ENDOCRINOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les débuts de l'endocrinologie

Les précurseurs

Au xviie siècle, l'anatomiste anglais Thomas Willis parlait d'un ferment qui, passant des glandes génitales dans le sang, tiendrait sous sa dépendance le développement du système pileux, la mue de la voix, les phénomènes menstruels. En 1775, dans son traité de L'Analyse médicale du sang, Théophile de Bordeu émettait l'opinion que chaque organe « sert de laboratoire à une humeur particulière qu'il renvoie dans le sang après lui avoir donné un caractère radical ». Il pensait que ces substances étaient utiles à l'organisme et nécessaires à son intégrité. Il évoquait plus particulièrement le rôle des testicules dont « la semence, repompée et renvoyée dans la masse des humeurs, donne un ton mâle et ferme à toutes les parties ». Dans le transport vers le sang des substances ainsi élaborées par les organes, Bordeu attribuait un rôle au système lymphatique.

En 1840, Gulliver supposait que les glandes surrénales pouvaient excréter un produit par leurs veines efférentes. À la même époque, en Allemagne, Henle (1843), étudiant le problème des « glandes vasculaires sanguines », dépourvues de canaux excréteurs, pensait aussi qu'elles déversaient dans le sang des substances élaborées dans leur parenchyme.

Mais il ne s'agissait encore là que de pressentiments dépourvus de toute base scientifique.

L'œuvre anatomoclinique

Avant même l'identification des hormones et leur étude expérimentale, l'application de la méthode anatomoclinique, instituée par Laënnec, devait permettre aux médecins ou chirurgiens de faire entrevoir le rôle des glandes à sécrétion interne, en confrontant leurs altérations, révélées par l'autopsie, avec les symptômes présentés par les malades. Ainsi furent tour à tour décrits : la maladie de Basedow (Parry, 1825 ; Graves, 1835 ; Basedow, 1840) ; la maladie bronzée d'Addison (1855) ; le myxœdème (Gull, 1873 ; Ord, 1877) ; l'idiotie myxœdémateuse (Bourneville, 1880) ; l'acromégalie (Pierre Marie, 1885) ; la tétanie parathyréoprive (Reverdin et Kocher, 1882 ; Gley et Moussu, 1891) ; l'ostéite fibrokystique de Recklinghausen (1891) ; le syndrome adiposogénital (Babinski, Frölich, 1901) ; l'infantilisme hypophysaire (Souques et Chauvet, 1911) ; le panhypopituitarisme (Simmonds, 1914) ; les syndromes surréno-génitaux (Apert, 1911 ; Gallais, 1912) ; la maladie de Cushing (Sicard et Reilly, 1913 ; Cushing, 1932). Deux syndromes seulement n'ont été individualisés cliniquement qu'après la découverte des hormones correspondantes : l'hypersurrénalisme médullaire (M. Labbé, 1922) et l'hyperaldostéronisme primaire (Conn, 1955).

Mais la nature des relations rattachant les troubles cliniques aux altérations des glandes endocrines parut longtemps fort obscure. Il fallut les travaux des expérimentateurs et des physiologistes pour que fût nettement dégagée la notion de syndromes liés à l'insuffisance ou à l'excès de telle ou telle sécrétion interne. Les médecins anciens imaginaient plutôt l'intervention de substances nocives élaborées par la glande ou non neutralisées par elle. Une telle conception était encore celle de Pierre Marie quand il décrivit l'acromégalie en 1885. Au début du xxe siècle, la maladie de Basedow était toujours considérée comme une « dysthyroïdie » plutôt que comme une hyperthyroïdie simple. En 1925, Gley continuait à parler, à ce propos, de « déviations trophiques », c'est-à-dire d'altérations glandulaires donnant naissance à des produits toxiques, notamment à des substances protéiques résultant de l'autolyse ou de la dégénérescence cellulaire.

Il est intéressant de noter, à ce propos, la reviviscence actuelle de certaines notions anciennes qui avaient pu paraître périmées. Ainsi la circulation lymphatique est envisagée de nouveau comme voie de transfert possible de certaines hormones. D'autre part, on connaît l'existence de syndromes endocriniens liés à la production, hors des glandes endocrines, de certaines substances pathologiques, comme le long acting thyroïd stimulator (L.A.T.S.), les anticorps antithyroïdiens ou antisurrénaliens, ou les substances hormono-semblables élaborées par certains cancers non endocriniens.

Premières démonstrations expérimentales

On connaissait, depuis la plus haute antiquité, les effets de la castration, communément pratiquée chez l'homme. Mais Berthold, le premier, en 1849, démontra expérimentalement l'action des testicules sur la composition du sang en pratiquant chez le coq des castrations et des transplantations de la glande. Avant même que Claude Bernard eût établi et formulé la notion de « sécrétion interne », Vulpian (1856) avait observé le passage dans les veines surrénales de la substance, colorée en vert par le perchlorure de fer, qu'il avait mise en évidence dans les capsules surrénales. « Ainsi, disait-il clairement, serait prouvée pour la première fois et d'une façon décisive l'hypothèse qui regarde les capsules surrénales comme des glandes dites sanguines, c'est-à-dire versant directement dans le sang leur produit de sécrétion. »

Mais c'est Brown-Séquard (1889) qui devait fonder en une doctrine cohérente la place des sécrétions internes en physiologie et en pathologie, leur attribuant notamment un rôle, à côté du système nerveux, dans l'harmonisation fonctionnelle des différentes parties de l'organisme. Bien que la valeur de ses expériences ait pu être mise en doute, parce que, faites sur lui-même, elles pouvaient comporter une part d'autosuggestion, ce physiologiste ouvrait en même temps les voies d'une méthode thérapeutique nouvelle : l'opothérapie, en utilisant avec succès, chez l'homme et chez la femme, des injections sous-cutanées d'extraits testiculaires et ovariens.

Peu auparavant, Reverdin et Kocher (1883) chez l'homme, Schiff (1884) chez l'animal, avaient montré l'identité des accidents de la thyroïdectomie avec le myxœdème décrit précédemment par Gull et par Ord, sans y voir encore, cependant, les conséquences de la suppression d'une fonction endocrinienne. Cette démonstration fut faite quelques années plus tard par Vassale (1890) et par Gley (1891), qui observèrent l'amélioration des accidents de la thyroïdectomie totale chez le chien à la suite d'injections d'extraits thyroïdiens, méthode appliquée aussitôt par Murray au traitement du myxœdème humain. Peu après, Gley (1891), Moussu (1893) montraient le rôle des parathyroïdes, en séparant du myxœdème postopératoire les accidents beaucoup plus précoces du type de la tétanie. À la même époque, Lépine, Hédon, Minkowski et d'autres s'efforçaient de rattacher à la suppression d'une fonction endocrinienne le diabète expérimental que von Mehring et Minkowski avaient obtenu par l'ablation du pancréas. Oliver et Schafer (1894) montrai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de clinique endocrinologique à la faculté de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine

Classification

Autres références

«  ENDOCRINOLOGIE  » est également traité dans :

ADIPEUX TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 333 mots

Tissu conjonctif dans lequel les fibrilles de précollagène ne forment qu'un mince réseau enserrant des lobules graisseux et dans lequel la microvascularisation est bien développée ainsi que l'innervation. Le tissu adipeux a pour cellules des fibrocytes et des histiocytes. Ces derniers ont la particularité de pouvoir se charger de lipides, dispersés en phase aqueuse. Une large enclave formée de tri […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite

ALDOSTÉRONE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 1 642 mots

Dès 1934, Wintersteiner démontrait que l'animal, privé de surrénales, pouvait être maintenu en vie à l'aide d'une fraction amorphe extraite de la partie corticale de ces glandes. En 1953, Wettstein et Reichstein ont isolé, à partir de cette fraction, une substance hormonale comportant une fonction aldéhyde et ils lui ont donné le nom d'aldostérone. Wettstein en a réalisé la synthèse en 1955. C'es […] Lire la suite

ANTIHORMONES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 773 mots

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce phénomène : diminution de la biosynthèse de l'hormone […] Lire la suite

BROMOCRIPTINE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 720 mots

Autre nom du mésylate de 2-bromo-α-ergocryptine, la bromocriptine est un alcaloïde semi-synthétique de la série des 9-10 ergopeptides, c'est-à-dire des peptides de l'ergot de seigle, inscrite au tableau A. L'introduction d'un atome de brome en position 2 sur l'acide lysergique a ajouté aux propriétés pharmacologiques de la molécule celle d'inhiber la sécrétion de prolactine, ce qui a pour conséque […] Lire la suite

BROWN-SÉQUARD CHARLES ÉDOUARD (1817-1894)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 327 mots

Physiologiste et neurologue, pionnier de l'endocrinologie et de la neurophysiologie, Brown-Séquard fut parmi les premiers à étudier la physiologie de la moelle épinière. Il décrivit notamment un syndrome qui porte son nom (il correspond à l'hémisection médullaire, dont les effets ont permis d'analyser le trajet des grandes voies sensitives et motrices). Sa découverte la plus importante est celle d […] Lire la suite

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 582 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contrôle de la reproduction chez les vertébrés »  : […] Au niveau central, les neurones de l’hypothalamus (sécréteurs de kisspeptine, à dopamine, de dopamine, etc.) forment un réseau fonctionnel contrôlant la sécrétion de la neurohormone GnRH, qui atteint l’hypophyse où elle stimule, via son récepteur à sept passages transmembranaires, la sécrétion dans le sang des gonadotropines LH et FSH. Ces dernières se lient à leurs récepteurs spécifiques, égale […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Système endocrinien et croissance »  : […] L' ensemble du système endocrinien qui va contrôler la croissance jusqu'à l'âge adulte est en place dès la naissance. Comme le montre la figure 6 , on peut retenir un schéma général reliant la production des diverses hormones et les variations de la vitesse de croissance selon l'âge. La cinétique de la croissance peut s'analyser comme la superposition de trois phénomènes, dont deux sont hormono-d […] Lire la suite

CYCLE MENSTRUEL

  • Écrit par 
  • Pierre KONOPKA
  •  • 3 103 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fonction endocrine des ovaires »  : […] Les ovaires sécrètent trois types d'hormones stéroïdiennes : les estrogènes, la progestérone et les androgènes. Ces hormones sont constituées de molécules relativement simples, connues pour certaines depuis la décennie 1930 et, en conséquence, elles sont fabriquées depuis longtemps par synthèse chimique. Les estrogènes sont représentés avant tout par l'estradiol, hormone féminine principale, et, à […] Lire la suite

DÉCOUVERTE DE LA CORTISONE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 212 mots

La recherche sur les glandes surrénales fut stimulée par des observations cliniques faites sur des malades atteints d'insuffisance surrénalienne. De 1933 à 1936, trois groupes de chercheurs, dont celui d'Edward C. Kendall, qui avait déjà isolé la thyroxine, et celui de Tadeus Reichstein à Zurich, isolent à partir des corticosurrénales une substance (nommée compound E par Kendall en 1935) qu'on re […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DECOURT, « ENDOCRINOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/endocrinologie/