Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DIPLÔME, chancellerie

Forme d'acte authentique, caractéristique des chancelleries souveraines du haut Moyen Âge. Les diplômes étaient revêtus du seing manuel autographe du roi à l'époque barbare, puis d'une simple croix, et enfin d'un monogramme non autographe à partir du règne de Charlemagne. Ils tiraient leur authenticité de la souscription de l'archichancelier ou d'un notaire signant à sa place. Plaqué au bas du document, le sceau était le plus souvent l'empreinte d'une pierre dure gravée, antique ou imitée de l'antique. L'influence des actes privés et le fléchissement du rôle imparti à l'écrit dans le système juridique des preuves donnèrent, à partir du xie siècle, une importance nouvelle à la liste des témoins, généralement pris dans l'entourage immédiat du souverain.

À mesure que d'autres formes diplomatiques moins encombrantes apparaissaient pour répondre aux besoins d'une vie économique et administrative plus organisée, le diplôme se figea dans des formes solennelles, encore utilisées aux xiie et xiiie siècles. Le sceau fut de plus en plus souvent suspendu — sur une languette de parchemin ou sur des lacs de soie de couleur — et non plus plaqué sur le parchemin de l'acte. Les lettres patentes, à divers niveaux de solennité et de valeur (charte, mandement, etc.), concurrencèrent rapidement le diplôme, qui disparut de la pratique des chancelleries au xive siècle.

— Jean FAVIER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification

Pour citer cet article

Jean FAVIER. DIPLÔME, chancellerie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • DIPLOMATIQUE

    • Écrit par
    • 5 754 mots
    ...actes des empereurs et des papes – commencée respectivement par K. F. Bohmer et par P. Jaffé et A. Potthast –, la préparation des grandes collections des diplômes des souverains, notamment en Allemagne (dans les Monumenta Germaniae historica), en France (avec A. Giry, M. Prou, G. Tessier) et en Italie (avec...