ANACOLUTHE, rhétorique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En répertoriant la rupture de la construction syntaxique comme figure de style (ou de grammaire), les rhétoriciens ont fait de nécessité vertu. Les impératifs de la versification classique, l'émotion bouleversant les structures linguistiques, le débit de pensées dépassant celui de la parole ou de l'écriture, le goût de l'asymétrie peuvent être à l'origine de l'anacoluthe. Celle-ci consiste à changer l'orientation d'une phrase amorcée ou à sous-entendre un mot lié à un autre qui est exprimé. Ainsi, ce vers de Molière : « La naissance n'est rien où la vertu n'est pas », suppose l'ellipse de « là » avant « où ».

L'ellipse du second « élément corrélatif d'une expression alternative (comme les uns... les autres, tantôt... tantôt, soit que... soit que) » s'appelle anantapodoton (Dictionnaire de poétique et de rhétorique de Henri Morier).

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « ANACOLUTHE, rhétorique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anacoluthe-rhetorique/