DJĀḤIẒ ou ĞĀḤIẒ (776-868)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Défense et illustration d'une culture

L'adab

Si le rôle de théoricien et de polémiste a pu être considéré, du vivant de Djāḥiẓ, comme une part essentielle de son activité, c'est surtout son œuvre proprement littéraire que la postérité a retenue. Il s'agit de ce qu'il est convenu d'appeler la littérature d'adab, notion assez vague qui ressortit en fin de compte plus aux modes de constitution d'une culture qu'aux lois d'un genre ou aux procédés d'une écriture. En bref, à partir de présupposés d'éthique et de pratique sociale, un ensemble culturel regroupe d'une part des éléments de connaissance nécessaires à un homme cultivé – adīb – et propose, d'autre part, les moyens propres à former son esprit et développer son sens critique. La possession des notions les plus diverses – poésie, histoire, géographie, traditions, etc. – ne va jamais jusqu'à la spécialisation excessive. Cette connaissance, qui prend de tout un peu et le meilleur, marquée au coin d'un dilettantisme éclectique, doit s'adapter à une conversation pleine d'esprit. Les modes mêmes de diffusion de cette culture vont dicter ces œuvres si curieuses, niant toute notion d'organisation textuelle. Elles ne se veulent pas porteuses d'une volonté de création et de découverte, mais se conçoivent comme reflet et confirmation de ce qui existe ; à côté des ouvrages d'érudition, elles sont le commentaire intelligent, concis et surtout libre ; sans projet qui les détermine, elles se présentent en une démarche de quête critique ; mêlant tous les sujets par souci d'élégance, impuissantes à se discipliner mais ne se renouvelant que dans le chatoiement d'une diversité proliférante, elles sont le fruit d'un raffinement fuyant l'austérité de la rigueur.

À cette conception de l'art littéraire, Djāḥiẓ a donné ses lettres de noblesse en trois de ses ouvrages principaux : l'un, Kitāb al-Bayān wa-t-Tabyīn, traite de rhétorique ; l'autre, le Livre du rond et du carré (Kitāb at-Tarbī ‘wa-t-Tadwīr), se présente comme une étude étourdissante d'humour des grands problèmes de l'époque ; le dernier, Le Livre des avares (Kitāb al-Buẖalā') [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DJAHIZ ou GAHIZ (776-868)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le deuxième discours théorique : la « balāġa » »  : […] Pris dans sa seconde acception, le terme de rhétorique recouvre trois notions parfois proches jusqu'à la synonymie et qui, néanmoins, comportent des valeurs sémantiques distinctes. Ces notions sont : bayān , faṣāḥa , balāġa . Dans bayān , c'est surtout l'idée de dévoilement, de manifestation, d'apparaître qui prédomine. Le sens ( ma ‘ nā ) n'étant pas manifeste par lui-même doit, pour se communiqu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « DJĀḤIẒ ou ĞĀḤIẒ (776-868) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/djahiz-gahiz/