DYNAMO (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lumières et mouvements dans l’art

Si on retrouve nombre d’œuvres de Le Parc et de Soto dans l’exposition intitulée Dynamo, les 3 000 mètres carrés du Grand-Palais ont permis aux commissaires de la manifestation, Serge Lemoine assisté de Matthieu Poirier, de présenter, réparties sur deux étages, quelque deux cent œuvres de cent quarante-deux artistes de toutes nationalités, sans compter ceux qui se sont exprimés à l’extérieur: Felice Varini et sa grille de disques évidés ornant la colonnade (Vingt-trois disques évidés plus douze moitiés et quatre quarts, 2013), ou Fujiko Nakaya et son évanescente sculpture de brouillard (Cloud Installation # 07156, 2013). Quant à Xavier Veilhan, il avait choisi le grand escalier pour installer un immense mobile qui rejoignait à travers le temps celui de Calder figurant parmi les dernières pièces de l’exposition aux côtés des grands précurseurs que sont Sonia Delaunay, Marcel Duchamp, Naum Gabo, Antoine Pevsner ou László Moholy-Nagy. Il s’agissait donc pour le visiteur de remonter le temps et de se laisser entraîner dans un ensemble de perceptions visuelles réalisées par des créateurs qui, comme l’écrit Serge Lemoine dans le catalogue de l’exposition, prenaient le risque « de quitter le tableau pour créer des environnements, privilégier l’espace qu’il soit fluide ou encombré, transparent ou opaque, lumineux ou assombri ». Dès l’introduction, le visiteur était donc invité à s’immerger dans une série de propositions où l’œil subissait nombre d’assauts lumineux plus troublants les uns que les autres, comme les paraboles laquées (Untitled, 2008) d’Anish Kapoor inversant l’image du spectateur, l’agressivité des milliers d’ampoules de Carsten Höller (Light Corner, 2001), le déambulatoire tournant de Jeppe Hein (Rotating Labyrinth, 2007), les bandes de néons à l’allumage intermittent de John Armleder (Volte III, 2004), ou encore les remarquables brouillards colorés d’Ann Veronica Janssens (Daylight b [...]

Spazio elastico, G. Colombo

Photographie : Spazio elastico, G. Colombo

Gianni Colombo, Spazio elastico, 1967-1968. Cloisons, lampes de Wood, moteurs et mécanisme étirant des fils blancs. 400 cm × 400 cm × 400 cm. Milan, Archivio Gianni Colombo. Dans son dispositif d'immersion, Gianni Colombo sollicite la participation du spectateur qui se déplace dans une... 

Crédits : G. Pizzagalli/ Courtesy Archive Gianni Colombo, Milan

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « DYNAMO (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamo-exposition/