TAYLOR ELIZABETH (1932-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le goût de l'excès

À partir de Géant, la vie privée de la star envahit et brouille son image. Ses rapports avec Richard Burton, souvent marqués par l'alcool, sont particulièrement mis en évidence. Il est vrai que la hargne conjugale, sujet de deux films qu'ils interpréteront ensemble, facilite un tel glissement : Who Is Afraid of Virginia Woolf ? (Qui a peur de Virginia Woolf ?, Mike Nichols, 1966) et The Taming of the Shrew (La Mégère apprivoisée, Franco Zeffirelli, 1967). Si le second tire Shakespeare vers l'exercice de style, l'excès plus tonitruant que baroque, le premier utilise le couple d'acteurs au profit de la pièce d'Edward Albee dans un huis clos aux images serrées. Heureusement, Vincente Minnelli avait offert au couple un film ambitieux, de réconciliation quasi spirituelle, The Sandpiper (Le Chevalier des sables, 1965) où Elizabeth Taylor dévoilait une facette rare de son talent et de sa personnalité.

Elizabeth Taylor et Richard Burton

Photographie : Elizabeth Taylor et Richard Burton

Elizabeth Taylor et Richard Burton, couple qui défraya la chronique, ici à Londres, en 1962. 

Crédits : Stanley Sherman/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Qui a peur de Virginia Woolf ?

Photographie : Qui a peur de Virginia Woolf ?

Elizabeth Taylor et Richard Burton dans l'adaptation cinématographique par Mike Nichols (1965) de la pièce d'Edward Albee Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who's afraid of Virginia Woolf ?). 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La médiatisation de la star en ferait oublier en effet l'actrice, à laquelle deux oscars, pour Butterfield 8 (La Vénus au vison, Daniel Mann, 1960) et Qui a peur de Virginia Woolf ?, après trois nominations, ne rendent pas vraiment hommage, même si la force de sa prestation est indéniable. Très tôt, réalisateurs et partenaires de la star sont surpris par un étonnant professionnalisme chez une si jeune actrice au jeu pourtant très instinctif. « [À vingt-six ans,] n'ayant jamais joué ailleurs que dans des films, explique Richard Brooks à propos de La Chatte sur un toit brûlant (A Cat in a Hot Tin Roof, 1958), il lui est très difficile de se donner autant pendant une répétition qu'au cours du plan... Mais que les lumières s'allument, que l'on soit prêt à donner le moteur et bang ! elle est comme un pur-sang sur la ligne de départ. »

La Chatte sur un toit brûlant, de R. Brooks, 1958

Photographie : La Chatte sur un toit brûlant, de R. Brooks, 1958

Elizabeth Taylor et Paul Newman dans «La Chatte sur un toit brûlant» (1958), de Richard Brooks, d'après la pièce de Tennessee Williams. 

Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer/ Collection privée

Afficher

Dans tous les cas, Elizabeth Taylor incarne une femme qui domine les hommes par sa sensualité, son dynamisme, sa fierté, son assurance, même lorsque l'échec sentimental clôt le combat, que celui-ci l'oppose à une autre femme – Katharine Hepburn, dans Suddenly Last Summer (Soudain l'été dernier), de Joseph L. Mankiewicz (1959), où elle retrouve Montgomery Clift, déjà très malade, ou Mia Farrow dans Cérémonie secrète (Joseph Losey, 1968) –, ou le plus souvent à un homme – Paul Newman dans La Chatte sur un toit brûlant, Marlon Brando dans Reflets dans un œil d'or (Reflection in a Golden Eye, John Huston, 1967), sans oublier bien sûr Richard Burton. L'affrontement peut être double : avec Michael Caine puis Susannah York, par exemple, dans un film de Brian G. Hutton au titre français significatif, Une belle tigresse (Ze and Co., 1971).

La dernière partie de la carrière d'Elizabeth Taylor est plus marquée par les événements « people », divorces, maladie, tragédies personnelles, que par la qualité des films qu'elle interprète. Certes, le succès est encore au rendez-vous avec Hôtel international (Anthony Asquith, 1964) ou Le Chevalier des sables... Mais les échecs, publics comme esthétiques, s'enchaînent : Les Comédiens (Peter Glenville, 1967) ; Las Vegas, un couple, dernier film de Georges Stevens (1970), Noces de cendres (Larry Peerce, 1973), L'Oiseau bleu (George Cukor, 1976). Pourtant, on retrouve presque toujours dans les personnages incarnés par la star l'énergie avec laquelle la femme a su faire face et rebondir inlassablement. En 1981, elle joue pour la première fois au théâtre dans Les Petits Renards, de Lillian Hellman. À la mort de Rock Hudson, en 1985, elle se lance dans une campagne contre le sida avec A.I.D.S. et récolte en une seule soirée à Cannes, en 2003, 1,3 million de dollars.

Elizabeth Taylor décède le 23 mars 2011 d’une insuffisance cardiaque.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Elizabeth Taylor

Elizabeth Taylor
Crédits : Keystone Features/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Elizabeth Taylor et Richard Burton

Elizabeth Taylor et Richard Burton
Crédits : Stanley Sherman/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Qui a peur de Virginia Woolf ?

Qui a peur de Virginia Woolf ?
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

La Chatte sur un toit brûlant, de R. Brooks, 1958

La Chatte sur un toit brûlant, de R. Brooks, 1958
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer/ Collection privée

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  TAYLOR ELIZABETH (1932-2011)  » est également traité dans :

BURTON RICHARD (1925-1984)

  • Écrit par 
  • Jacques SICLIER
  •  • 662 mots
  •  • 2 médias

Richard Jenkins naît le 10 novembre 1925 à Pontrhyden, village minier du pays de Galles. Il est le douzième des treize enfants d'une famille de mineurs. Jamais il ne reniera ses origines. Enfant, il obtient une bourse d'études pour Oxford grâce à un de ses professeurs, Philip Burton. Celui-ci l'encourage à devenir acteur, alors qu'il voulait être boxeur. Richard Jenkins rendit hommage à cet homme […] Lire la suite

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 604 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Comment se fabrique une étoile »  : […] La vedette d'un film est l'interprète suffisamment connu(e) pour que le public dise en parlant de lui (ou d'elle) : « Un film de X...  » Cette coutume, sur laquelle J. G. Auriol s'interrogeait déjà en 1946, fait moins du film « l'œuvre » de l'interprète que son domaine, sa propriété (et sa vitrine) : c'est lui, ou elle, qu'on va voir dans son film. Tous les films d'une star forment, aux yeux de so […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « TAYLOR ELIZABETH - (1932-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elizabeth-taylor/