DARDENNE JEAN-PIERRE (1951-    ) et LUC (1954-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est devenu impossible d'aborder le travail de ces deux réalisateurs belges sans les situer d'emblée sur la scène du cinéma international – celle du festival de Cannes, où ils reçurent par deux fois la palme d'or, en 1999 pour Rosetta et en 2005 pour L'Enfant, et par la suite le prix du scénario, en 2008, pour Le Silence de Lorna, et le grand prix, en 2011, pour Le Gamin au vélo.C'est pourtant dans l'indifférence au battage médiatique que les frères Dardenne ont défini leur art. Au moment de recevoir leur seconde palme d'or, ils ont publié un livre, Au dos de nos images (2005), écrit par Luc Dardenne en leurs deux noms et qui résonne, dès les premières pages, comme une profession de foi : « Habiter un petit pays comme le nôtre. Ne pas fréquenter le milieu du cinéma. L'isolement nécessaire ». Et encore : « ce qui importe pour un film, c'est d'arriver à reconstruire de l'expérience humaine ».

Écouter, résister

À quelques kilomètres de Seraing, ville industrielle de la province de Liège où ils tourneront tous leurs longs-métrages, les Dardenne grandissent dans le village d'Engis. Jean-Pierre y vient au monde le 21 avril 1951. Luc naît le 10 mars 1954 dans la commune voisine des Awirs. Il évoque le décor de leur enfance, décisif pour leurs préoccupations futures : « Engis a longtemps été le village le plus pollué d'Europe. Dans les années 1930, trois personnes y sont mortes d'intoxication. Sartre le mentionne dans La Critique de la raison dialectique comme une illustration des contradictions du capitalisme. Les gens du village se sont énormément battus pour améliorer leurs conditions de vie. » Leur père, dessinateur industriel, leur donne une éducation régie par les principes de la religion et de la morale catholiques, contre lesquels ils se rebelleront à l'adolescence. « Ces principes étaient trop stricts pour notre génération. Mais notre maison était ouverte. Notre mère faisait toujours à manger pour une bouche supplémentaire, et si un colporteur passait dans la rue, mon p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DARDENNE JEAN-PIERRE (1951- ) et LUC (1954- )  » est également traité dans :

DEUX JOURS, UNE NUIT (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 061 mots
  •  • 1 média

Malgré son absence remarquée au palmarès du 67e festival de Cannes, Deux Jours, une nuit (2014) a reçu un excellent accueil critique et public. Ce succès tient en premier lieu au fait que le film aborde de front une peur sociale omniprésente dans le monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deux-jours-une-nuit/#i_38134

L'ENFANT (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Arnaud BALVAY
  •  • 276 mots

L'Enfant (2005) est un film réalisé par Jean-Pierre et Luc Dardenne. Avec ce thriller social dont ils signent également le scénario, les frères Dardenne racontent l'histoire de deux jeunes marginaux follement amoureux, Bruno et Sonia, qui viennent d'avoir un enfant, Jimmy. Vivant d'une allocation misérable et de petits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-enfant-j-p-et-l-dardenne/#i_38134

LA PROMESSE (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 327 mots

La Promesse est arrivée sur les écrans comme surgie de nulle part. Ses auteurs, Jean-Pierre et Luc Dardenne semblaient ne se référer à aucune école particulière, ne se réclamer d'aucun maître et atteindre du premier coup une totale maîtrise de leurs moyens et de leur propos. Venue de nulle part ? En réalité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-promesse/#i_38134

ROSETTA (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 051 mots

Rosetta (palme d'or au festival de Cannes 1999) prouva que La Promesse n'était pas simplement l'heureux fruit d'une rencontre miraculeuse entre un sujet et des cinéastes à la carrière déjà longue mais encore obscure pour beaucoup. Le projet des frères Luc et Jean-Pierre Dardenne demeure : proposer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosetta/#i_38134

LE SILENCE DE LORNA (J.-P. et L. Dardenne)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 057 mots

« ... Trois cent quarante... » La première phrase prononcée dans Le Silence de Lorna (2008) désigne une somme d'argent que dépose à la banque l'héroïne éponyme, avant de prendre rendez-vous pour un prêt. Quant aux derniers mots : « Il y a bien quelqu'un qui nous donnera... » Jamais un film des frères Jean-Pierre et Luc Dardenne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-silence-de-lorna/#i_38134

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « DARDENNE JEAN-PIERRE (1951-    ) et LUC (1954-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dardenne-jean-pierre-et-luc/