DÉMOGRAPHIE HISTORIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'impact sur l'histoire

Depuis le début du xxe siècle, certains historiens s'efforçaient d'introduire les mathématiques dans l'objet de leurs études. Sans prétendre faire de l'histoire une science exacte, ils s'attachaient à tout ce qui est mesurable (production, prix, etc.) et cherchaient à relier ces paramètres par des équations, à l'imitation de ce qui se fait en économie politique. Toutefois, ils n'avaient jamais réussi à construire de modèles, faute de pouvoir en contrôler toutes les entrées : beaucoup de facteurs, dont aucun n'est négligeable, leur échappaient fatalement.

La démographie, au contraire, réduit l'étude à quelques grandeurs mesurables : nombre des hommes, âges, répartitions, intervalles. Pour elle, une population est un stock, avec un flux d'entrée (la natalité) et un flux de sortie (la mortalité). Sans doute, la natalité est-elle réglée, dans toutes les civilisations, par le phénomène social du mariage, mais celui-ci peut être analysé quantitativement, indépendamment de ses autres aspects. Ainsi, connaissant la structure par âges d'une population, ses lois de mortalité, de nuptialité et de fécondité, on peut prédire son avenir avec une certitude mathématique, à condition que cette population soit fermée (sans migrations) et stable (mortalité et natalité immuables).

L'histoire sociale a été la première bénéficiaire du développement de la démographie historique : avec celle-ci, les classes populaires, qui n'avaient été étudiées que de manière très « impressionniste » et très abstraite, sont entrées dans l'histoire. Atteignant chaque groupe en proportion de son importance numérique, grâce au dépouillement des registres d'état civil, la démographie historique a donné enfin une image représentative de la société française, alors que les autres sources de l'histoire sociale privilégiaient les élites et quelques groupes spécifiques. On a ainsi découvert que les paysans français se mariaient tardivement, du moins au xviie et au xviiie siècle, que l'intervalle entre naissances dépassait généralement deux ans ; que les naissances illégitimes étaient exceptionnelles ; que les mariages ne produisaient que quatre ou cinq enfants en moyenne. Peu à peu sont apparus les rouages d'un système démographique autorégulateur, fondé sur le mariage tardif plutôt que sur le contrôle des naissances ; ce système permettait à la population de combler ses pertes après toutes les grandes mortalités, sans dépasser un certain niveau, qui était lui-même fonction de l'organisation de la propriété et du travail plutôt que des possibilités techniques proprement dites.

On cherche également à étendre la méthode de reconstitution des familles à toutes les sources de l'histoire sociale : rôles d'imposition, terriers, minutes notariales, archives judiciaires sont mis à contribution pour enrichir les fiches de famille. De cette étude « au microscope », on peut attendre un renouvellement complet de l'histoire sociale.

D'autre part, sous l'impulsion de P. Laslett (Cambridge), l'intérêt s'est porté sur la structure des familles. On a d'abord démontré qu'en Europe occidentale, depuis le xvie siècle au moins, la forme dominante était la famille nucléaire, mais de nombreuses exceptions sont apparues, en particulier dans les montagnes de l'Europe du Sud ; il importe maintenant de connaître l'étendue de ces exceptions et d'en dégager la signification.

Enfin, la démographie historique, en permettant de mesurer certains types de comportements, a contribué à revigorer l'histoire des mentalités et à lui donner des bases solides. Par exemple, grâce à l'étude du mouvement mensuel des mariages pendant la Révolution, on peut savoir si les fidèles ont spontanément respecté les interdits d'avent et de carême. De même, la faible proportion de naissances illégitimes et de conceptions prénuptiales dans la France de l'Ancien Régime prouve que les relations sexuelles hors mariage y restaient exceptionnelles. Enfin, l'étude de la fréquence des signatures a servi de base à une grande enquête sur les progrès de l'alphabétisation.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé d'histoire et géographie, docteur ès lettres, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  DÉMOGRAPHIE HISTORIQUE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Une répartition géographique contrastée »  : […] La répartition de la population présente de grandes inégalités entre espaces vides et espaces pleins. Déserts et zones arides ne peuvent naturellement supporter qu'une très faible population, localisée près des points d'eau . L'habitat en oasis répond aux contraintes naturelles. Rien n'empêche, en revanche, les milieux forestiers de porter de fortes densités. C'est le cas au sud-est du Nigeria : […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Une population inégalement répartie »  : […] Combien d'hommes vivent sur cet espace ? Les évaluations sont malaisées. On considère qu'entre 1620 et 1650 la population de l'Empire (non de l'Allemagne) est tombée de 20 à 7 millions. Elle serait remontée à 10 millions vers 1700 pour retrouver le chiffre de 20 millions vers 1750 et atteindre 28 millions en 1790 ; lenteur de la reprise donc, due avant tout aux années creuses du milieu du xvii e   […] Lire la suite

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Démographie et administration »  : […] 1348-1789. Au point d'arrivée, quelque 25 à 27 millions de Français : chiffre aussi sûr qu'il pouvait l'être à l'époque. Combien au point de départ, combien ? Une seule certitude : un énorme effondrement lors de la peste noire, peut-être de l'ordre du tiers de la population. Sur quel chiffre antérieur ? On ne sait... Entre ces deux dates, une seule estimation réellement « sérieuse » : celle de 16 […] Lire la suite

ARIÈS PHILIPPE (1914-1984)

  • Écrit par 
  • Hervé KEMPF
  •  • 1 309 mots

Philippe Ariès naît le 21 juillet 1914 à Blois (Loir-et-Cher). Ce lieu de naissance n'est qu'une étape dans la carrière de son père, ingénieur en électricité, qui va le conduire à Paris à partir de 1920. Mais le berceau de la famille est ailleurs : au xviii e siècle, les ancêtres ont émigré du Comminges vers la Martinique, avec Bordeaux pour port d'attache. Peu avant 1900, les parents de Philippe […] Lire la suite

ARRIVÉE DE LA PESTE NOIRE EN MÉDITERRANÉE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 199 mots
  •  • 1 média

Après avoir sévi en Chine (1331), la peste noire, issue des steppes de l'Asie centrale, touche l'Europe à la suite du siège d'un comptoir génois des bords de la mer Noire, Caffa, par des troupes mongoles (1346). Frappant bientôt Constantinople, quelques ports italiens et Marseille (1347), elle touche en 1348 l'ensemble du pourtour méditerranéen, de l'Espagne à l'Égypte, puis l'Europe entière, jusq […] Lire la suite

BRETAGNE

  • Écrit par 
  • Jean MEYER, 
  • Jean OLLIVRO
  •  • 6 672 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La province et le royaume »  : […] L'histoire politique de la province est dominée par les états de Bretagne, c'est-à-dire par la noblesse. Sa situation est, en effet, très particulière. L'union, définitivement consacrée par l'Acte de 1532, fait du roi de France l'héritier des ducs. Le sommet de la pyramide sociale et politique reste donc vacant jusqu'à l'installation, tardive, de l'intendance (1688). Il est vrai qu'au xvii e  sièc […] Lire la suite

CHAUNU PIERRE (1923-2009)

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 901 mots

L 'historien Pierre Chaunu, mort le 22 octobre 2009 à Caen à l'âge de quatre-vingt-six ans, restera présent dans les mémoires par sa prolixité et ses engagements passionnés, dont il reconnaissait qu'ils pouvaient être véhéments. Apôtre de la croissance démographique, son œuvre est celle d'un historien d'abondance : une thèse monumentale sur Séville et l'Atlantique (1504-1650) , coécrite avec son é […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques FRIBOULET
  •  • 8 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un processus structurel »  : […] Ces quelques données indiquent les bouleversements introduits par la révolution industrielle, et on comprend mieux, à leur lecture, en quoi le développement est un processus structurel. L'analyse des facteurs du développement des pays européens a été l'objet de controverses au sein des spécialistes des sciences sociales. Il semble qu'aujourd'hui un consensus se soit établi sur les principaux carac […] Lire la suite

DUPÂQUIER JACQUES (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 737 mots

Avec Jacques Dupâquier, décédé le 23 juillet 2010, disparaît une figure phare de la démographie historique. Cet homme de caractère et de convictions avait trouvé sa voie sous l'effet des circonstances. Né le 30 janvier 1922 à Sainte-Adresse (Seine-Maritime) dans une famille de la bourgeoisie industrielle, il envisage initialement, face à la menace allemande, une carrière d'officier de marine. Aprè […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Approche historique de l'enfance

  • Écrit par 
  • Marie-France MOREL
  •  • 5 886 mots

Dans le chapitre « La démographie historique »  : […] Cette discipline est une base essentielle pour tous les travaux historiques sur l'enfance. Elle a d'abord permis de quantifier l'énorme mortalité infantile d'autrefois : sur quatre enfants qui naissaient en moyenne dans chaque famille française au xviii e siècle, l'un mourait avant un an, un autre avant dix ans et deux seulement parvenaient à l'âge adulte, assurant tout juste le remplacement des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DUPÂQUIER, Paul-André ROSENTAL, « DÉMOGRAPHIE HISTORIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/demographie-historique/