DJĀḤIẒ ou ĞĀḤIẒ (776-868)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théologie et polémique

La littérature arabe médiévale ne se saisit pas sans la connaissance d'un réseau de facteurs idéologiques et socio-politiques, dont les influences sont difficiles sinon à déterminer du moins à démêler dans leur importance relative. La dynastie ‘abbāside (750-1258) encourage une élaboration dogmatique vigoureuse et voit, de ce fait, se développer des doctrines fermement antagonistes. On ne saurait dissocier le terme politique de ses corrélatifs théologiques et socio-culturels, qui constituent le substrat de la polémique. Il ne s'agit là que d'un affleurement ultime d'attitudes actualisant des tendances profondes.

Le théologien mu‘tazilite

Élève d'an-Naẓẓām, Djāḥiẓ est le maître d'un groupe baṣrien de la septième classe des mu‘tazilites. Les rares fragments dont on dispose ici – notations contenues dans des ouvrages d'hérésiographie, glanes diverses – devraient être confrontés et réintégrés dans le contexte philosophico-dogmatique, pour reconstituer un ensemble.

Djāḥiẓ a dû rédiger une demi-douzaine d'opuscules où il exposait les arguments de la mission prophétique, abordait le problème de la connaissance et celui, fondamental, de la création du Coran. Ici ou dans ses attaques contre les anthropomorphistes (mušabbiha) et les ǧahmiyya, on ne peut lui reconnaître une pensée originale. Il s'est, la plupart du temps, rallié aux vues d'an-Naẓẓām sur plusieurs points de doctrine : perfection et justice de Dieu, définition de l'être comme étant le connu, rapports de la loi et de la foi, connaissance sensible et connaissance spéculative, etc.

Le Livre des animaux, gigantesque compilation zoologique, étudie l'aspect, le comportement et la reproduction des animaux, même fabuleux, et reste fondamentalement apologétique. Il faut prouver que tout concourt, dans la création, à un dessein général dont Dieu connaît seul le secret. La nature n'a de sens que si elle provoque une réflexion propre à percevoir le finalisme universel. Les théories de l'auteur sur l'instinct et l'évolution [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DJAHIZ ou GAHIZ (776-868)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le deuxième discours théorique : la « balāġa » »  : […] Pris dans sa seconde acception, le terme de rhétorique recouvre trois notions parfois proches jusqu'à la synonymie et qui, néanmoins, comportent des valeurs sémantiques distinctes. Ces notions sont : bayān , faṣāḥa , balāġa . Dans bayān , c'est surtout l'idée de dévoilement, de manifestation, d'apparaître qui prédomine. Le sens ( ma ‘ nā ) n'étant pas manifeste par lui-même doit, pour se communiqu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « DJĀḤIẒ ou ĞĀḤIẒ (776-868) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/djahiz-gahiz/