VILLEPIN DOMINIQUE DE (1953-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dominique de Villepin doit sa fulgurante carrière politique à sa relation de confiance avec Jacques Chirac dont il a partagé toutes les décisions à partir de 1995. Nommé Premier ministre, le 31 mai 2005, le surlendemain de l'échec du référendum sur le traité constitutionnel, il a été le troisième chef de gouvernement de la Ve République (après Georges Pompidou et Raymond Barre) à n'avoir jamais brigué un mandat électif au suffrage universel. Moins de trois ans s'étaient alors écoulés depuis son entrée dans les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin, d'abord en qualité de ministre des Affaires étrangères (mai 2002-mars 2004) puis comme ministre de l'Intérieur (mars 2004-mai 2005).

Cette éclosion au premier plan sur la scène politique française vient consacrer une patiente progression, entamée sous les meilleurs auspices. Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin se flatte d'appartenir à une lignée de serviteurs de l'État : un grand-père militaire, un père entré dans la Résistance à dix-huit ans qui, après avoir représenté Saint Gobain Pont-à-Mousson à l'étranger, est élu sénateur centriste des Français établis hors de France (1986-2004). Son frère et sa sœur, énarques comme lui, font une carrière dans la haute administration (Cour des comptes, tribunal administratif). Fils d'expatriés, né à Rabat (Maroc) le 14 novembre 1953 puis éduqué au Venezuela, Dominique de Villepin a d'abord « rêvé la France avant de la connaître » lors de ses courts séjours d'été en Limousin. Et se targue d'en épouser toutes les causes et d'en aimer tous les symboles. En 1964, la visite officielle du général de Gaulle au Venezuela, dit-il, a éveillé sa fibre gaulliste. Après un parcours universitaire parisien sans faute – licences de lettres et de droit, Sciences-Po et l'E.N.A. (promotion Voltaire 1978-1980) –, il accomplit son service militaire à bord du porte-avions Clemenceau ; puis il prend la direction des affaires malgaches et africaines au Quai d'Orsay, berceau de sa carrière politique.

Adhérent au R.P.R. dès 1977, membre deux ans plus tard du « group [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : journaliste, chef de service, responsable des études politiques au journal Le Figaro

Classification


Autres références

«  VILLEPIN DOMINIQUE DE (1953- )  » est également traité dans :

CHIRAC JACQUES (1932-    )

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 960 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les mandats de Jacques Chirac »  : […] Affaibli sur la scène européenne, Jacques Chirac charge Dominique de Villepin, nouveau chef du gouvernement, de gérer les destinées de la France jusqu'à l'élection présidentielle de mai 2007. La lutte contre le chômage devient la priorité d'un gouvernement où Nicolas Sarkozy siège comme ministre de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-chirac/#i_38682

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 266 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Un fort mouvement social contre le contrat première embauche (C.P.E.) »  : […] Dominique de Villepin voit son image se dégrader très fortement dans les sondages, d'autant plus que se développe alors l'affaire Clearstream. Dans un listing de personnalités qui auraient touché des commissions lors de la vente de frégates à Taïwan figurait le nom de Nicolas Sarkozy. Alors que ce listing semble être un faux, Dominique de Villepin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-chirac-1995-2007/#i_38682

FRANCE - L'année politique 2006

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 947 mots

Dans le chapitre « Un gouvernement affaibli »  : […] Jusqu'au début de l'année 2006, le Premier ministre Dominique de Villepin semblait avoir réussi son pari et pouvoir se présenter comme un concurrent possible de Nicolas Sarkozy à l'investiture de l'U.M.P. ; la crise du contrat première embauche (C.P.E.) et, plus accessoirement peut-être, l'affaire Clearstream lui ont ôté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2006/#i_38682

FRANCE - L'année politique 2005

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 253 mots

majeur, le rejet par le référendum du 29 mai du projet de traité constitutionnel européen, a pour conséquence interne immédiate le remplacement de Jean-Pierre Raffarin par Dominique de Villepin. Il dénote aussi une fracture profonde au sein de la gauche et, plus généralement, de la société. À l'automne, la « révolte des banlieues » comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2005/#i_38682

GRÈVE

  • Écrit par 
  • Hélène SINAY
  • , Universalis
  •  • 12 477 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les grèves depuis 1968 »  : […] En janvier 2006, le Premier ministre Dominique de Villepin annonce son intention de rompre, en matière d'emploi, avec les « logiques de partage du travail qui ont échoué », présente le projet de « contrat première embauche » (C.P.E.) destiné aux jeunes de moins de vingt-six ans. Inspiré du « contrat nouvelles embauches » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greve/#i_38682

Pour citer l’article

Josseline ABONNEAU, « VILLEPIN DOMINIQUE DE (1953-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dominique-de-villepin/