CULTURE EN TERRASSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le champ montagnard en terrasses, très répandu dans les montagnes méditerranéennes jusqu'à la première moitié du xxe siècle, est un champ créé par l'homme sur des versants que leur pente naturelle ne rend pas aisément cultivables. Dans les régions tropicales, de vastes surfaces ont été aménagées en terrasses, ce sont souvent des terrasses irriguées : par exemple, les rizières étagées de Madagascar et des Philippines.

Rizières aux Philippines

Rizières aux Philippines

photographie

Rizières en terrasses sur les pentes du mont Banahao, dans le sud de l'île de Luçon. 

Crédits : Jerry Alexander/ Getty Images

Afficher

Les terrasses cultivées sont généralement situées dans des zones de forte pression démographique, impliquant à la fois des besoins alimentaires importants et une abondante disponibilité de main-d'œuvre.

Située d'ordinaire sur un versant ensoleillé, la terrasse comprend deux parties : le mur de soutien et l'espace cultivable, qui n'est pas toujours rigoureusement plat. Appelé planche, parchet, tablard selon les régions, ce dernier ne peut être travaillé qu'avec des outils manuels. Les murs de soutènement sont maçonnés ou en pierres sèches. Les chemins d'accès consistent en sentiers ou en escaliers.

La mise en place et l'entretien des terrasses, ainsi que leur mise en culture, nécessitent un travail harassant. Les murs peuvent s'ébouler, il faut alors remonter la terre. C'est pourquoi, en Europe, la culture en terrasses n'a perduré que dans la mesure où elle fournit des produits relativement rares et chers (vignoble genevois par exemple). Les terrasses permettent aussi de ralentir l'érosion et de mieux conserver les sols.

—  Roger BÉTEILLE

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Poitiers

Classification


Autres références

«  CULTURE EN TERRASSES  » est également traité dans :

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 077 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les rizicultures hydrauliques des régions tropicales humides »  : […] Deux millénaires environ après les premières civilisations hydro-agricoles des régions arides, c'est-à-dire vers 3 000 B.P., les civilisations hydrorizicoles d'Asie des moussons ont commencé à se développer. Fondées sur des aménagements hydrauliques différents de ceux des zones précédentes mais de même envergure, elles ont donné lieu à des formes d'organisation sociale et politique comparables. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agriculture-histoire-des-agricultures-jusqu-au-xixe-siecle/#i_44859

ANDES CORDILLÈRE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 10 947 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un ancien foyer de peuplement »  : […] L'existence des hommes dans les Andes est attestée sûrement depuis 14 000 ans. Les témoignages d'une présence plus ancienne sont plus incertains, bien que des préhistoriens affirment que des groupes nomadisaient dans les montagnes il y a 22 000 ans. De nouvelles découvertes ne sont pas à exclure, qui repousseraient de plusieurs millénaires l'ancienneté de la présence humaine dans les Andes. Selon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cordillere-des-andes/#i_44859

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'Asie rizicole des hautes densités  »  : […] On peut s'interroger sur la densité démographique de l'Asie orientale-méridionale, très forte et très étendue, car elle existe depuis le Néolithique. Au début de l'ère chrétienne, la Chine constitue le pays le plus densément peuplé du monde, représentant déjà, avec une soixantaine de millions d'individus, un quart de l'humanité, l'Inde en comptant alors une quarantaine de millions, soit près de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-espaces-et-societes/#i_44859

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Shandong »  : […] Le Shandong, vieux massif disloqué, se compose de trois grands ensembles : au centre, la plaine du Nord s'y prolonge par le corridor de Jiaowei, graben s'ouvrant entre les collines de Jiaodong, puis les massifs granitiques et gneissiques hachés par des failles nord-est-sud-ouest, qui ne dépassent guère 200 mètres d'altitude, et enfin les montagnes occidentales, blocs basculés granitiques et gnei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_44859

INCAS

  • Écrit par 
  • Patrice LECOQ
  •  • 6 354 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La gestion des terres »  : […] Chaque ayllu possédait également un terroir ou marka , dont les terres agricoles étaient exploitées collectivement, alors que les pâturages demeuraient individuels. La garde des troupeaux était confiée aux enfants ou aux adolescents. L'économie pastorale se fondait sur l'élevage, notamment celui des camélidés, lama et alpaga, qui fournissaient la viand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incas/#i_44859

SAWAH

  • Écrit par 
  • Jean PIWNIK
  •  • 469 mots

Terme indonésien qui désigne un champ plat, limité par des diguettes pour retenir l'eau. Le mot « sawah » désigne par extension la rizière à culture humide. Ce système de culture connaît une large extension à Java où il occupe plus de 30 p. 100 du total de la superficie cultivée. On distingue des sawah de plaine irriguées ou inondées et des sawah de montagne en terrasses. Ce type de culture perman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sawah/#i_44859

YÉMEN

  • Écrit par 
  • Laurent BONNEFOY, 
  • André BOURGEY, 
  • Serge CLEUZIOU
  •  • 14 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La personnalité géographique du Yémen »  : […] Bastion extrême de la péninsule arabique dominant le détroit de Bab el-Mandeb entre la mer Rouge et l'océan Indien, le Yémen est un ensemble de hautes terres qui culmine à 3 760 m au Jebel Nabi Chaub. Ici, la plate-forme arabique est à la fois relevée et brisée, et participe à la grande zone de fracture du Rift africain. Le socle ancien est en général masqué par une épaisse couverture sédimentair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yemen/#i_44859

Pour citer l’article

Roger BÉTEILLE, « CULTURE EN TERRASSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-en-terrasses/