DANOIS DROIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appartenant au groupe des droits nordiques, qui se range lui-même dans la famille romano-germanique, le droit danois trouve son origine dans des coutumes régionales (Jutland, Scanie, Seeland), lesquelles ont été fixées par écrit aux xiie et xiiie siècles. Sur la base de ces coutumes, l'unification du droit a été réalisée, en 1683, par un Code général promulgué par le roi Christian V, le Danske Lov, qui est toujours, en principe, en vigueur ; les Danois ont renoncé, en effet, sous l'influence de l'école historique de Savigny, à avoir une codification à la française, mais les diverses parties du Code ont été remplacées le plus souvent par de grandes lois qui n'y ont pas été incorporées.

En raison du caractère très casuistique du Code, une grande importance a été dévolue à la doctrine, qui a dû en combler les lacunes et dégager des principes généraux. Imbus d'un esprit pragmatiste, les juristes danois ont résisté à la tendance trop systématique de leurs voisins allemands et se sont attachés avant tout à résoudre des cas concrets sur la base de la jurisprudence. Le législateur lui-même hésite à poser des principes généraux, et préfère envisager des cas particuliers ; pour cette raison, on admet au Danemark, contrairement à la règle généralement suivie dans les autres pays, qu'il puisse exister des infractions pénales en dehors des cas prévus par la loi. Les décisions des tribunaux jouissent d'une grande autorité, mais on ne leur reconnaît jamais la valeur de précédents obligatoires.

Le Danemark est, conformément à sa Constitution de 1953, une monarchie constitutionnelle. Son Parlement (ancien Rigsdag) est composé d'une seule chambre (Folketing). On admet en théorie la possibilité d'un contrôle judiciaire de la constitutionnalité des lois, mais les tribunaux n'ont jamais eu l'occasion d'exercer un tel contrôle. Il n'y a pas de tribunaux administratifs. En 1953, un ombudsman a été créé sur le modèle suédois, mais son rôle est plus restreint qu'en Suède.

Le Danemark participe aux efforts qui, depuis 1880, ont été entrepris pour rédiger des lois uniformes entre pays nordiques. L'entrée du Danemark dans la Communauté économique européenne, en 1973, a d'autre part renforcé les liens du droit danois avec ceux des autres pays de la Communauté.

—  René DAVID

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification

Autres références

«  DANOIS DROIT  » est également traité dans :

NORVÉGIEN DROIT

  • Écrit par 
  • René DAVID
  •  • 335 mots

Appartenant au groupe des droits nordiques, qui se range lui-même dans la famille du droit romano-germanique, le droit norvégien est fondé à l'origine sur les coutumes pratiquées dans les quatre districts de la Norvège, coutumes fixées par écrit au xii e  siècle, puis unifiées et réformées en 1274 par le roi Magnus Hakonarson Lagaböter (Magnus VI Lagaböte) ; un droit spécial pour les villes, fondé […] Lire la suite

Les derniers événements

23-26 mai 2019 Union européenne. Élection du Parlement européen.

– Pologne, 52 sièges : Droit et Justice (national conservateur), 27 ; Coalition européenne (centre), 22 ; Printemps (social-démocrate), 3. – Portugal, 21 sièges : Parti socialiste (social-démocrate), 9 ; Parti social-démocrate (libéral conservateur), 6 ; Bloc de gauche (socialiste), 2 ; Coalition démocratique unitaire (communiste), 2 ; CDS-Parti populaire (conservateur), 1 ; Personnes-Animaux-Nature (environnementaliste), 1. […] Lire la suite

31 mai 2018 Danemark. Interdiction du voile intégral dans l'espace public.

Le texte initié par le gouvernement de centre droit est soutenu par les sociaux-démocrates et le Parti populaire danois (populiste). Le port du voile intégral dans l’espace public est également interdit en France, en Belgique, en Autriche et, partiellement, en Allemagne. […] Lire la suite

4-28 janvier 2016 Union européenne. Durcissement face à la crise migratoire.

Le 26, le Parlement danois dominé par le Parti libéral adopte une loi durcissant le droit d’asile. Celle-ci prévoit notamment la confiscation des biens des demandeurs d’asile excédant un certain montant pour financer les aides qui leur sont accordées. Des mesures analogues sont en vigueur en Suisse et dans certains Länder allemands. Le 27, la Commission européenne lance une procédure qui vise à terme à rétablir pour deux ans le contrôle à certaines frontières intérieures de l’Union, en cas d’incapacité de la Grèce à remédier aux « manquements graves dans l’exécution des contrôles aux frontières extérieures » constatés par l’agence Frontex. […] Lire la suite

22-25 mai 2014 Union européenne. Élections européennes

– Danemark, 13 sièges : Parti du peuple danois (extrême droite), 4 ; Sociaux-démocrates, 3 ; Parti libéral du Danemark, 2 ; Parti socialiste populaire (gauche radicale), 1 ; Parti conservateur populaire, 1 ; Mouvement populaire contre l'U.E. (gauche eurosceptique), 1 ; Parti social-libéral, 1. – Espagne, 54 sièges : Parti populaire (conservateur), 16 ; Parti socialiste ouvrier espagnol, 14 ; coalition menée par Gauche unie (écologiste et communiste), 6 ; Pour la démocratie sociale (Podemos, « indignés »), 5 ; Union progrès et démocratie (social-libéral), 4 ; coalition Pour l'Europe (régionalistes), 3 ; coalition La Gauche pour le droit de décider (indépendantiste catalan), 2 ; Parti de la citoyenneté (social-libéral), 2 ; coalition Les Peuples décident (régionalistes), 1 ; Printemps européen (régionalistes et écologistes), 1. […] Lire la suite

Pour citer l’article

René DAVID, « DANOIS DROIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-danois/