MANNHEIM ÉCOLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nouveau style

L'apport des « Mannheimer »

Les compositeurs de Mannheim ont commencé à rechercher ce qui fera la qualité particulière du classicisme viennois : un équilibre entre la forme et l'expression ; mais ce n'est que dans certaines œuvres de Haydn, et surtout de Mozart et de Beethoven, que cet idéal sera atteint. À Mannheim, la musique est un art de cour, comme elle le sera encore à Eszterháza pour Haydn ; cela explique en partie que les Mannheimer aient recherché les effets brillants qui frappent l'auditoire, et le côté expressif, facilement accessible et un peu superficiel chez eux, de l'emploi des nuances, des modulations, des timbres. Mais leur démarche s'inscrit dans la lignée de l'Empfindsamkeit (approximativement : sensibilité), un mouvement assez général dans l'Europe musicale du xviiie siècle, particulièrement fort en Allemagne où C. P. E. Bach en était le meilleur représentant, et qui proposait comme idéal en musique l'expression des sentiments et des mouvements de l'âme. Certes les contrastes de nuances, de timbres et de tonalités des compositeurs de Mannheim paraissent souvent maintenant plus décoratifs qu'expressifs, mais il n'en allait pas de même pour leurs contemporains, et ces innovations firent sensation.

Carl Philipp Emanuel Bach

Carl Philipp Emanuel Bach

Photographie

Deuxième fils de Jean-Sébastien Bach, Carl Philipp Emanuel Bach s'affirme comme un maître de la musique instrumentale, en particulier du clavier. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Dans le domaine de la dynamique, Stamitz et ses successeurs obtinrent le crescendo et le decrescendo de tout l'orchestre ; ils employèrent beaucoup cet effet. Dans une des symphonies « melodia germanica » de Stamitz par exemple, le premier mouvement débute avec les cordes pianissimo en trémolos, et un grand crescendo amène l'entrée du thème fortissimo. Le crescendo peut être souligné par une entrée progressive des instruments, et il peut, à son sommet, aboutir à un piano subito, ce qui était tout à fait surprenant à l'époque. Ces nuances concernent une partie d'un mouvement, ou bien se trouvent contenues dans les limites d'un thème, dont elles font alors partie intégrante. Les Mannheimer emploient aussi un effet d'écho : une même phrase musicale est jouée deux fois, la première fois fortissimo, la seconde fois pianissimo.

Ces effets de dyna [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

  • : compositeur, fondatrice et directrice artistique de l'Association pour la collaboration des interprètes et compositeurs

Classification


Autres références

«  MANNHEIM ÉCOLE DE  » est également traité dans :

CANNABICH CHRISTIAN (1731-1798)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 353 mots

Né à Mannheim dans une famille de musiciens, Cannabich entre dès 1744 dans le fameux orchestre de cette ville, dont Johann Stamitz, l'année suivante, prendra la direction. Son père, flûtiste et hautboïste, donne des leçons de flûte au prince-électeur Karl Theodor. Jusqu'en juillet 1753, le jeune Christian étudie avec Jommelli à Rome, et effectue peu après un assez long séjour à Milan. À la mort de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-cannabich/#i_22422

HOLZBAUER IGNAZ (1711-1783)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 292 mots

Né à Vienne, Holzbauer, qui mène à Vienne des études de droit et de théologie, s'initie à la composition grâce au célèbre Gradus ad Parnassum du maître de chapelle impériale Johann Joseph Fux, qui, estimant ne rien avoir à lui apprendre de plus, lui conseille d'aller se perfectionner en Italie, où il se rend en effet. On le retrouve peu de temps après maître de chapelle en M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignaz-holzbauer/#i_22422

MÉLODRAME, musique

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 473 mots

Dans la tragédie grecque, le mélodrame (de mélos , chant, et drama , acte) désigne le dialogue chanté entre le coryphée et un personnage. Le mot reparaît à la fin du xviii e  siècle pour désigner un genre musical nouveau, non plus un dialogue chanté mais « un genre de drame dans lequel les paroles et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame-musique/#i_22422

ORCHESTRE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 751 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Historique de l'orchestre symphonique »  : […] Pendant une période assez longue de l'histoire de la musique, les compositeurs écrivaient indifféremment pour des instruments quelconques sans que leur nature et leurs caractéristiques interviennent en tant qu'éléments constitutifs de l'œuvre. Assez fréquemment, d'ailleurs, les parties instrumentales se bornaient à doubler et à renforcer les parties vocales. Dans le cas de la musique de chambre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre/#i_22422

RICHTER FRANZ XAVER (1709-1789)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 218 mots

Compositeur né à Holesov (Holleschau) en Moravie, élève sans doute de Johann Joseph Fux à Vienne, Richter entre, après un voyage en Italie en 1740, au service du prince-abbé de Kempten. À la mort de celui-ci (1747), il est appelé, d'abord comme chanteur, puis comme violoniste, chef d'orchestre et compositeur, à la cour du fameux prince-électeur de Mannheim : lui et Johann Stamitz dominent sans con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-xaver-richter/#i_22422

STAMITZ JOHANN (1717-1757)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 449 mots

Compositeur et violoniste baptisé le 19 juin 1717 à Ňemecký Brod, en Bohême (auj. Havlí̌ck̊uv Brod, en République tchèque), enterré le 30 mars 1757 (il est probablement mort le 27 mars) à Mannheim, dans le Palatinat. Jan Václav Antonín Stamiæ, qui germanisera par la suite son nom en Johann Wenzel Anton Stamitz, reçoit dès son plus jeune âge une éducation musicale de la part de son père. En 1742, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-stamitz/#i_22422

STAMITZ KARL PHILIPP (1745-1801)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 427 mots

Fils aîné de Jan Vaclav Stamic, qui a germanisé son nom tchèque et se fait appeler Johann Stamitz, Karl naît à Mannheim l'année même où son père prend la direction de l'orchestre du prince-électeur Karl Theodor, dont il fait partie depuis quatre ans. Avant sa mort prématurée (1757), et aidé par les nombreux compositeurs de talent groupés autour de lui, Johann fera de cet orchestre un des meilleurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-philipp-stamitz/#i_22422

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole LACHARTRE, « MANNHEIM ÉCOLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-mannheim/