serotonine/#i_2153

SHEEHAN SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 259 mots

Le syndrome de Sheehan est une insuffisance hypophysaire (hypopituitarisme) qui apparaît chez la femme après la grossesse et la naissance du bébé ; il est lié à la destruction des cellules de l'antéhypophyse, causée par l'hypoxie qui suit la naissance. Il peut également résulter d'un choc septique, ou d'une hémorragie massive, quelle qu'en soit la cause. Autrefois la cause la plus fréquente d'hyp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-sheehan/#i_2153

SPORT (Histoire et société) - Le dopage

  • Écrit par 
  • Jean-François BOURG
  •  • 10 036 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Faut-il légaliser le dopage ? »  : […] À l'opposé de cette approche, plusieurs dirigeants sportifs, médecins et médias entendent réduire l'aire du dopage. Ainsi, Juan Antonio Samaranch, alors président du Comité international olympique (C.I.O.), avait souhaité une limitation drastique du nombre de produits illicites, estimant que les substances augmentant artificiellement le rendement du sportif ne devaient pas être interdites si elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-histoire-et-societe-le-dopage/#i_2153

STEIN-LEVENTHAL SYNDROME DE ou SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 466 mots

Le syndrome de Stein-Leventhal est également appelé syndrome des ovaires polykystiques. C'est une maladie endocrinienne qui touche les femmes et qui se caractérise par une élévation du taux des hormones sexuelles mâles (androgènes) et une absence d'ovulation (anovulation). C'est l'une des affections hormonales les plus fréquentes et elle est en cause dans un grand nombre de cas d'infertilité fémi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-stein-leventhal/#i_2153

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Les glandes surrénales furent découvertes en 1543 par B. Eustachi, mais leur rôle n'apparut qu'en 1855 lorsque T.  Addison décrivit la maladie bronzée et la rattacha à une destruction de ces glandes. C. E. Brown-Séquard (1856) démontra expérimentalement qu'elles étaient indispensables à la vie. En 1895, Oliver et Schäfer révélaient l'influence hypertensive des extraits surr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/#i_2153

THYROÏDE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 5 293 mots
  •  • 3 médias

La glande thyroïde, la plus volumineuse des glandes à sécrétion interne, dérive d'une ébauche endodermique située à la partie antérieure du plancher pharyngien, au niveau de la base de la langue. Au cours de sa migration vers le cou pendant le développement embryonnaire, elle laisse parfois, le long du tractus thyréoglosse, des résidus qui peuvent donner naissance à des thyroïdes accessoires ou à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thyroide/#i_2153

THYROXINE ou TÉTRAIODOTHYRONINE (T4)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 555 mots
  •  • 1 média

La thyroxine est la principale hormone produite par la glande thyroïde. Son dosage permet la détection de l'hypothyroïdie et de l'hyperthyroïdie. C'est Edward C. Kendall , un biochimiste américain qui, de 1910 à 1914, a réussi à isoler chimiquement la thyroxine et à en décrire les signes cliniques, l'absence ou l'insuffisance quantitative de cette hormone étant à l'origine de pathologies telles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thyroxine-tetraiodothyronine-t4/#i_2153

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Sylvie SESÉ-LÉGER
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Clinique, étiologie et thérapeutique »  : […] La conviction d'appartenir au sexe opposé est, chez le sujet transsexuel, une idée prévalente, c'est-à-dire une idée fixe qui occupe le champ de la conscience. Le sujet transsexuel refuse son sexe d'assignation, ce qui se traduit dès l'enfance par le choix de comportements relevant du sexe opposé ou par un refus des jeux et des manières correspondant généralement au sexe du sujet. C'est à la pube […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transsexualisme/#i_2153

VALE WYLIE (1941-2012)

  • Écrit par 
  • Kara ROGERS
  •  • 292 mots

L' endocrinologiste américain Wylie Vale découvrit et caractérisa les hormones cérébrales en jeu dans la régulation de la croissance et de la réponse du corps au stress. Wylie Walker Vale Junior naît le 3 juillet 1941 à Houston (Texas). Réalisant tout son cursus dans son État natal, il obtient une licence de biologie à l'université Rice de Houston en 1963, puis un doctorat en physiologie et en bio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wylie-vale/#i_2153

VIEILLISSEMENT

  • Écrit par 
  • Claude JEANDEL, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 11 831 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Antivieillissement, hormono-thérapie substitutive »  : […] De nos jours, l'attention et l'assistance médicale aux personnes âgées se sont considérablement développées en raison, d'une part, des progrès de la gérontologie, d'autre part, de l'extension de la gériatrie dans les services hospitaliers. Il faut toutefois insister sur le fait que le meilleur acteur du bon déroulement de sa vieillesse est soi-même, qu'il faut vouloir la préparer (la prévention es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieillissement/#i_2153

ZOLLINGER-ELLISON SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Thomas LAVERGNE
  •  • 948 mots

Le syndrome de Zollinger-Ellison est une affection endocrinienne caractérisée par une hyperproduction de gastrine du fait d'une tumeur (plus souvent maligne que bénigne) ou d'une hyperplasie endocrine siégeant le plus souvent au niveau du pancréas. Elle se trouve parfois intégrée dans le cadre d'une polyadénomatose où sont associés un hyperparathyroïdisme et un hypercorticisme. Rappelons que la ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-zollinger-ellison/#i_2153

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DECOURT, « ENDOCRINOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/endocrinologie/