ENDOCRINOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'essor de l'endocrinologie moderne

Après ces prémices, déjà brillantes, l'endocrinologie devait connaître, au xxe siècle, un prodigieux essor, dont on ne peut citer que les grands courants, où s'entremêlent d'innombrables travaux, dus à la fois aux cliniciens, aux cytologistes, aux physiologistes, aux biochimistes.

La nature des hormones et leur biogenèse

La composition chimique des hormones dont les structures étaient les plus simples fut assez tôt découverte ; ainsi l'adrénaline (Oliver et Schafer, 1894) et la thyroxine (Kendall, 1914), dont on parvint rapidement à faire la synthèse.

Vint ensuite l'identification des hormones stéroïdes produites par les surrénales et les glandes génitales ; à cette tâche s'attachèrent principalement, de 1929 à 1953, les noms de Doisy, Dingemanse, Freud et Laqueur, Ruzicka, Butenandt, Allen, Kendall, Reichstein, Wintersteiner, Simpson et Tait, Wettstein. Les formules de ces hormones étant connues, leur synthèse industrielle assurée, les chimistes parvinrent à créer artificiellement, grâce à des modifications moléculaires, de nouveaux corps présentant des propriétés légèrement différentes, les unes renforcées, les autres atténuées, permettant ainsi des applications thérapeutiques fort variées, en dehors même de la pathologie endocrinienne.

Les travaux réalisés précisent peu à peu les structures plus complexes d'autres catégories d'hormones, de nature protéique, parmi lesquelles figurent les hormones hypophysaires, l'insuline, le glucagon, l'hormone parathyroïdienne. Certaines sont obtenues à l'état cristallin, quelques-unes même reproduites par synthèse.

L'action biologique des hormones

Mise indirectement en évidence par l'étude des maladies endocriniennes et par l'ablation des tissus glandulaires, l'action biologique des hormones a été précisée par l'analyse de plus en plus poussée des effets de leur utilisation sous forme d'extraits endocriniens ou d'hormones de synthès [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de clinique endocrinologique à la faculté de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine

Classification

Autres références

«  ENDOCRINOLOGIE  » est également traité dans :

ADIPEUX TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 333 mots

Tissu conjonctif dans lequel les fibrilles de précollagène ne forment qu'un mince réseau enserrant des lobules graisseux et dans lequel la microvascularisation est bien développée ainsi que l'innervation. Le tissu adipeux a pour cellules des fibrocytes et des histiocytes. Ces derniers ont la particularité de pouvoir se charger de lipides, dispersés en phase aqueuse. Une large enclave formée de tri […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite

ALDOSTÉRONE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 1 642 mots

Dès 1934, Wintersteiner démontrait que l'animal, privé de surrénales, pouvait être maintenu en vie à l'aide d'une fraction amorphe extraite de la partie corticale de ces glandes. En 1953, Wettstein et Reichstein ont isolé, à partir de cette fraction, une substance hormonale comportant une fonction aldéhyde et ils lui ont donné le nom d'aldostérone. Wettstein en a réalisé la synthèse en 1955. C'es […] Lire la suite

ANTIHORMONES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 773 mots

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce phénomène : diminution de la biosynthèse de l'hormone […] Lire la suite

AUTO-IMMUNITAIRES MALADIES ou AUTO-IMMUNES MALADIES

  • Écrit par 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Les M.A.I. de type I »  : […] Les plus représentatives des maladies de ce type sont endocriniennes, neuro (ou para-) neurologiques ou autres. Les atteintes endocriniennes peuvent toucher la thyroïde comportant atrophie ou hypertrophie (goitre) de l'organe et hyperfonctionnement avec hyperthyroxinémie (maladie de Basedow ou de Graves : parfois vraie thyrotoxicose avec exophtalmie, tachycardie, nervosité, perte de poids) ou hyp […] Lire la suite

BROMOCRIPTINE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 720 mots

Autre nom du mésylate de 2-bromo-α-ergocryptine, la bromocriptine est un alcaloïde semi-synthétique de la série des 9-10 ergopeptides, c'est-à-dire des peptides de l'ergot de seigle, inscrite au tableau A. L'introduction d'un atome de brome en position 2 sur l'acide lysergique a ajouté aux propriétés pharmacologiques de la molécule celle d'inhiber la sécrétion de prolactine, ce qui a pour conséque […] Lire la suite

BROWN-SÉQUARD CHARLES ÉDOUARD (1817-1894)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 327 mots

Physiologiste et neurologue, pionnier de l'endocrinologie et de la neurophysiologie, Brown-Séquard fut parmi les premiers à étudier la physiologie de la moelle épinière. Il décrivit notamment un syndrome qui porte son nom (il correspond à l'hémisection médullaire, dont les effets ont permis d'analyser le trajet des grandes voies sensitives et motrices). Sa découverte la plus importante est celle d […] Lire la suite

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contrôle de la reproduction chez les vertébrés »  : […] Au niveau central, les neurones de l’hypothalamus (sécréteurs de kisspeptine, à dopamine, de dopamine, etc.) forment un réseau fonctionnel contrôlant la sécrétion de la neurohormone GnRH, qui atteint l’hypophyse où elle stimule, via son récepteur à sept passages transmembranaires, la sécrétion dans le sang des gonadotropines LH et FSH. Ces dernières se lient à leurs récepteurs spécifiques, égale […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Système endocrinien et croissance »  : […] L' ensemble du système endocrinien qui va contrôler la croissance jusqu'à l'âge adulte est en place dès la naissance. Comme le montre la figure 6 , on peut retenir un schéma général reliant la production des diverses hormones et les variations de la vitesse de croissance selon l'âge. La cinétique de la croissance peut s'analyser comme la superposition de trois phénomènes, dont deux sont hormono-d […] Lire la suite

CYCLE MENSTRUEL

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 3 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonction endocrine des ovaires »  : […] Les ovaires sécrètent trois types d'hormones stéroïdiennes : les estrogènes, la progestérone et les androgènes. Ces hormones sont constituées de molécules relativement simples, connues pour certaines depuis la décennie 1930 et, en conséquence, elles sont fabriquées depuis longtemps par synthèse chimique. Les estrogènes sont représentés avant tout par l'estradiol, hormone féminine principale, et, à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DECOURT, « ENDOCRINOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/endocrinologie/