HUXLEY ALDOUS (1894-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'abondance de l'œuvre — poèmes, essais et romans —, la force de la personnalité et l'originalité de l'itinéraire intellectuel assurent une place de choix à Aldous Huxley dans le panthéon des écrivains britanniques. Il a été l'un des plus brillants intellectuels de sa génération en Angleterre. Son grand-père Thomas Henry Huxley était un biologiste célèbre et son père, Leonard Huxley, dirigeait la Cornhill Review. Par sa mère, il était le petit-neveu de Mathew Arnold et parent de la romancière Humphry Ward. Son frère Julian sera le premier directeur de l'U.N.E.S.C.O.

C'est après d'excellentes études secondaires à Eton qu'Aldous Huxley est soudain frappé par une infection de la rétine. Il a lui-même expliqué qu'être devenu presque complètement aveugle à l'âge de seize ans a constitué l'événement le plus important de sa vie. En fait, son destin tout entier s'est noué autour de cette cécité. Elle l'oblige en effet à s'isoler pendant les années critiques de l'adolescence, et à se tourner vers ses « ressources intérieures ». C'est de cette vie intérieure intense, exaltée par la maladie, qu'est sortie la recherche spirituelle constante qui a marqué la vie et l'œuvre d'Aldous Huxley. En quelques mois, il apprend le braille, et peut se remettre à lire. Il pourra aussi taper à la machine. Il compose ainsi tout un roman, tapant un fragment après l'autre, mais il en égare le manuscrit. Pourtant, il applique surtout sa volonté à guérir. C'est à force d'exercices qu'il recouvre la vue au bout de trois ans. Mais toute sa vie, il sera sujet à des troubles et à des rechutes.

Sa maladie était survenue au moment où il entamait des études de biologie avec l'intention de devenir médecin. Lorsque à dix-neuf ans il peut reprendre ses études, sa santé ne lui permet pourtant pas de poursuivre une carrière scientifique, et il s'oriente vers la littérature. En 1915, il obtient un diplôme d'Oxford en littérature et en philologie. Son infirmité lui a épargné d'être mobilisé et de faire la Première Guerre mondiale.

Après des poèmes de jeunesse, La Roue de feu (The Burning Wheel, 1916), La Défaite de la jeunesse et autres poèmes (The Defeat of Youth and Others Poems, 1918), Leda (1920) et des nouvelles (Limbo, 1920, publié dans Dépouilles mortelles), Aldous Huxley publie ses premiers romans : Jaune de chrome (Crome Yellow, 1921), Cercle vicieux (Antic Hay, 1923), et surtout, après d'autres de moindre importance, Contrepoint (Point Counter Point, 1928), et Le Meilleur des mondes (Brave New World, 1932).

Cette première période est marquée par le scepticisme, la désillusion et le pessimisme. « Swift, a-t-il écrit, n'a jamais pu pardonner à l'homme d'être à la fois un mammifère vertébré et une âme immortelle. » Cette formule s'applique aussi bien à Huxley lui-même. Cette dualité tragique de l'homme n'a, en effet, pas cessé de le hanter, et détermina peut-être son amitié pour D. H. Lawrence, qui affirmait, lui, à travers toute son œuvre, que « l'homme est un, corps et âme ». Aldous Huxley a d'ailleurs peint Lawrence dans Contrepoint sous les traits du peintre Marj Rampion (Lawrence trouva le personnage « assommant » !).

C'est dans Le Meilleur des mondes que ce pessimisme s'explicite le plus manifestement sous la forme d'une contre-utopie. Dans un avenir où l'on datera les années selon une ère nouvelle, remplaçant l'ère chrétienne par celle de Ford, la civilisation de la machine reçoit sa puissance suprême des progrès de la biologie : les hommes, fabriqués en bocaux dans de gigantesques laboratoires, sont rigoureusement conditionnés psychologiquement en classes selon les besoins planifiés (tâches subalternes, travaux techniques, postes gradués de commandement) d'une société que dirigent totalitairement quelques individus supérieurs biologiquement déterminés ; chaque être humain est parfaitement satisfait d'appartenir à sa classe, qu'elle soit inférieure ou supérieure, et peut se procurer toutes les jouissances adéquates au conditionnement de sa classe.

Contrepoint (qui se ressent de l'influence gidienne des Faux-Monnayeurs) est une tentative attachante et complexe pour entrecroiser les destins de quelques membres de l'intelligentsia londonienne. Quelques années plus tard, Eyeless in Gaza (La Paix des profondeurs, 1937) tente un autre entrecroisement, dans le temps cette fois ; en regardant une poignée de photos éparpillées, un homme revit sans ordre de succession divers moments de sa vie : par cette négation du fil chronologique, est-il possible d'atteindre l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  HUXLEY ALDOUS (1894-1963)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Retour au réel »  : […] En 1938, Cyril Connolly constatait, dans Enemies of Promise , le déclin des mandarins , ceux dont la prose savante prétendait rivaliser avec le vivant. Leur succédaient les vernacular , « tenants de la langue parlée, familière et brutale, et de la vision du monde qu'elle était propre à exprimer ». L'époque où « le voile trembla », où pouvait surgir un texte sacré, était tôt révolue de ce côté de l […] Lire la suite

CLONAGE, science-fiction

  • Écrit par 
  • Denis GUIOT
  •  • 792 mots

La science-fiction n'a pas attendu Dolly pour parler du clonage et s'en inquiéter. Dès 1932, Aldous Huxley montre dans Le Meilleur des mondes combien la fabrication en série des individus (appelée ici Projet Bokanovsky) est tentante pour un régime totalitaire évidemment soucieux de « stabilité sociale ». En 1958, dans un bref roman intitulé La Mort vivante , Stefan Wul met en scène un maître biol […] Lire la suite

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 031 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La contre-utopie »  : […] Ce caractère schizophrénique apparaît avec le maximum de netteté dans le genre dit « contre-utopie ». L'utopie ordinaire est, en effet, l'expression involontaire de cette « nuance schizophrénique de notre civilisation », notée naguère par H. Ey. La contre-utopie en est, par contre, la dénonciation lucide, qui tend dès lors à accentuer ses traits. (L'utopie est un symptôme, alors que la contre-utop […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ann Daphné GRIEVE, « HUXLEY ALDOUS - (1894-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aldous-huxley/