LAWRENCE DAVID HERBERT (1885-1930)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hantises sexuelles

Le couple dépeint dans Lady Chatterley, très proche de celui formé par Teresa et Ramón dans Le Serpent à plumes (The Plumed Serpent, 1926), rappelle, à travers la nécessité prônée de combler les différences sociales et affectives grâce à « l'amour phallique » ou l'amour-adoration, d'abord le couple formé par les parents Lawrence, ensuite celui, si tumultueux, de Frieda et de Lawrence lui-même. Répétition dramatique mais créatrice en ce qu'elle a permis à l'écrivain de revivre cette enfance qui féconda sa pensée. De cette répétition, Lawrence va tirer sa conception d'une femme socialement et intellectuellement supérieure, souvent frigide, parfois fatalement sensuelle, Circé détruisant l'homme-proie ; conception fortifiée par la personnalité de Frieda, que Lawrence, dans une lettre à Katherine Mansfield (1918), qualifie de « nouvelle mère dévorante ». Dans cette œuvre, tant de couples ne se mesurent que pour combattre la tendance de l'auteur vers un amour-anéantissement ayant la mortelle saveur de l'attachement maternel. Si L'Arc-en-ciel décrit la quête de l'autre à travers l'acte sexuel, on y pressent la leçon finale de Lady Chatterley : la nécessité absolue pour l'homme de retrouver, après de fugaces fusions, sa solitude et son intégrité. Femmes amoureuses comme d'ailleurs la remarquable Verge d'Aaron (Aaron's Rod, 1922) et Kangourou (Kangaroo, 1923) trahissent la nostalgie d'une relation d'homme à homme. On soupçonne que la peur de la femme, causée par l'emprise de la mère d'abord, par celle de Frieda ensuite, alliée au traumatisme dû à la scène certainement capitale relatée par H. Moore (en hiver 1901, certaines ouvrières de l'usine où travaillait le jeune apprenti Lawrence malmenèrent et dénudèrent l'adolescent), contribua à renforcer chez l'écrivain la crainte et la haine du matriarcat, qu'il éprouva la vitale nécessité de fuir dans l'amitié masculine, amitié ambiguë à laquelle ses amis (dont Middleton Murry) ne pouvaient répondre comme Lawrence l'eût souhaité. Cette attitude ambivalente explique certains thèmes : ceux du viol, de la misogynie, d'une certaine chasteté et de la solitude nécessaires, de l'obligation de rompre le cordon ombilical et d'annuler le passé, thèmes qui ne manifestent jamais le vulgaire désir d'une liberté facile, mais dénotent les sursauts intimes d'une nature guettée par l'autodestruction. Les essais explicitent la leçon des romans ; ce que Lawrence veut cerner, c'est un mode de connaissance à la fois ancien et nouveau qui, loin de se confondre avec une prise de conscience mentale, se développe dans une zone d'obscurité soigneusement maintenue où triomphent le sexe, la magie, le mystère, le sang. L'homme n'est vraiment lui-même que dans une sorte de barbarie éclairée où il retrouve les vraies valeurs religieuses et primitives et conserve sa maîtrise ; la femme s'exprime par la foi et l'adoration. Une telle vision du couple, que vient contredire l'obsédante présence de femmes supérieures, témoigne d'un souci angoissé et croissant de réhabiliter à travers l'œuvre un père trop hâtivement jugé dans l'adolescence et trahit la nostalgie d'une inconscience prénatale. Ces contradictions vont permettre à l'écrivain de pénétrer avec autant de violence ce qu'il aime que ce qu'il exècre, ce qu'il recherche que ce qu'il fuit. Sa haine n'est souvent qu'un masque pour des affinités cachées, comme en témoigne sa critique de Poe. Douloureuse et inquiétante, qu'elle s'abandonne à un lyrisme parfois chaotique, qu'elle prenne le ton désespéré des derniers romans ou les accents d'un visionnaire comme Blake (cf. les essais sur la psychanalyse et l'inconscient), la voix de Lawrence ne cesse d'explorer ces profondeurs que la psychologie moderne s'applique à scruter : rôle de l'inceste et de l'œdipe, de la bisexualité et de l'ambivalence. Témoin d'un monde finissant, Lawrence est surtout un prodigieux précurseur dans la découverte du moi.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAWRENCE DAVID HERBERT (1885-1930)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

FEMMES AMOUREUSES, D. H. Lawrence - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 963 mots

D'abord publié aux États-Unis en 1920, avant de paraître en Angleterre l'année suivante, Femmes amoureuses est le plus ambitieux des romans de D.H. Lawrence (1885-1930). Considéré aujourd'hui comme l'une des œuvres phares du modernisme, avec Ulysse de Joyce et La Terre vaine de T. S. Eliot, parus tous deux en 1922, il fut éreinté par la critique, qui y vit une « étude analytique de la perversio […] Lire la suite

FORSTER EDWARD MORGAN (1879-1970)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 978 mots

Dans le chapitre « Du côté de D. H. Lawrence et de Gide »  : […] Au fil de ces ouvrages, certains symboles reviennent de façon obsédante qui font de leur lecture non seulement un plaisir, mais un sujet d'études fort riche du point de vue psychologique et thématique. The Longest Journey , par exemple, met en scène un jeune homme empêtré, affligé d'un pied bot héréditaire et d'un père détesté, fasciné par la beauté et la santé qui lui font défaut, marié à une con […] Lire la suite

HUXLEY ALDOUS (1894-1963)

  • Écrit par 
  • Ann Daphné GRIEVE
  •  • 1 093 mots

L'abondance de l'œuvre — poèmes, essais et romans —, la force de la personnalité et l'originalité de l'itinéraire intellectuel assurent une place de choix à Aldous Huxley dans le panthéon des écrivains britanniques. Il a été l'un des plus brillants intellectuels de sa génération en Angleterre. Son grand-père Thomas Henry Huxley était un biologiste célèbre et son père, Leonard Huxley, dirigeait la […] Lire la suite

LADY CHATTERLEY (P. Ferran)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 955 mots

Au cours des années 1920, David Herbert Lawrence compose trois versions successives d'un grand roman dont la dernière version est publiée en Angleterre en 1928 sous le titre de L'Amant de Lady Chatterley . Le sujet en est bien connu : sir Clifford Chatterley étant devenu impuissant à la suite d'une blessure de guerre, son épouse, Constance Chatterley, trouve son épanouissement sexuel dans une rel […] Lire la suite

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « L'essence du panthéisme »  : […] L'affirmation principielle du panthéisme porte sur l'Unité de l'Être, c'est-à-dire sur l'unité homogène et dynamique de la Totalité. Immanence et totalité se trouvent aussi bien chez Plotin et Bruno que chez Spinoza, Schelling ou Hegel. Cette Unité-Totalité est Dieu. Mais, tandis que les stoïciens, Plotin ou Bruno voient en ce Dieu Nature un grand animal vivant, et Hegel un Esprit aux multiples fi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Diane de MARGERIE, « LAWRENCE DAVID HERBERT - (1885-1930) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-herbert-lawrence/