GRIEG EDVARD (1843-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le voyageur

Grâce à sa renommée internationale, il traverse régulièrement l'Europe, avec un programme obligatoire : le Concerto et les deux suites de Peer Gynt. Il se rend ainsi en 1879 en Allemagne, en 1883 en Allemagne et en Hollande, en 1885 à Leipzig, où il rencontre Brahms, qu'il retrouvera le jour de l'An 1888 en compagnie de Tchaïkovski. Ces années agitées n'apportent que peu d'œuvres nouvelles, parmi lesquelles la très célèbre suite Au temps de Holberg, écrite en 1884 pour célébrer le bicentenaire du « Molière scandinave », les Sonates, op. 36, pour violoncelle et piano, et op. 45, pour violon et piano (la troisième) et enfin de nouveaux opus de Pièces lyriques, genre inauguré en 1867 par l'op. 12. En 1888, il se rend pour la première fois en Angleterre, puis à Paris, à Bruxelles, de nouveau à Paris, et encore en Allemagne. Depuis 1885, les Grieg ont enfin leur maison, à Troldhaugen, près de Bergen, sur un fjord. Fatigué, Grieg commence à refuser les invitations (dont celle des Américains), et se remet à composer : des Pièces lyriques encore (op. 54 et 57), et deux magnifiques recueils de mélodies : op. 60, sur des poèmes de Vilhelm Krag, mais surtout l'op. 67, Haugtussa, sur des poèmes d'Arne Garborg. Ce dernier recueil, d'une force et d'une unité d'inspiration exceptionnelles, mérite de figurer aux côtés de L'Amour et la vie d'une femme de Schumann.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRIEG EDVARD (1843-1907)  » est également traité dans :

LYRISME MUSICAL

  • Écrit par 
  • Étienne SOURIAU
  •  • 2 857 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réalité du fait lyrique »  : […] Tout ce qui précède, c'est-à-dire les arguments des objectivistes antilyriques, doit être pris en très sérieuse considération. Cela prouve d'abord qu'il n'est pas vrai que toute musique soit lyrique ; ensuite, c'est un avertissement pour éviter de tomber dans les excès du sentimentalisme béotien, et pour porter attention aux qualités propres de l' être musical en lui-même. Mais cela concédé, il […] Lire la suite

Pour citer l’article

Piotr KAMINSKI, « GRIEG EDVARD - (1843-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edvard-grieg/