ANIMALIER DROIT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cow-boy à cheval

Cow-boy à cheval
Crédits : J. Hatch/ Shutterstock

photographie

Procès de Bill Burns

Procès de Bill Burns
Crédits : M. Fennelly Antiques 2011

photographie

L’exploitation des animaux.

L’exploitation des animaux.
Crédits : Branislavpudar/ Shutterstock

photographie

L’animal dans son monde

L’animal dans son monde
Crédits : L. Casagrande

photographie

Tous les médias


Fondements juridiques

Intérêts de l'animal et intérêts de l'homme

La sensibilité et le respect de l'animal sont à l'origine de l'essentiel des règles du droit animalier. La sensibilité de l'animal, c'est-à-dire sa capacité à ressentir de la souffrance ou du plaisir, est au cœur des législations protectrices adoptées dans les pays occidentaux. Imprégnés des principes de l'école utilitariste (Jeremy Bentham au xixe siècle, Peter Singer au xxe siècle). Elles reposent sur l'idée d'abolir les souffrances inutiles, et de réduire les souffrances regardées comme utiles. En Orient, et plus spécialement en Inde, les réglementations édictées reposent sur un fondement sensiblement différent, qui tient au respect de l'animal. La philosophie sous-jacente, influencée par les représentations hindouistes et bouddhistes, repose sur l'exigence de garantir la valeur de la vie sous toutes ses formes, humaine mais aussi animale.

Si ces deux considérations sont à l'origine de la majeure partie des règles constituant le droit animalier, un nombre non négligeable de lois et instruments juridiques ont néanmoins été inspirés de préoccupations anthropocentriques n'ayant en considération que les intérêts humains. Ils visent, par exemple, à permettre les échanges commerciaux (en déterminant le mode de cession des animaux), à préserver l'environnement de l'homme, dont l'animal est alors conçu comme une composante désincarnée, ou encore à protéger la morale publique, à l'image de la loi relative aux mauvais traitements envers les animaux domestiques adoptée en 1850 (loi Grammont). Cette loi, en effet, n'interdisait les mauvais traitements envers les animaux que si ceux-ci étaient réalisés en public, les actes de cruauté étant parfaitement admissibles en privé. Ainsi, la loi ne visait nullement à protéger l'an [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : agrégé des facultés de droit, professeur à l'université de Nice-Sophia-Antipolis

Classification


Autres références

«  ANIMALIER DROIT  » est également traité dans :

ANIMALITÉ

  • Écrit par 
  • Florence BURGAT
  •  • 7 668 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'utilitarisme »  : […] La philosophie morale a de longue date posé le problème du statut des animaux, en s'interrogeant sur les qualités que l'on peut leur attribuer, les éventuels devoirs de l'homme à leur égard, voire sur leurs droits. Cependant, le remarquable développement et, depuis quelques décennies, l'intensification des travaux dans ce domaine, notamment aux États-Unis, imposent d'évoquer au moins les deux cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animalite/#i_53951

ANTISPÉCISME

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 4 140 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Importation en France »  : […] Il en ira tout autrement en France. Bien sûr, les bouleversements et la dynamique de radicalisation développée au sein des mouvements animalistes anglophones dans les années 1970 et 1980 ne pouvaient advenir sans susciter la moindre résonance dans les milieux français de la protection animale. L’exemple des actions entreprises par des groupuscules ou nébuleuses comme le Animal Liberation Front (la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antispecisme/#i_53951

SINGER PETER (1946- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 493 mots

Dans le chapitre « Un utilitarisme pour notre temps »  : […] Conformément aux principes éthiques qui guident sa pensée et ses écrits à partir des années 1970, Singer consacre une grande partie de son temps et de son énergie (ainsi qu’une partie importante de ses revenus) à des causes politiques et sociales : tout particulièrement les droits des animaux, mais aussi la lutte contre la famine et la pauvreté, la protection de l’environnement naturel et le droi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-singer/#i_53951

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier LE BOT, « ANIMALIER DROIT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-animalier/