Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CORONAVIRUS

Effets pathogènes des coronavirus chez l’homme

Quatre coronavirus endémiques chez l’homme – appelés HCoV-229E, HCoV-NL63, HCoV-OC43, et HCoV-HKU1 (H pour Human) – sont responsables de simples rhumes sans gravité particulière. Il n’en est pas de même des trois coronavirus zoonotiques – SARS-CoV-1, MERS et SARS-CoV-2 (Covid-19) – révélés par l’apparition de pneumopathies atypiques graves, parfois associées à d’autres symptômes ou atteintes.

Pathologie du SRAS

La maladie dite SRAS, causée par le virus SARS-CoV-1, a été identifiée à Hong Kong en 2003, mais elle était déjà présente dans le Guangdong (province côtière du sud de la Chine) en novembre 2002. L’épidémie s’est répandue essentiellement en Chine et en Asie du Sud-Est, provoquant officiellement 774 décès pour 8 096 cas reconnus (taux de mortalité de 9,5 %). Le virus pénètre dans l’épithélium bronchique, provoque une pneumonie grave atypique, mais infecte aussi le tube digestif (diarrhées dans 50 % des cas) et les cellules du système immunitaire. La maladie est probablement due à la consommation de viande de civette masquée contaminée. À partir du consommateur assimilé à un patient zéro, la contamination est devenue interhumaine (par postillons, sécrétions des voies aériennes supérieures, mais aussi contact avec des objets tels que poignées de porte ou boutons d’ascenseur, sans doute aussi transmission fécale). Le taux de transmission est de l’ordre de 2 (une personne en contamine statistiquement 2), donc assez faible. Au moins la moitié des cas sont des infections nosocomiales (c’est-à-dire contractées à l’hôpital). L’épidémie – qui tendait à se propager dans plusieurs pays sous la forme de cas isolés qui auraient pu être à l’origine de foyers infectieux – est enrayée dans le courant de l’été 2003, essentiellement grâce à des mesures de confinement. Considéré dès lors comme éradiqué chez l’homme, le virus n’a toutefois pas disparu. Il a par exemple été identifié dans les fèces d’un pangolin en janvier 2020. Il n’existe pas de traitement spécifique et les tentatives de se servir de tous les antiviraux connus ont été interrompues avec la fin de l’épidémie.

Pathologie du MERS

La pathologie MERS, causée par le MERS-CoV, a été identifiée en 2012 en Arabie Saoudite. La maladie débute brusquement, deux jours seulement après le contact infectieux, par une pneumopathie aiguë sévère, souvent associée à une brutale insuffisance rénale. Le décès survient dans environ 35 % des cas. Le MERS est une zoonose dans laquelle l’hôte intermédiaire est le dromadaire, contaminé par les fèces d’une chauve-souris porteuse du virus. En plus de sa nature zoonotique, le virus se transmet entre humains par postillons et toucher, mais il semble peu contagieux. La majorité des cas est observée dans la péninsule arabique, mais la maladie s’est répandue à bas bruit dans le monde entier par l’intermédiaire de voyageurs ayant séjourné dans la région. Le risque n’a donc pas disparu et le MERS fait l’objet d’une surveillance constante par les États et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pathologie de la Covid-19

La Covid-19 est une maladie infectieuse d’abord respiratoire, mais s’étendant à d’autres organes, provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2, virus proche du SARS-CoV-1 et identifié en Chine en janvier 2020. C’est également une zoonose, même si l’identité de l’animal qui a transmis le virus à l’homme est incertaine. En tout état de cause, même si le scénario de son passage à l’homme reste mal compris, le SARS-CoV-2 est issu d’un virus de chauve-souris. Au premier trimestre de 2020, l’épidémie de Covid-19 évolue très rapidement en Chine, puis dans de nombreux autres pays. Le statut international d’état pandémique est reconnu par l’OMS le 11 mars 2020, une première pour une maladie à coronavirus. Quelles que soient[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Virus SARS-CoV-2, responsable de la pandémie de Covid-19 - crédits : NIAID-RML

Virus SARS-CoV-2, responsable de la pandémie de Covid-19

Autres références

  • ANIMAUX MODÈLES, biologie

    • Écrit par Gabriel GACHELIN, Emmanuelle SIDOT
    • 9 550 mots
    • 8 médias
    ...pathogènes, tels que Helicobacter pylori pour l’estomac et Cryptosporidium parvum pour l’intestin. En 2020, elle a permis de préciser les interactions ducoronavirus SARS-CoV-2 et de caractériser les cellules exprimant son récepteur, ACE2, au sein de l’épithélium respiratoire et olfactif.
  • ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

    • Écrit par Frédéric KECK, Christos LYNTERIS
    • 3 954 mots
    • 4 médias
    ... et les vaccins disponibles sont inefficaces. On explique ainsi la létalité de certains virus zoonotiques, comme les virus de grippe aviaire ou les coronavirus de pneumonie atypique issus des chauves-souris (comme celui qui cause la Covid-19) par le fait que le système immunitaire est leurré par un...
  • CHLOROQUINE ET HYDROXYCHLOROQUINE

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 3 078 mots
    • 2 médias
    Logiquement, ces deux molécules ont été testées aussi sur les coronavirus, comme le SARS-CoV-1 et le MERS-CoV. Ici encore, elles ne sont actives qu’in vitro. S’agissant du SARS-CoV-2, le virus responsable de la Covid-19, les deux molécules sont actives in vitro. Des rapports isolés suggèrent...
  • COVID-19

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 5 948 mots
    • 8 médias

    Le terme Covid-19 désigne une maladie infectieuse respiratoire à travers son acronyme anglais (Co- pour corona, -vi- pour virus, -d pour disease, « maladie » en anglais), le nombre 19 indiquant l’année de son apparition (2019). Provoquée par un virus, le coronavirus SARS-CoV-2 (pour ...

  • Afficher les 14 références

Voir aussi