DARDENNE JEAN-PIERRE (1951-    ) et LUC (1954-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure humaine

La réalisation d'un portrait de Jean Louvet (Regarde Jonathan. Jean Louvet, son œuvre, 1983), dramaturge wallon fondateur du du Théâtre prolétarien de La Louvière, attire l'attention sur eux et leur permet de passer au long-métrage avec Falsch (1987). Le théâtre est encore très présent dans cette adaptation de la pièce de René Kalisky, où survivants et morts d'une famille juive se retrouvent pour régler leur différends.

Après La Promesse (1996), qui se concentre sur la relation d'un père et de son fils et leur vaut d’emblée la reconnaissance, les titres de leurs films semblent devenir ceux de possibles portraits : Rosetta (1999), Le Fils (2002), L'Enfant (2005), ou encore Le Silence de Lorna (2008) et Le Gamin au vélo (2011). Si le scénario, avec sa dramaturgie réfléchie, intéresse les Dardenne, c'est toujours pour être mis au service d'un désir entêté : faire surgir la vérité d'une personne (et non se contenter de bâtir un personnage), dessiner avec la caméra une figure humaine. Celle d'une jeune fille qui veut un travail et se bat pour cela comme pour un droit à l'existence (Rosetta). Celle d'un homme confronté au meurtrier de son fils, et qui, jusque dans sa chair, ressent l'oppression née des sentiments de vengeance (Le Fils). Celle, enfin, d'un jeune garçon tellement habitué à vivre de petits trafics qu'il croit pouvoir vendre le bébé dont sa compagne vient d'accoucher (L'Enfant).

Ce qui lie tous ces êtres, c'est de devoir lutter pour pouvoir faire face à eux-mêmes et retrouver une dignité dont le monde d'aujourd'hui n'a que faire. Se battre n'est pas un vain mot pour les Dardenne, qui ont eux-mêmes dû imposer avec La Promesse leur manière si personnelle de filmer, tout en mouvement, sur le qui-vive, après avoir subi la lourdeur et les automatismes qui dominent la réalisation des films dans les productions standards (ce fut l'expérience de Je pense à vous, 1992, qui reste pour eux un échec artistique). Affaire de cadrage, de cadre (le portrait, toujours), leur cinéma n'est pas strictement social et documentaire, à la manière des films d'un Ken Loach. Il est d'abord celui de la difficulté et de la nécessité d'être, cherchant toujours dans ses personnages le miracle de ce qui résiste : la survie d'une part d'humanité. Ce qu’incarne à merveille Marion Cotillard dans Deux jours, une nuit (2014).

Deux Jours, une nuit, de Jean-Pierre et Luc Dardenne

Deux Jours, une nuit, de Jean-Pierre et Luc Dardenne

photographie

Le film des frères Dardenne est bien plus qu'un film social. Au fil des visites que fait Sandra (Marion Cotillard) chez ses collègues de travail, il propose une véritable plongée dans l'humain. 

Crédits : Diaphana Distributions/ D.R.

Afficher

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DARDENNE JEAN-PIERRE (1951- ) et LUC (1954- )  » est également traité dans :

DEUX JOURS, UNE NUIT (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 061 mots
  •  • 1 média

Malgré son absence remarquée au palmarès du 67e festival de Cannes, Deux Jours, une nuit (2014) a reçu un excellent accueil critique et public. Ce succès tient en premier lieu au fait que le film aborde de front une peur sociale omniprésente dans le monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deux-jours-une-nuit/#i_38134

L'ENFANT (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Arnaud BALVAY
  •  • 276 mots

L'Enfant (2005) est un film réalisé par Jean-Pierre et Luc Dardenne. Avec ce thriller social dont ils signent également le scénario, les frères Dardenne racontent l'histoire de deux jeunes marginaux follement amoureux, Bruno et Sonia, qui viennent d'avoir un enfant, Jimmy. Vivant d'une allocation misérable et de petits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-enfant-j-p-et-l-dardenne/#i_38134

LA PROMESSE (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 327 mots

La Promesse est arrivée sur les écrans comme surgie de nulle part. Ses auteurs, Jean-Pierre et Luc Dardenne semblaient ne se référer à aucune école particulière, ne se réclamer d'aucun maître et atteindre du premier coup une totale maîtrise de leurs moyens et de leur propos. Venue de nulle part ? En réalité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-promesse/#i_38134

ROSETTA (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 051 mots

Rosetta (palme d'or au festival de Cannes 1999) prouva que La Promesse n'était pas simplement l'heureux fruit d'une rencontre miraculeuse entre un sujet et des cinéastes à la carrière déjà longue mais encore obscure pour beaucoup. Le projet des frères Luc et Jean-Pierre Dardenne demeure : proposer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosetta/#i_38134

LE SILENCE DE LORNA (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 057 mots

« ... Trois cent quarante... » La première phrase prononcée dans Le Silence de Lorna (2008) désigne une somme d'argent que dépose à la banque l'héroïne éponyme, avant de prendre rendez-vous pour un prêt. Quant aux derniers mots : « Il y a bien quelqu'un qui nous donnera... » Jamais un film des frères Jean-Pierre et Luc Dardenne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-silence-de-lorna/#i_38134

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « DARDENNE JEAN-PIERRE (1951-    ) et LUC (1954-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dardenne-jean-pierre-et-luc/