CRONENBERG DAVID (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vision politique du cinéma

La liberté était déjà en jeu dans eXistenZ (1999), qui marqua l'actualisation de quelques obsessions de Cronenberg (les faux-semblants, les simulacres de l'image), à l'heure où la notion de « virtuel » investissait, via les jeux vidéo, notre univers quotidien. L'héroïne du film, Allegra Geller, est une artiste des nouvelles technologies. Elle crée des mondes alternatifs et des jeux comme « eXistenZ », un logiciel qui, en se branchant directement sur le système nerveux, entraîne ses utilisateurs dans une course poursuite hors de la réalité. Mais Allegra va devenir la cible d'une organisation terroriste, Les Réalistes, qui fait du retour au monde réel une loi absolue... La liberté d'expression est le vrai sujet de cette fable futuriste. Dans ses entretiens avec Serge Grünberg, le cinéaste déclare que le scénario d'eXistenZ lui a été en partie inspiré par une interview de l'écrivain Salman Rushdie qu'il avait réalisée pour le magazine canadien Shift en juin 1995. La condition de l'« artiste sur qui pèse une fatwa » ne pouvait qu'être particulièrement sensible à Cronenberg, qui a fait, à de nombreuses reprises, l'expérience de la censure, morale (en raison d'images violentes, ou dérangeantes) mais aussi politique (en raison d'idées subversives, particulièrement au regard des normes de la production américaine). L'art, qu'il s'agisse d'écriture ou d'images, doit s'opposer au goût et à l'idéologie majoritaires : c'est ce que rappela Cronenberg, en décernant la palme d'or du festival de Cannes 1999, qu'il présidait, au film Rosetta des frères Dardenne, et le grand prix du jury à L'Humanité de Bruno Dumont. Ce palmarès houleux est vite devenu, à juste titre, le symbole d'un esprit d'indépendance et d'une vision « politique » du cinéma.

L'exigence et la complexité de cette démarche, fondamentalement philosophique mais également ludique dans son rapport avec le spectateur, n'a pas facilité la carrière de Crone [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  CRONENBERG DAVID (1943- )  » est également traité dans :

SPIDER (D. Cronenberg)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 024 mots

David Cronenberg a bâti son œuvre sur une série de contradictions. Intellectuel canadien dont la vocation pour le cinéma naît à la vision de films expérimentaux, il en refuse le ghetto pour se tourner vers le fantastique. Dès son premier long-métrage, Frissons (The Parasites Murders, 1975), il choisit de travailler à partir de thèmes inspirés de la série B s […] Lire la suite

BALLARD JAMES GRAHAM (1930-2009 )

  • Écrit par 
  • Denis GUIOT
  •  • 1 196 mots

James Graham Ballard fut un des grands écrivains du xx e  siècle et, sans nul doute, celui qui a affirmé le plus nettement l'adéquation fine de la science-fiction avec notre époque : « Le „fait“ capital du xx e  siècle est l'apparition de la notion de possibilité illimitée . Ce prédicat de la science et de la technologie appelle la vision d'un passé brutalement mis entre parenthèses – le passé n'e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « CRONENBERG DAVID (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-cronenberg/