LAWRENCE DAVID HERBERT (1885-1930)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nombreux furent et restent les malentendus qui entourent un des plus grands écrivains britanniques du xxe siècle. Aux uns, il paraît un érotomane, aux autres, le prophète d'une renaissance à partir de l'harmonie sexuelle. D'autres encore interprètent sa nostalgie d'une force virile intacte et dominatrice comme étant la marque d'une sympathie pour l'idéologie fasciste. En fait, Lawrence avait autant de répugnance pour la licence que pour l'oppression, autant peur du viol de la personnalité que d'une dépendance quasi féminine dont il sentait en lui l'attrait. Toute son œuvre vise à trouver un impossible équilibre entre ces forces contraires, quête qui suppose mais transcende la sexualité. Les mots d'un de ses personnages qui « hait le sexe et ses limites » s'appliquent admirablement, quoi qu'on en pense, à Lawrence lui-même. C'est bien sans limites d'ailleurs qu'il se voulait, fasciné par le cosmos comme par l'individu, créateur d'une œuvre profondément diverse où son talent éclate dans tous les genres : poèmes pareils à des cris ; romans dont l'autobiographie et l'auto-analyse ne sont jamais absentes ; nouvelles qui illustrent de façon cruelle et incisive la guerre des sexes ; essais critiques et philosophiques où le moraliste s'interroge sur lui-même par le biais des autres ; récits de voyages (Étrurie, Sardaigne, Mexique, etc.) où le lecteur trouvera, réunis en une étonnante symbiose, le génie du lieu et le reflet d'une personnalité puritaine et déchirée.

Genèse d'une œuvre

Fils d'un mineur, Arthur John Lawrence, plutôt fruste et violent, et d'une maîtresse d'école éprise d'idéal, Lydia Beardsall, David Herbert naît à Eastwood, dans le sombre pays minier du Nottinghamshire. Il est l'avant-dernier de cinq enfants. Ce milieu de mineurs méthodistes, modeste jusqu'à la pauvreté, ne cessera d'infléchir le mouvement de son œuvre dans une nécessité de libération née des contraintes. Il étudie deux ans à l'université de Nottingham ; obligé par sa santé d'abandonner l'enseignement, commencé à Croydon en 1910, il s'adonne avec passion à la littérature. Son premier roman, Le Paon blanc (The White Peacock, 1911), idéalise une adolescence difficile alors que son troisième, Amants et Fils (Sons and Lovers, 1913), la regarde violemment en face : c'est la remarquable analyse d'un fils meurtri, incapable d'aimer, entamé par l'antagonisme social et affectif qui sépare ses parents (le personnage de Myriam est le portrait à peine déguisé du premier amour de l'auteur : Jessie Chambers). Profondément affecté par la mort de sa mère (emportée par un cancer en 1910), Lawrence trouvera en Mrs. Weekly, née baronne Frieda von Richthofen, un substitut de la figure maternelle. La guerre, qui fait horreur à Lawrence, éclate ; réformé, suspect à cause de la nationalité de Frieda qu'il a épousée en 1914, bloqué en Angleterre, attaqué pour son roman L'Arc-en-ciel (The Rainbow, 1915), jugé obscène et « pire que Zola », Lawrence se réfugie en Cornouailles où il entreprend Femmes amoureuses (Women in Love), qui partage certains personnages avec L'Arc-en-ciel, ne paraîtra qu'en 1920, en Amérique. Déçu par son pays natal, rêvant de créer au loin une communauté d'amis appelée Rananim, Lawrence est finalement expulsé de Cornouailles ; le couple est soupçonné d'espionnage. À partir de 1919, les Lawrence mènent une vie errante (Italie, Australie, Amérique), jusqu'en 1925, année où ils rentrent définitivement en Europe. À quarante et un ans, Lawrence commence son dernier roman si discuté : L'Amant de lady Chatterley (Lady Chatterley's Lover, 1932). Mais la fin approche. La tuberculose que Lawrence avait toujours niée le terrasse après qu'il a rédigé sa Défense de lady Chatterley (A Propos of Lady Chatterley's Lover, 1930) et provoqué un scandale supplémentaire à Londres par une exposition de ses peintures où triomphe le nu. Il meurt à Vence, emporté par une hémoptysie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAWRENCE DAVID HERBERT (1885-1930)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

FEMMES AMOUREUSES, D. H. Lawrence - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 963 mots

D'abord publié aux États-Unis en 1920, avant de paraître en Angleterre l'année suivante, Femmes amoureuses est le plus ambitieux des romans de D.H. Lawrence (1885-1930). Considéré aujourd'hui comme l'une des œuvres phares du modernisme, avec Ulysse de Joyce et La Terre vaine de T. S. Eliot, parus tous deux en 1922, il fut éreinté par la critique, qui y vit une « étude analytique de la perversio […] Lire la suite

FORSTER EDWARD MORGAN (1879-1970)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 978 mots

Dans le chapitre « Du côté de D. H. Lawrence et de Gide »  : […] Au fil de ces ouvrages, certains symboles reviennent de façon obsédante qui font de leur lecture non seulement un plaisir, mais un sujet d'études fort riche du point de vue psychologique et thématique. The Longest Journey , par exemple, met en scène un jeune homme empêtré, affligé d'un pied bot héréditaire et d'un père détesté, fasciné par la beauté et la santé qui lui font défaut, marié à une con […] Lire la suite

HUXLEY ALDOUS (1894-1963)

  • Écrit par 
  • Ann Daphné GRIEVE
  •  • 1 093 mots

L'abondance de l'œuvre — poèmes, essais et romans —, la force de la personnalité et l'originalité de l'itinéraire intellectuel assurent une place de choix à Aldous Huxley dans le panthéon des écrivains britanniques. Il a été l'un des plus brillants intellectuels de sa génération en Angleterre. Son grand-père Thomas Henry Huxley était un biologiste célèbre et son père, Leonard Huxley, dirigeait la […] Lire la suite

LADY CHATTERLEY (P. Ferran)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 955 mots

Au cours des années 1920, David Herbert Lawrence compose trois versions successives d'un grand roman dont la dernière version est publiée en Angleterre en 1928 sous le titre de L'Amant de Lady Chatterley . Le sujet en est bien connu : sir Clifford Chatterley étant devenu impuissant à la suite d'une blessure de guerre, son épouse, Constance Chatterley, trouve son épanouissement sexuel dans une rel […] Lire la suite

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « L'essence du panthéisme »  : […] L'affirmation principielle du panthéisme porte sur l'Unité de l'Être, c'est-à-dire sur l'unité homogène et dynamique de la Totalité. Immanence et totalité se trouvent aussi bien chez Plotin et Bruno que chez Spinoza, Schelling ou Hegel. Cette Unité-Totalité est Dieu. Mais, tandis que les stoïciens, Plotin ou Bruno voient en ce Dieu Nature un grand animal vivant, et Hegel un Esprit aux multiples fi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Diane de MARGERIE, « LAWRENCE DAVID HERBERT - (1885-1930) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-herbert-lawrence/