GLISSANT ÉDOUARD (1928-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une pensée de la relation

L'œuvre de Glissant se construit contre l'isolement et l'aliénation, contre les lacunes de la mémoire et contre les déchirures du tissu social antillais. Le titre d'un de ses essais, Poétique de la relation (1990), a ici valeur de symbole. L'œuvre se veut mise en relation : des hommes au temps et à l'espace, à l'histoire et au paysage ; de la Martinique à ses voisines insulaires comme à l'ensemble américain... La relation devient le concept central de sa pensée et le principe de composition de l'œuvre. Dans l'archipel des livres, chaque ouvrage est relié à tous les autres. Les romans s'organisent en un cycle où réapparaissent les mêmes personnages, leurs parents ou leurs descendants. Les formes diverses – roman, poésie ou essai – échangent figures, motifs et « topoi », métissent les genres et les langues littéraires.

L'intention du poète Glissant a d'abord été de dresser, face à la poésie de Saint-John Perse, qu'il admire, mais dont il récuse les complaisances pour le monde colonial de son enfance, une poésie d'aussi haute facture, d'aussi belle inspiration antillaise, mais non limitée aux « éloges » de l'art de vivre des maîtres blancs. Les Indes sont l'épopée de la traversée en ouest non plus des conquérants chantés dans Vents par le poète guadeloupéen, mais des esclaves transportés par les navires négriers.

Le travail poétique conduit Glissant à méditer, à forger son langage, entre écriture et oralité, en relation au créole, gardant ainsi la trace de l'Histoire, marquant la place du corps social antillais. Dans leur densité minérale ou dans l'élan de leur cri, les poèmes convient à explorer et étreindre l'« innommé pays ». Même quête dans les romans qui donnent à la langue poétique l'espace où se déployer.

Au cœur du massif romanesque, un chef-d'œuvre, Le Quatrième Siècle, rassemble la mythologie antillaise autour des deux figures qui commandent l'inconscient historique antillais : l'esclave de plantation et le « marron ». La construction complexe de c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GLISSANT ÉDOUARD (1928-2011)  » est également traité dans :

HIGELIN ARTHUR dit ARTHUR H (1966- )

  • Écrit par 
  • Sabrina SILAMO
  •  • 1 145 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un conteur et un écrivain »  : […] Auteur-compositeur, chanteur et pianiste, Arthur H est aussi conteur. En 2012, à l’occasion d’un hommage à Édouard Glissant, il lit des textes de l’écrivain à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Par la suite, il monte un spectacle baptisé « L’Or noir », qui aboutit, trente ans après son voyage aux Antilles, à l’enregistrement, avec son acolyte Nicolas Repac, d’un disque hypnotique où la poésie créole d’ […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 816 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La créolité »  : […] Les Martiniquais Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant élaborent une théorie de la culture créole, lancée par leur Éloge de la créolité (1989). La créolité procède de la rencontre aux îles d'hommes apportant des éléments culturels de tous les horizons, qui se métissent et qui inventent, dans la résistance à l'oppression coloniale et à l'esclavage, une culture nouvelle, imprévue, bien vivante. L […] Lire la suite

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

AVANT-GARDE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure BERNADAC, 
  • Nicole BRENEZ, 
  • Antoine GARRIGUES, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 10 101 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les nouveaux langages de l'art africain »  : […] L' Afrique est le dernier continent apparu de façon représentative sur la scène artistique internationale. Ce sont les expositions décisives de Okwui Enwezor, The Short Century en 2000, puis la Documenta XI en 2002 qui permirent de découvrir les aspects multiples et complexes de la scène artistique africaine. Pourtant, l'exposition des Magiciens de la Terre , en 1989, avait révélé les œuvres sur […] Lire la suite

LEIRIS & CO (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 1 136 mots

Dans le chapitre « Langues secrètes »  : […] Le parti-pris d’Agnès Angliviel de la Beaumelle, Marie-Laure Bernadac et Denis Hollier, commissaires de l’exposition avec l’appui de l’anthropologue Jean Jamin, est clair : ce sont la diversité de cette œuvre protéiforme et la richesse multiple d’une trajectoire du siècle envisagée chronologiquement (né en 1901, Leiris est mort en 1990) qui constituent le fil conducteur d’un accrochage aux support […] Lire la suite

POSTCOLONIALES FRANCOPHONES (LITTÉRATURES)

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 4 986 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une esthétique de l’hybridité »  : […] À partir des années 1990, les circulations des écrivains postcoloniaux les plus connus entre leur région ou leur pays et la France se font plus nombreuses. Par ailleurs, beaucoup appartiennent à une diaspora, à l’image des auteurs haïtiens qui publient en France ou au Québec (René Depestre, Dany Laferrière). Édouard Glissant entreprend de dénoncer les tentations de l'esprit de système universalis […] Lire la suite

LE QUATRIÈME SIÈCLE, Édouard Glissant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 790 mots
  •  • 1 média

Le quatrième siècle ? C'est celui qui se décompte à partir de l'installation aux Antilles, en 1635 selon l'historiographie officielle, de colons français et de leurs esclaves noirs africains. Tel est du moins le sens qu'Édouard Glissant (1928-2011) prête à la périphrase lorsqu'il en fait le titre du roman qu'il publie en 1964. Avec le recul du temps, Le Quatrième Siècle apparaît comme le pivot d […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Institution d'une journée commémorative de l'abolition de l'esclavage. 30 janvier 2006

de confier à un autre écrivain de l'identité antillaise, Édouard Glissant, la présidence d'une « mission de préfiguration d'un Centre national consacré à la traite, à l'esclavage et à leurs abolitions ». La mémoire, dit-il, met en jeu « l'unité et la cohésion nationale, l'amour de son pays et la confiance dans ce que l'on est ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « GLISSANT ÉDOUARD - (1928-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-glissant/