DIOSCORIDE PEDANIUS (40 env.-env. 90)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Cilicie, à Anazarbe, ce Grec d'Asie Mineure étudia la médecine à Alexandrie puis à Athènes où il fut l'élève de Théophraste. Venu à Rome, il devint médecin militaire des légions sous Néron et parcourut, entre 54 et 68, une grande partie de l'Europe, mettant à profit ses voyages pour approfondir ses connaissances cliniques et botaniques ; il en tira les éléments d'un ouvrage qui est la première description des remèdes et de leur préparation. Ce traité en six livres, De universa medicina, contient la description de six cents plantes médicinales (dont plusieurs étaient inconnues avant Dioscoride), avec la manière de les utiliser, et la liste des maladies qu'elles guérissent. Si l'auteur semble moins familier avec le règne animal (il ne fait que rapporter des superstitions), par contre les remèdes d'origine minérale lui sont connus, et il est le premier à décrire le rôle de l'eau de chaux, du sulfate de cuivre, de l'acétate de plomb, de l'antimoine, de l'arsenic et du soufre en pharmacothérapie. Le dernier chapitre de son traité concerne les venins, les poisons et les contrepoisons.

Ajoutant à ses vastes connaissances personnelles les notions pharmacologiques connues à son époque, il établit, dans sa Médecine universelle, les bases scientifiques de la pharmacie.

L'ouvrage de Dioscoride, écrit en grec, inspira Pline et fut beaucoup cité par Galien. Traduit en latin et en arabe, il influença les pharmacopées orientale et occidentale, et fut commenté en France jusqu'à la fin du xviiie siècle.

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIOSCORIDE PEDANIUS (40 env.-env. 90)  » est également traité dans :

BOTANIQUE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Lucien PLANTEFOL, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 4 845 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Antiquité »  : […] C'est seulement avec la pensée grecque que naît une science organisée, un savoir synthétique et désintéressé : il y a une botanique d'Aristote. Même si le Περ̀ι ϕυτ̃ων ( Des plantes ) qu'on lui a attribué n'est pas ce qu'il avait écrit, sa théorie des plantes transparaît dans ses œuvres zoologiques. Les deux grands ouvrages de son disciple Théophraste, le Περὶ ϕυτω̃ν ἱστορ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botanique-histoire-de-la/#i_26545

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perception, représentation et production de la couleur dans les civilisations antiques »  : […] Chez les Égyptiens, la notion des couleurs et de leur représentation est gouvernée par un principe fondé sur la nature des pierres précieuses qui donnent un sens précis aux couleurs et aux gemmes. Les matières colorantes utilisées en Égypte pour la fabrication des fards – le kheśebedh ( bleu lapis-lazuli), le khenemet ( rouge rubis), le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_26545

LAGUNA ANDRÉS (1511-1559)

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 1 073 mots

D'origine juive, convertis en 1492, les Laguna se sont intégrés dans la société chrétienne sans trop souffrir de la discrimination qui freinait la promotion sociale des « nouveaux chrétiens ». Le père, converso , meurt médecin apprécié du beau monde, deux frères font carrière dans le clergé, mais c'est à Andrés, le brillant médecin cosmopolite, que la famille doit prestige et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andres-laguna/#i_26545

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « DIOSCORIDE PEDANIUS (40 env.-env. 90) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dioscoride-pedanius/