PASCENDI ENCYCLIQUE (1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Datée du 8 septembre 1907, et faisant suite au décret Lamentabili, l'encyclique Pascendi de Pie X signait la condamnation solennelle du modernisme — défini comme « le collecteur de toutes les hérésies » — et, pour la première fois, présentait une synthèse du mouvement novateur tel qu'il était perçu à Rome. L'exposé doctrinal était suivi d'une partie disciplinaire.

Cet exposé dressait un portrait type, une image robot du moderniste, personnage à facettes multiples (le philosophe, le croyant, le théologien, l'historien, le critique, l'apologiste, le réformateur) et explicitait les principes fondamentaux qui nourrissaient sa pensée : agnosticisme, immanentisme, évolutionnisme, subjectivisme, relativisme. Les formules vives n'y manquent pas et témoignent de l'inquiétude éprouvée : « délire », « insanité », « audace sacrilège » qui « échauffent la bile ». Les modernistes sont durement traités et la gravité de mœurs qui leur est reconnue ne fait qu'aggraver leur cas puisqu'elle les aide à suborner les esprits. La sympathie qu'ils rencontrent jusque dans les milieux de foi intègre est sévèrement réprimandée. Enfin, des mesures pratiques sont édictées pour remédier à une déviation où l'encyclique ne voit guère que le fruit de l'ignorance et de l'orgueil.

L'encyclique visait surtout le modernisme savant, sur lequel s'exerça aussitôt une répression efficace, qualifiée par Loisy de « terreur noire ». Elle fut complétée par un serment antimoderniste, qu'instituait un motu proprio du 1er septembre 1910. À cette époque, d'autres formes du modernisme paraissaient plus menaçantes, en premier lieu le « modernisme social », où l'on discernait la contamination des « utopies révolutionnaires ». On parla de la condamner comme l'autre : la déclaration de guerre et la mort de Pie X en août 1914 firent que ce projet tourna court.

Il semble bien établi que le rédacteur principal, pour la partie doctrinale, a été un religieux français de Rome, appartenant à la congrégation des Oblats de Marie Immaculée (O.M.I.), le père J.-B. Lemius.

—  Émile POULAT

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  PASCENDI ENCYCLIQUE (1907)  » est également traité dans :

INTÉGRISME

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 671 mots

Dans le chapitre « La « Sapinière » (1909-1921) »  : […] La Sapinière était le nom familier que s'était donné une pieuse association internationale fondée sous Pie X par un prélat romain notoire, Mgr Benigni, pour défendre précisément le catholicisme intégral. De son nom véritable, elle s'appelait Sodalitium pianum , ou Sodalité saint Pie V, placée – on le voit – sous le patronage du pape de la dernière croisade et de la victoire de Lépante sur les Turc […] Lire la suite

PIE X saint, GIUSEPPE SARTO (1835-1914) pape (1903-1914)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 1 443 mots

Le pontificat de Pie X n'a duré que onze ans (1903-1914) ; c'est peu, comparé à celui de ses prédécesseurs immédiats : Léon XIII (25 ans), Pie IX (31 ans), Grégoire XVI (15 ans), mais ce fut tout de même un pontificat marquant, dont l'influence a été profonde, voire décisive et, en certains domaines, durable. Quelque jugement, historique ou idéologique, que l'on puisse porter sur l'orientation don […] Lire la suite

Pour citer l’article

Émile POULAT, « PASCENDI ENCYCLIQUE (1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclique-pascendi/