DIGITALINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De formule chimique brute C41H64O13, la digitaline, utilisée en pharmacopée (tableau A) comme cardiotonique, est un hétéroside très toxique extrait des feuilles de la digitale pourprée (Digitalis purpurea) et de la digitale laineuse (Digitalis lanata), de la famille des Scrofulariacées. La digitale pourprée pousse en terrain siliceux dans les principales montagnes françaises ; la digitale laineuse pousse en terrain calcaire dans l'Europe centrale.

Il existe de nombreux procédés d'extraction assez complexes à partir des feuilles de digitale ; le plus connu est le procédé Nativelle, qui permet d'obtenir la digitaline cristallisée, encore appelée digitoxine ou digitoxoside : on distille une solution aqueuse de poudre de feuille en présence d'acétate de plomb, on évapore à sec le distillat qu'on dissout à chaud dans l'alcool puis dans le chloroforme, et on évapore pour obtenir la digitaline sous forme de cristaux microscopiques, peu colorés, inodores mais à saveur très amère ; insolubles dans l'eau mais très solubles dans l'alcool, ces cristaux fondent vers 240 0C.

Du point de vue chimique, la molécule de digitaline donne par hydrolyse, comme tous les hétérosides, un sucre, le digitoxose, et une partie non sucrée, appelée génine ou aglycone, la digitoxygénine. Comme l'ouabaïne, l'aglycone de la digitaline porte sur son squelette stéroïdique un cycle lactonique pentagonal non saturé.

Les effets thérapeutiques sont tardifs et prolongés, car l'absorption et l'élimination de la digitaline sont lentes ; celle-ci a tendance à s'accumuler dans l'organisme ; il faut donc éviter les traitements prolongés et ménager des périodes de repos. Chez l'insuffisant cardiaque, la digitaline produit un accroissement de l'amplitude des battements (effet inotrope positif), un ralentissement du rythme (effet chronotrope négatif), une diminution de l'excitabilité du myocarde (effet bathmotrope négatif) et de la conductibilité auriculo-ventriculaire (effet dromotrope négatif).

La marge entre la dose toxique et la dose thérapeutique étant très faible, la posologie est très délicate et peut varier suivant le sujet. Une accumulation dans l'organisme peut provoquer des troubles cardiaques (bradycardie), des troubles digestifs (vomissements) et des troubles nerveux (vertiges).

—  Philippe COURRIÈRE

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, docteur en pharmacie, biologiste hospitalier, professeur de biophysique à la faculté des sciences pharmaceutiques de Toulouse, université Paul-Sabatier

Classification


Autres références

«  DIGITALINE  » est également traité dans :

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 940 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les substances cardio-régulatrices »  : […] Il a été signalé que les substances adrénergiques stimulent le cœur, accroissant le rythme et la force des contractions cardiaques. La paralysie sympathique, inversement, déprime le myocarde. Les récepteurs adrénergiques myocardiques étant de type β, les adrénolytiques β sont antagonistes des effets cardio-stimulants des catécholamines, alors que les adrénolytiques α sont dénués d'action. L'isopré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-appareil-circulatoire-humain/#i_11736

DIGITALE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 422 mots
  •  • 1 média

Décrite pour la première fois par Leonhart Fuchs en 1542, reconnue diurétique et cardiotonique à la fin du xviii e  siècle par les Anglais Withering et Cullen (les paysans de leur pays l'employaient empiriquement dans l'épilepsie, non sans risques), la digitale ( Digitalis purpurea  L.) s'est imposée de nos jours comme le gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/digitale/#i_11736

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Membranes »  : […] La membrane externe de la cellule musculaire cardiaque est le siège d'un riche équipement en récepteurs, ou en molécules analogues à des récepteurs. On citera notamment la (Na + , K + )-ATPase, enzyme spécifiquement inhibée par la digitaline ; cette drogue augmente la contractilité. Cette enzyme rétablit le gradient sodique normal dans la cellule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/#i_11736

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Quelques particularités d'effets indésirables »  : […] Il peut paraître choquant d'admettre que les substances utilisées en thérapeutique, considérées comme des médicaments, reconnues officiellement comme tels, aient encore besoin d'être étudiées. Ne peut-on prévoir de façon complète et définitive les effets des médicaments avant leur commercialisation ? Différents arguments permettent d'affirmer qu'un tel objectif relève de l'utopie. En effet, si cer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/#i_11736

Pour citer l’article

Philippe COURRIÈRE, « DIGITALINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/digitaline/