JUSTINIEN DROIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originalité et conservatisme

Théorique ou pratique, conservatrice ou novatrice, l'œuvre juridique de Justinien apparaît avant tout comme une fixation du droit. C'est l'aboutissement d'une longue évolution commencée au début de l'époque impériale. Elle sacrifie peu à peu la liberté de la doctrine, la plasticité de la coutume à la toute-puissance de la loi écrite, c'est-à-dire de l'empereur, loi vivante (Novelles, 18, préface).

Si la spontanéité y perd, le justiciable y gagne en sécurité, les textes officiels ne pouvant être contestés. En dépit de la prise en considération du droit contemporain, la fixation des règles juridiques s'est faite avec un parti pris de restauration tant dans la forme que dans le fond. Le style ampoulé des constitutions du Bas-Empire est abandonné, et l'on revient à la concision de l'époque classique. Mais Justinien n'a pas cédé à une quelconque tentation d'érudition ou à une vaine admiration du passé, car le législateur byzantin s'adressait dans l'immédiat à des populations orientales – même s'il espérait reconquérir la partie occidentale de l'empire ; la restauration du droit romain classique pouvait donc présenter plus d'inconvénients que d'avantages.

C'est, en définitive, pour des raisons techniques plus que de prestige que le système juridique romain a été refondu dans son ensemble après avoir subi une simple remise à jour. Les législateurs impériaux avaient jusque-là trop souvent cédé à la solution de facilité qui consiste, en présence d'une situation nouvelle, à ne voir que la solution immédiate, sans se soucier des répercussions que leurs innovations pouvaient avoir sur le reste du droit.

Justinien, tout en faisant preuve de réalisme, n'a pas surestimé ses possibilités. Aidé par la doctrine, il a senti que, s'il est facile de faire des lois pour modifier le présent, en attendant de prophétiser comme notre législateur moderne (loi-programme), il est vain, sinon dangereux, de renier les principes qui sont les fondements d'un système juridique, avant d'avoir, au préalable, repensé tout l'ensemble.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JUSTINIEN DROIT  » est également traité dans :

BASILIQUES, droit romain

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 326 mots

Compilation juridique faite à Constantinople sur l'ordre de l'empereur byzantin Léon le Sage (886-911). Ce recueil rassemble ce qui, dans la compilation justinienne (Code, Digeste, Institutes, Novelles), était encore en vigueur dans l'Empire d'Orient à la fin du ix e siècle. Le projet d'un tel recueil avait déjà été formé par l'empereur Basile le Macédonien (867-886), mais ne fut réalisé que par […] Lire la suite

CIVIL DROIT

  • Écrit par 
  • Muriel FABRE-MAGNAN
  •  • 9 088 mots

Dans le chapitre « Le droit romain »  : […] Le droit civil trouve son origine dans les constructions juridiques de la Rome antique, dont les principales dispositions ont été rassemblées et refondues sous l'autorité de l'empereur Justinien, pendant son règne à Byzance (527-565). Ce corpus comprend quatre recueils : le Codex , recueil des constitutions impériales, c'est-à-dire des réponses aux questions posées à l'empereur ; le Digeste (enc […] Lire la suite

CODIFICATION

  • Écrit par 
  • Guy BRAIBANT
  •  • 6 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de la codification »  : […] La codification est une vieille ambition de l'humanité. Les plus anciens codes aujourd'hui connus apparaissent en Mésopotamie deux mille ans avant notre ère. Après le Code d'Our-Nammou, rédigé en réalité, semble-t-il, par son fils Shoulgi (2094-2047 av. J.-C.), et le Code d'Eschouna (vers 1800 av. J.-C.), du nom d'une ville, le plus complet et le plus intéressant est le célèbre Code d'Hammourabi […] Lire la suite

DIGESTE

  • Écrit par 
  • Michèle DUCOS
  •  • 245 mots
  •  • 1 média

Le Digeste (parfois appelé Pandectes) est un recueil méthodique d'extraits des opinions et sentences des juristes romains, réunis sur l'ordre de l'empereur Justinien. Sous la direction de Tribonien, une commission avait rassemblé les écrits des juristes pour en extraire des citations et les classer par matière. Le Digeste comprend cinquante livres, eux-mêmes divisés en titres, portant sur l'ense […] Lire la suite

FIDÉICOMMIS

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 824 mots

Terme désignant une disposition de dernière volonté dont l'exécution était, à l'origine, confiée à la seule bonne foi ( fidei committere ) de celui qui en était grevé. L'acte n'était qu'une simple demande faite à un tiers, dont on ne pouvait exiger en justice l'exécution. Auguste chargea les consuls d'en assurer le respect au moins dans certains cas, et Claude (41-54) confia à deux préteurs la mis […] Lire la suite

JUSTINIEN Ier (482-565)

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  •  • 2 243 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La paix et l'ordre (527-540) »  : […] De 527 à 540, Justinien appliqua son programme de restauration et d'unification du monde romain avec une activité fébrile. Il avait trouvé une situation économique et financière fort saine, grâce à l'habile politique d'Anastase I er , le prédécesseur de Justin. La paix sociale, en revanche, était troublée par l'antagonisme des catholiques et des monophysites, et aussi par les excès d'une administr […] Lire la suite

JUSTINIEN Ier (482-565), en bref

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

Succédant en 527 à son oncle Justin I er un demi-siècle après la disparition de l'Empire d'Occident (476), Justinien, aidé de son épouse Théodora, est le dernier empereur byzantin à avoir réellement caressé l'espoir d'une reconstitution de l'unité politique impériale romaine autour de la Méditerranée. Après avoir lancé un processus d'unification législative dont témoigne dès 529 la compilation de […] Lire la suite

NAISSANCE DE L'UNIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 268 mots
  •  • 1 média

La première université, celle qu'on appelle la « mère nourricière des études », Alma Mater studiorum , naît à Bologne au xi e  siècle. Certains maîtres de grammaire, de rhétorique et de dialectique (les arts libéraux du trivium hérité de l'Antiquité) entreprennent alors d'y commenter le droit justinien qu'ils viennent de redécouvrir dans des circonstances restées mystérieuses. La date de 1088 ret […] Lire la suite

NOVELLES

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 443 mots

Le terme novelles désigne des constitutions nouvelles ( novellae constitutiones ) ; de façon plus précise, il est réservé à deux groupes de constitutions nouvelles : les Novelles post-théodosiennes et les Novelles de Justinien. Les premières sont des constitutions promulguées après la publication du Code théodosien en 438. On ne connaît d'ailleurs pas toutes les constitutions qui ont été alors pri […] Lire la suite

PANDECTES ou DIGESTE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 451 mots

Par ce terme d'origine grecque — pandectai , qui contient tout —, on désigne un recueil juridique, compilé sur l'ordre de l'empereur Justinien (527-565) et qui est plus connu sous son nom latin de Digeste. Les Pandectes sont formées de passages repris aux œuvres des jurisconsultes romains de l'époque classique, de Quintus Mucius Scaevola (mort en ~ 82) à Hermogénien et Charisius (fin iii e  s.-déb […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jehan de MALAFOSSE, « JUSTINIEN DROIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-justinien/