GLISSANT ÉDOUARD (1928-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré le prix Renaudot attribué à La Lézarde en 1958, l'œuvre d'Édouard Glissant a longtemps été plus célèbre que vraiment lue. Attaquée sans ménagements par les adversaires de ses prises de position politiques, refusée en Martinique même comme trop élitiste, voire illisible, elle s'est peu à peu imposée aux lecteurs, dans les décennies 1960-1980, comme l'une des œuvres majeures écrites en langue française. Ce qu'Édouard Glissant apporte, c'est une analyse implacable de la situation antillaise et des maladies (réelles ou métaphoriques) qu'elle sécrète. Mais c'est aussi une intervention active dans le développement d'une culture nationale par l'élaboration et l'affirmation d'une parole littéraire antillaise.

Édouard Glissant

Édouard Glissant

Photographie

À la fois poète et romancier, Édouard Glissant a également beaucoup milité pour l'affirmation de l'identité antillaise. Sa réflexion sur le « Tout-Monde » se situe, à la suite de Simone Schwarz-Bart et Maryse Condé, dans une réflexion sur la notion de créolisation, mise en relation... 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

Le monde prolixe

Né en 1928 sur un morne reculé de Sainte-Marie (Martinique), Édouard Glissant a suivi l'itinéraire décrit par Joseph Zobel dans La Rue Cases-Nègres, qui fut celui de beaucoup d'enfants antillais entre les deux guerres mondiales : de la plantation (connue à travers la personne du père, « économe-géreur ») à l'école primaire (au Lamentin, en l'occurrence), puis au lycée Schœlcher de Fort-de-France (grâce à la réussite au concours des bourses). Là, au contact de professeurs comme Aimé Césaire, il construit sa culture littéraire et philosophique, et esquisse ses premières interrogations sur la spécificité martiniquaise. Il poursuit à Paris des études supérieures de philosophie et publie ses premiers recueils poétiques (Un champ d'îles, 1953 ; La Terre inquiète, 1954) et un essai (Soleil de la conscience, 1955). Il devient vite une figure marquante de la vie intellectuelle, participant au renouveau culturel négro-africain – avec la revue Présence africaine et les congrès d'écrivains et artistes noirs de Paris en 1956 et de Rome en 1959 – et s'inscrivant dans le mouvement de la modernité littéraire (il collabore régulièrement à la revue Les Lettres nouvelles). Les Indes (1956), Le Sel noir (1960) et Le Sang rivé (1961) [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GLISSANT ÉDOUARD (1928-2011)  » est également traité dans :

AVANT-GARDE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure BERNADAC, 
  • Nicole BRENEZ, 
  • Antoine GARRIGUES, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 10 100 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les nouveaux langages de l'art africain »  : […] L' Afrique est le dernier continent apparu de façon représentative sur la scène artistique internationale. Ce sont les expositions décisives de Okwui Enwezor, The Short Century en 2000, puis la Documenta XI en 2002 qui permirent de découvrir les aspects multiples et complexes de la scène artistique africaine. Pourtant, l'exposition des Magiciens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde/#i_89501

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 810 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La créolité »  : […] Les Martiniquais Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant élaborent une théorie de la culture créole, lancée par leur Éloge de la créolité (1989). La créolité procède de la rencontre aux îles d'hommes apportant des éléments culturels de tous les horizons, qui se métissent et qui inventent, dans la résistance à l'oppression coloniale et à l'esclavage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caraibes-litteratures/#i_89501

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguisti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/#i_89501

HIGELIN ARTHUR dit ARTHUR H (1966- )

  • Écrit par 
  • Sabrina SILAMO
  •  • 1 145 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un conteur et un écrivain »  : […] Auteur-compositeur, chanteur et pianiste, Arthur H est aussi conteur. En 2012, à l’occasion d’un hommage à Édouard Glissant, il lit des textes de l’écrivain à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Par la suite, il monte un spectacle baptisé « L’Or noir », qui aboutit, trente ans après son voyage aux Antilles, à l’enregistrement, avec son acolyte Nicolas Re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/higelin-arthur-dit-arthur-h/#i_89501

LEIRIS & CO (exposition)

  • Écrit par 
  •  • 1 136 mots

Dans le chapitre « Langues secrètes »  : […] Le parti-pris d’Agnès Angliviel de la Beaumelle, Marie-Laure Bernadac et Denis Hollier, commissaires de l’exposition avec l’appui de l’anthropologue Jean Jamin, est clair : ce sont la diversité de cette œuvre protéiforme et la richesse multiple d’une trajectoire du siècle envisagée chronologiquement (né en 1901, Leiris est mort en 1990) qui constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leiris-et-co/#i_89501

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Vers le « tout-monde » »  : […] La même évolution s'est produite au Maghreb. Une première génération d'écrivains francophones (Mouloud Feraoun, Mohammed Dib, Mouloud Mammeri en Algérie ; Driss Chraïbi au Maroc) publie dans la mouvance des combats de libération nationale, pour un public extérieur qu'il fallait sensibiliser à la cause de l'indépendance. L'inscription aux programme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_89501

LE QUATRIÈME SIÈCLE, Édouard Glissant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 790 mots
  •  • 1 média

Le quatrième siècle ? C'est celui qui se décompte à partir de l'installation aux Antilles, en 1635 selon l'historiographie officielle, de colons français et de leurs esclaves noirs africains. Tel est du moins le sens qu'Édouard Glissant (1928-2011) prête à la périphrase lorsqu'il en fait le titre du roman qu'il publie en 1964. Avec le recul du tem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-quatrieme-siecle/#i_89501

Voir aussi

Les derniers événements

30 janvier 2006 • FranceInstitution d'une journée commémorative de l'abolition de l'esclavage.

de confier à un autre écrivain de l'identité antillaise, Édouard Glissant, la présidence d'une « mission de préfiguration d'un Centre national consacré à la traite, à l'esclavage et à leurs abolitions ». La mémoire, dit-il, met en jeu « l'unité et la cohésion nationale, l'amour de son pays et la confiance dans ce que l'on est ».  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « GLISSANT ÉDOUARD - (1928-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-glissant/