Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANIMALIER DROIT

Règles applicables

Les catégories d'animaux

Dans les ordres nationaux comme sur le plan international et régional, il n'existe pas un régime juridique unique et uniforme pour l'ensemble des animaux. La réglementation se caractérise au contraire par la diversité des règles applicables. Selon un procédé habituel, le droit répartit les animaux en différentes catégories juridiques et soumet chacune d'entre elles à des règles spécifiques définies selon la conception que l'homme se fait d'un animal, l'intérêt qu'il lui porte et l'usage auquel il le destine. À la lumière des législations nationales et supranationales, trois grandes catégories d'animaux peuvent être identifiées.

L’exploitation des animaux.

L’exploitation des animaux.

La première correspond aux animaux-sujets. Elle s'applique aux animaux regardés comme étant le plus proches de l'homme : animaux de compagnie et, plus largement, animaux domestiques. Le maître mot de cette catégorie est la protection : protection de l'animal, protection de l'homme, protection de leur relation. Ces animaux bénéficient du régime le plus favorable. Il se traduit, en particulier, par l'existence de règles pénales interdisant l'abandon de l'animal et réprimant les mauvais traitements qui lui sont infligés. L'homme lui-même est protégé dans la relation d'affection qu'il peut nouer avec l'animal. L'attachement qu'il lui porte est en effet pris en compte par la jurisprudence dans le contentieux de la responsabilité. Les tribunaux admettent la réparation du préjudice moral ou du préjudice d'affection lié à la perte d'un animal. Lorsque celui-ci décède du fait d'un tiers, son propriétaire pourra demander l'allocation de dommages-intérêts destinés à compenser la tristesse éprouvée.

La deuxième catégorie juridique correspond aux animaux-objets, ceux que le droit ravale à de simples choses. Le maître mot de cette catégorie est l'utilisation. Les animaux qui en relèvent peuvent être utilisés largement par l'homme, y compris par leur mise à mort, sous réserve du respect de règles minimales. Tel est le cas des animaux d' élevage, dont les conditions de vie, de transport et d'abattage font l'objet de réglementations (quant à la dimension des cages ou encore l'exigence de procéder à un étourdissement de l'animal préalablement à son abattage). Il en va de même, par exemple, des animaux utilisés à des fins expérimentales ou à d'autres fins scientifiques. Des textes nationaux et internationaux établissent des garde-fous qui finalisent et encadrent le recours aux animaux de laboratoire (nécessité d'établir l'utilité scientifique de l'expérience, définition des conditions de son déroulement en vue de limiter la douleur infligée).

La troisième catégorie envisagée par le droit correspond aux animaux sauvages. Le maître mot de celle-ci est la régulation. Les animaux qui en relèvent sont des res nulius, des choses sans maîtres vivant à l'état de liberté naturelle. Ils ne sont pas appréhendés en tant qu'individus dans le cadre de ce régime, mais plutôt perçus comme un stock qu'il convient de gérer (en plus ou en moins) : autoriser des « prélèvements » (la froideur du terme exprimant cette logique purement technicienne) lorsqu'il augmente ; les interdire lorsqu'il diminue et se raréfie au point de menacer la survie d'une espèce (qui sera alors protégée en tant qu'elle est menacée de disparition).

Le statut juridique

Quelle que soit la catégorie juridique dont il relève, l'animal est appréhendé par le droit comme un bien. Il est réifié par le droit, sa situation juridique étant calquée sur celle des choses. Toutes les législations retiennent cette qualification, avec de simples nuances d'un pays à l'autre.

L'effet de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé des facultés de droit, professeur à l'université de Nice-Sophia-Antipolis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANIMALITÉ

    • Écrit par Florence BURGAT
    • 7 682 mots
    • 9 médias
    ... morale des hommes à l'égard des animaux pris individuellement » (Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, 2011) : l'utilitarisme de Peter Singer et la théorie des droits des animaux de Tom Regan. Ces deux philosophes sont ceux dont les ouvrages sont les plus traduits et les théories les plus étudiées...
  • ANTISPÉCISME

    • Écrit par Fabien CARRIÉ
    • 4 127 mots
    • 4 médias
    ...antispécistes de Singer ou de Ryder, alors non traduits, circulaient déjà au sein de groupes comme la Ligue française contre la vivisection (L.F.C.V.). L’adoption, dans la même période, de la notion de spécisme par la Ligue française des droits de l’animal est aussi significative ; créé en 1976, ce collectif...
  • SINGER PETER (1946- )

    • Écrit par Universalis
    • 1 482 mots
    ...partie de son temps et de son énergie (ainsi qu’une partie importante de ses revenus) à des causes politiques et sociales : tout particulièrement les droits des animaux, mais aussi la lutte contre la famine et la pauvreté, la protection de l’environnement naturel et le droit à l’avortement. Au cours...

Voir aussi