Diane de MARGERIE

licenciée ès lettres, écrivain, traductrice

FORSTER EDWARD MORGAN (1879-1970)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 978 mots

Parce que l'œuvre romanesque de E. M. Forster date des premières années du xxe siècle, d'avant la radio, la télévision et l'avion, qu'elle fut en grande partie composée avant même que D. H. Lawrence, son compatriote, ait publié son premier roman, il ne faudrait pas la croire insulaire ou surannée. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-morgan-forster/#i_0

JAMES HENRY (1843-1916)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 126 mots

Américain de naissance, ayant choisi l'Angleterre comme patrie d'adoption, Henry James est un des écrivains qui a le mieux saisi la complexité de l'être ; complexité en partie explicable, ainsi que ses écartèlements, par l'héritage puritain et son manichéisme, par la croyance en un mal caché mais présent, imprécis mais diabolique, insidieusement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-james/#i_0

LAWRENCE DAVID HERBERT (1885-1930)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 428 mots

Nombreux furent et restent les malentendus qui entourent un des plus grands écrivains britanniques du xxe siècle. Aux uns, il paraît un érotomane, aux autres, le prophète d'une renaissance à partir de l'harmonie sexuelle. D'autres encore interprètent sa nostalgie d'une force virile intacte et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-herbert-lawrence/#i_0

MEREDITH GEORGE (1828-1909)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 166 mots

Encouragé dans sa vocation littéraire par Dickens, influencé par Thomas Love Peacock, plus tard l'ami de Rossetti et de Swinburne, Meredith apparaît étonnamment en avance sur son temps. Il s'attaque à l'idéal même qu'avait alors la nation britannique : celui du « gentleman », dont il démasque l'envers et l'hypocrisie. Son analyse psychologique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-meredith/#i_0

POWYS JOHN COWPER (1872-1963)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 634 mots

Powys est une des figures les plus fortes de la littérature contemporaine. Si Miller et Dreiser le considèrent comme un génie, d'autres sont plus impressionnés par le gigantisme de ses romans et par la complexité d'une nature travaillée d'angoisses obsessionnelles que par son talent. En fait, l'étrange personnalité névrotique de Powys et son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-cowper-powys/#i_0

QUINCEY THOMAS DE (1785-1859)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 014 mots

Plus jeune d'une dizaine d'années que Wordsworth, Scott, Coleridge, Landor et Lamb, De Quincey paraît profondément lié au mouvement romantique anglais, mais il y occupe une place à part. Car sa figure est ambiguë et son talent parvient à faire voisiner les extrêmes et les contradictions : ses thèmes sont souvent « romantiques », mais une passion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-de-quincey/#i_0

RAINE KATHLEEN (1908-2003)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 679 mots

Même si elle est aussi l'admirable analyste d'elle-même dans son autobiographie , Kathleen Raine appartient aux terres violentes de la poésie. Son œuvre critique permet de mieux comprendre dans quelle tradition elle s'inscrit : Milton, Blake, Coleridge, Yeats, tels sont ses maîtres préférés. Née en 1908 à la frontière de l'Écosse, profondément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kathleen-raine/#i_0

SYNGE JOHN MILLINGTON (1871-1909)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 472 mots

Contemporain et admirateur de Yeats, auquel, dans les profondeurs, il s'opposa sans doute plus qu'on ne pense, ami de lady Gregory qui fit tant pour la renaissance des anciennes légendes essentielles au patrimoine culturel de leur pays, Synge est indissociablement lié à l'histoire du théâtre en Irlande. Il ne fut pas seulement un créateur qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-millington-synge/#i_0

WILDE OSCAR (1854-1900)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 776 mots

La célébrité d'Oscar Wilde tient à son destin. Prodigieusement doué, d'un esprit étincelant qui subjugua la société londonienne, fin lettré, nourri de Swinburne, de Ruskin, de Walter Pater , il a surtout été considéré comme un esthète décadent et révolté : son procès pour mœurs acheva de faire de lui une figure publique entourée d'éclat, de honte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-wilde/#i_0

WOOLF VIRGINIA (1882-1941)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 856 mots

Issue d'une famille d'« éminents victoriens », comme les appelait Lytton Strachey, Virginia Woolf a voulu dégager le roman anglais de la gangue des traditions et du formalisme qui l'enveloppait, l'affranchir de toutes les normes pour créer un « roman de l'avenir ». Sa recherche s'est poursuivie à travers chacune de ses œuvres romanesques, que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virginia-woolf/#i_0

YEATS WILLIAM BUTLER (1865-1939)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 580 mots

La personnalité de Yeats est aussi mouvante que son œuvre et ne se laisse pas cerner. On ne saurait parler des influences qu'il a subies (Blake, Donne, Spenser, Mallarmé, la pensée hindoue, celle de Boehme) ou de ses amitiés (Synge, Morris) sans aussitôt constater combien ce poète, un des plus grands de son siècle, s'élance au-delà d'elles : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-butler-yeats/#i_0