ELLIPSE, rhétorique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot ellipse vient du grec elleipsis, dont le sens propre est « manque », « insuffisance » (Bailly), et désigne un procédé de discours qui résulte de l'omission d'un ou de plusieurs mots de l'expression grammaticale complète d'une phrase sans que le sens de celle-ci soit obscurci. Dans la langue parlée son emploi est constant pour éviter des redondances trop évidentes. Dans les exemples suivants, on a placé entre parenthèses les mots qui permettent d'obtenir l'expression grammaticale complète : « Comment t'appelles-tu ? — (Je m'appelle) Hélène », « (Faites) Bon voyage ! », « (En demeurant) Loin des yeux, (tu es) loin du cœur ».

L'ellipse est utile dans la formation de termes : voiture (automobile). La suppression de la conjonction de coordination donne l'asyndète, la suppression de la conjonction de subordination forme la parataxe, et de celle du verbe résulte la phrase nominale. Dans le langage poétique elle ajoute à la vigueur d'expression et donne une force soutenue à l'élan de la parole ; elle évite les lourdeurs. En mettant des structures essentielles à nu, elle ajoute aussi à la clarté : (Il y a des) « Murmures » (Michel Butor). Elle peut marquer des émotions fortes ; ainsi dans l'Andromaque de Racine éclate toute l'amertume d'Hermione envers Pyrrhus : « Je t'aimais inconstant : qu'aurais-je fait fidèle ? » C'est le contexte qui éclaire cette ellipse « hardie » (Laharpe). Grâce à celui-ci, le lecteur comprend : « Je t'aimais (quoique tu fusses) inconstant, qu'aurais-je fait (si tu étais) fidèle ? » Plus on est rebuté par l'expression complète et plus on apprécie l'économie de l'ellipse.

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ELLIPSE, rhétorique  » est également traité dans :

ANACOLUTHE, rhétorique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 153 mots

En répertoriant la rupture de la construction syntaxique comme figure de style (ou de grammaire), les rhétoriciens ont fait de nécessité vertu. Les impératifs de la versification classique, l'émotion bouleversant les structures linguistiques, le débit de pensées dépassant celui de la parole ou de l'écriture, le goût de l'asymétrie peuvent être à l'origine de l' anacoluthe . Celle-ci consiste à cha […] Lire la suite

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 315 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Définitions et statut de la bande dessinée »  : […] Si tous les théoriciens s'accordent à penser qu'il n'y a pas bande dessinée sans une succession d'images interdépendantes, le texte qui accompagne les dessins, bien qu'il ne constitue pas un élément indispensable (puisqu'il existe des histoires muettes), est source de débats qui touchent à la définition du genre. Dans l'acception la plus large, il y a bande dessinée si à chaque image correspond un […] Lire la suite

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Pratique et poétique de la métaphore »  : […] Personne sans doute n'a mieux que Proust senti et fait sentir à quel point la métaphore est tout autre chose qu'une figure de rhétorique ; elle est un moyen d'approcher et de retenir la sensation du réel, c'est-à-dire l'événement fugitif au cours duquel nous avons eu un instant le sentiment d'être vraiment au cœur des choses. Pour rejoindre cet instant disparu, pour restituer sa formidable puissa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « ELLIPSE, rhétorique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ellipse-rhetorique/